• ÉCONOMIE GÉNÉRALE 

     "L'économie est la science qui étudie comment des ressources rares sont employées pour la satisfaction des besoins des hommes vivant en société.

    Elle s'intéresse d'une part aux opérations essentielles que sont la production, la distribution et la consommation des biens, d'autre part aux institutions et aux activités ayant pour objet de faciliter ces opérations.

    Edmond Malinvaud  dans "Leçons de théorie microéconomique"

     

    Sommaire 

    Chapitre introductif : Définition, objet et méthodes en économie................................... 7 

    Préambule : Bilan économique du monde..................................................................... 7 

    1  - Croissance américaine vs croissance européenne............................................ 7 

    2  - L’austérité budgétaire imposé à toute l’Europe.................................................... 8 

    3  - Une récession qui s’installe en UE ?..................................................................... 8 

    Le problème de la compétitivité : comparaison France / Allemagne.................. 8 

    Des soucis d’insertion pro. Pour les jeunes européens...................................... 9 

    4  - Le modèle allemand : un exemple à suivre ?....................................................... 9 

    5  - Le chômage en France : un mal difficile à soigner.............................................. 9 

    6  - Le recul de la pauvreté mondiale mais pas des inégalités................................. 9 

    I   – Définition et émergence de l’analyse économique............................................... 10 

    1  - L’économie, un objet introuvable ?...................................................................... 10 

    2  – Une définition basée sur 2 concepts.................................................................. 10 

    A – La notion de rareté et de choix, cœur de l’analyse économique............... 10 

    1   – Disproportion entre besoins et ressources................................................. 10 

    2   – Biens économiques ou bien libres ?........................................................... 11 

    A - Définitions.................................................................................................... 11 

    B – Classification des biens économiques.................................................. 11 

    3   La rareté suppose des choix et induit des coûts....................................... 11 

    4   Le concept d’utilité.......................................................................................... 12 

    B – La rationalité....................................................................................................... 12 

    II   – Objet, méthodes et courants de pensée................................................................. 13 

    A – Objet de la connaissance économique.............................................................. 13 

    1   La théorie est, par essence abstraite............................................................... 13 

    2   Le statut scientifique de la science économique.......................................... 13 

    3   Les problèmes d’organisations économiques concernés........................... 13 

    B – Les méthodes utilisées par les économistes..................................................... 13 

    1  La méthode déductive et inductive.................................................................. 13 

    2  La méthode quantitative et qualitative............................................................ 13 

    3  – Méthode statique et analyse dynamique........................................................ 14 

    4  – Microéconomie et macroéconomie.................................................................. 14 

    5  Le clivage des écoles de pensée..................................................................... 14 

    Chapitre 1 : Histoire et évolution de la pensée économique........................................ 14 

    INTRODUCTION : LES PREMIERS PENSEURS DE L’ECONOMIE.................. 14 

    1 – Antiquité............................................................................................................... 14 


    A – La conception communautaire de Platon.................................................. 14  

    B – Aristote : un libéral précurseur ?................................................................. 14

    2 – Moyen Âge........................................................................................................... 15

    Saint Thomas d’AQUIN (1228 – 1274).............................................................. 15

    I   – Les doctrines préclassiques : « les précurseurs »............................................. 16 

    A – Le mercantilisme................................................................................................ 16

    1   – Premiers pas vers la pensée économique................................................. 16 

    2   – Idées dominantes du mercantilisme............................................................ 16

    B – La physiocratie................................................................................................... 17

    1   - Présentation..................................................................................................... 17

    2   – Contexte historique particulier..................................................................... 17

    II   – Les économistes classiques................................................................................ 18

    Préambule.................................................................................................................. 18

    A – Le père fondateur : Adam SMITH.................................................................... 18 

    1   - Présentation..................................................................................................... 18

    2   – Distinction entre valeur d’échange et d’usage.......................................... 18 

    3   – Division du travail et spécialisation des tâches......................................... 18 

    4   – Commerce et avantages absolus................................................................. 18

    5   La place de l’État dans l’économie.............................................................. 18 

    B – Les libéraux « pessimistes » anglais.............................................................. 19 

    1   – Thomas Robert MALTHUS............................................................................ 19

    2    David RICARDO............................................................................................. 19

    A - La théorie de la répartition est fondée sur la « valeur travail »........... 19 

    B - La théorie du salaire minimum de subsistance..................................... 19 

    C - La théorie de la rente et classement en 3 catégories sociales........... 19 

    D - La théorie des avantages comparatifs.................................................... 19 

    C – Les libéraux « optimistes » français................................................................ 20 

    1 – Jean-Baptiste SAY (1767-1832).................................................................. 20 

    A – La lois des débouchés : L’offre créée sa propre demande................. 20 

    2 – Frédéric BASTIAT (1801-1850).................................................................... 20 

    D – La réaction contre l’école classique : le socialisme de Karl MARX.......... 20 

    III    – Le courant marginaliste : les néo-classiques................................................... 21 

    1  – Théorie de la valeur utilité................................................................................. 21 

    2  – Principales écoles néo-classiques.................................................................. 21

    3  – Les principaux auteurs...................................................................................... 21

    IV    – La contestation du marché autorégulateur : John Maynard KEYNES....... 22 

    A – La critique de la théorie néo-classique.......................................................... 22 

    1   La crise de 1929.............................................................................................. 22

    2   Le rejet de la loi des débouchés................................................................... 22 

    3   La monnaie n’est pas neutre........................................................................ 22 


    4   La défaillance du marché.............................................................................. 23 

    B – La théorie keynésienne.................................................................................... 23 

    1    Analyse macroéconomique.......................................................................... 23 

    2   – Principe de la demande effective................................................................ 23 

    3   – Principe du multiplicateur............................................................................. 24 

    4   – Préférence pour la « liquidité ».................................................................... 25 

    5   – Intervention de l’État...................................................................................... 25 

    V   – Les synthèses contemporaines........................................................................... 26 

    A – Postkeynésiens et néo-keynésiens................................................................ 26 

    1    Les postkeynésiens........................................................................................ 26 

    2    Les néo-keynésiens....................................................................................... 26 

    B – Le monétarisme : début des années 70......................................................... 26 

    1  – Théorie quantitative de la monnaie............................................................. 26 

    2  – Théorie du revenu permanent...................................................................... 26 

    C – Les nouvelles écoles........................................................................................ 27 

    CHAPITRE 2 : L’ANALYSE MICROÉCONOMIQUE DU MARCHÉ............................. 28 

    Introduction générale....................................................................................................... 28 

    Micro et économie......................................................................................................... 28 

    I   – L’analyse de la situation de la concurrence pure et parfaite (CPP)............... 29 

    A – 5 conditions pour un modèle idéal ?.............................................................. 29 

    2   – Les justifications d’un tel marché.................................................................... 29 

    3   – Valeur d’échange et valeur d’usage............................................................... 29 

    A – La théorie du consommateur et la demande............................................. 29 

    1  La demande est le fruit d’un arbitrage.................................................... 29 

    A – Définition et détermination................................................................... 29 

    B – Représentation graphique................................................................... 30 

    C – Les exceptions à la règle...................................................................... 30 

    D et E – Droite de budget............................................................................. 30 

    F – Courbe « revenu consommation »...................................................... 30 

    2  – L’abandon de la valeur travail pour la notion d’utilité.......................... 31 

    A – Le paradoxe de l’eau et du diamant................................................... 31 

    B – Les différentes utilités : totale, marginale, ordinale et cardinale.... 31 

    C – Courbes d’indifférences....................................................................... 31 

    D – Notion de TMS (taux marginal de substitution)................................ 32 

    3  La fonction de demande du consommateur.......................................... 32 

    A – L’élasticité-prix de la demande............................................................ 32 

    B – Effet de substitution, effet revenu....................................................... 32 

    C – L’équilibre du consommateur.............................................................. 32 

    D – Le surplus du consommateur.............................................................. 32 

    E – De la demande individuelle à la demande globale......................... 32 


    B – La théorie du producteur et l’offre............................................................... 33 

    1   – L’offre est aussi le résultat d’un arbitrage.............................................. 33 

    A – Définition et détermination de l’offre.................................................. 33 

    B – Représentation graphique................................................................... 33 

    C – La combinaison des facteurs de production et leur rendement.... 33 

    D – La contrainte budgétaire : la droite d’isocoût.................................... 33 

    2   La combinaison optimale des facteurs de production.......................... 34 

    A – Cout total, cout moyen et coût marginal............................................. 34 

    B – Isoquants et TMST................................................................................. 34 

    C – Le sentier d’expansion......................................................................... 34 

    D – L’équilibre du producteur de court terme et de long terme............. 34 

    E – Le surplus du producteur..................................................................... 34 

    F – De l’offre individuelle à l’offre globale................................................ 34 

    C – L’équilibre de marché en situation de CPP.............................................. 35 

    1    Représentation graphique........................................................................ 35 

    2   – Déplacement des courbes........................................................................ 35 

    3   – Les réajustements d’équilibre suite à un choc de demande ou d’offre 35 

    4   – L’optimum de PARETO.............................................................................. 35 

    II   – L’analyse en concurrence imparfaite................................................................. 36 

    A – Les conditions de la CPP sont critiquables................................................... 36 

    1   – Remise en cause des 5 hypothèses de base............................................ 36 

    2   – Les modèles de concurrence imparfaite..................................................... 36 

    B – La reconnaissance de l’inefficience du marché.......................................... 36 

    1   – Monopole, externalités, biens publics......................................................... 36 

    2   – L’économie du bien être ou du choix social.............................................. 36 

    Les effets externes : PIGOU et SEN.............................................................. 36 

    C – La nouvelle microéconomie ou l’importance de l’information................... 37 

    1 – Économie de l’information et rationalité limitée........................................ 37 

    A – Les « lemons » d’AKERLOF.................................................................... 37 

    B – Le problème de l’aléa moral..................................................................... 37 

    C – Théorie de l’agence................................................................................... 37 

    D - Théorie des coûts de transaction............................................................. 37 

    Chapitre 3 : Analyse macroéconomique et politique économique.............................. 39 

    I   – L’importance de la compatibilité nationale.............................................................. 39 

    A – Les principes de la comptabilité nationale........................................................ 39 

    1  La notion de circuit économique...................................................................... 39 

    2  – Les agents et leurs fonctions............................................................................ 40 

    A – Les ménages.................................................................................................. 40 

    B – Les sociétés non financières....................................................................... 40 

    C – Administrations publiques........................................................................... 40 


    D – Les sociétés financières............................................................................... 40 

    E – Institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM).......... 41 

    F – Reste du monde............................................................................................. 41 

    B – L’analyse de l’activité économique nationale................................................... 41 

    1    L’équilibre comptable......................................................................................... 41 

    2   – Les principaux agrégats.................................................................................... 41 

    3   La présentation des résultats............................................................................ 41 

    II   – L’analyse des principaux comportements au niveau économique................... 42 

    A – La consommation des ménages......................................................................... 42 

    1  La fonction de consommation keynésienne.................................................. 42 

    A – La loi psychologique fondamentale........................................................... 42 

    B – Les analyses de KUZNETS sur le court et long terme............................ 42 

    2  Les prolongements de l’analyse keynésienne.............................................. 42 

    3  La théorie du revenu permanent de Friedman.............................................. 43 

    4  – Les dimensions sociales de la consommation.............................................. 43 

    B – L’épargne des ménages....................................................................................... 43 

    1   Les différentes formes d’épargne.................................................................... 43 

    2   – L’équilibre « épargne – investissement » et les divergences théoriques. 43 

    A – Approche néo-classique et classique........................................................ 43 

    B – Approche keynésienne................................................................................. 43 

    C – Approche monétariste................................................................................... 44 

    3   Les déterminants de l’épargne et de la consommation............................... 44 

    C  L’investissement.................................................................................................... 44 

    1   La diversité des investissements..................................................................... 44 

    2   Les déterminants de l’investissement............................................................. 44 

    A – Capacité de production................................................................................. 44 

    B – Le prix relatif des facteurs............................................................................. 45 

    C – Le niveau de la demande............................................................................. 45 

    D – La notion de profit anticipé........................................................................... 45 

    3   Le multiplicateur d’investissement keynésien (voir chapitre 1).................. 45 

    4   La croissance endogène................................................................................... 45 

    III    - Les politiques économiques et leur mise en œuvre............................................ 46 

    A – Les objectifs de la politique économique........................................................... 46 

    1   – Politique conjoncturelle ou structurelle ?....................................................... 46 

    2   - Les instruments de la politique économique.................................................. 46 

    B – Politique budgétaire et régulation conjoncturelle............................................ 46 

    1   – Un choix entre politique de stabilisation et de relance................................ 46 

    2   Les limites de l’action budgétaire..................................................................... 46 

    3   – Un exemple de politique contrainte................................................................. 46 

    Chapitre 4 : Monnaie, financement de l’économie et inflation..................................... 47 


    Introduction........................................................................................................................ 47 

    I   – La monnaie dans l’économie.................................................................................... 47 

    A – La monnaie, un simple instrument ?.................................................................. 47 

    1  – Les fonctions de la monnaie............................................................................ 47 

    2  – L’historique des formes de monnaie............................................................... 47 

    3  – Approche anthropologique et économique................................................... 47 

    B – La création monétaire............................................................................................ 48 

    1   – Les circuits de financement.............................................................................. 48 

    2   Le crédit et la création monétaire..................................................................... 48 

    3   Le marché interbancaire et le refinancement................................................ 48 

    4   La masse monétaire et agrégats...................................................................... 49 

    II   – La relation monnaie, inflation et chômage............................................................ 49 

    A – Formes et causes de l’inflation............................................................................ 49 

    1   Les différents types d’inflation......................................................................... 49 

    2   – Différentes causes d’inflation.......................................................................... 50 

    B – L’arbitrage inflation/chômage : la courbe de PHILLIPS.................................. 50 

    1   - Présentation......................................................................................................... 50 

    2   – Influence de la politique économique............................................................ 50 

    3   – Les interprétations de la courbe PHILIPPS.................................................... 51 

    A – Samuelson et SOLLOW................................................................................ 51 

    B – FRIEDMAN : taux de chômage naturel...................................................... 51 

    C – La politique monétaire et la BCE........................................................................ 51 

    1   – Les institutions du système européen des banques centrales.................. 51 

    2   – L’objectif de la politique monétaire.................................................................. 52 


    Chapitre introductif : Définition, objet et méthodes en économie 

    Préambule : Bilan économique du monde  

    1 - Croissance américaine vs croissance européenne 

    Au 2nd trimestre 2014, la croissance américaine avoisinait les 4,6%. Depuis fin 2013, il y a une certaine reprise de l’activité américaine. Cette croissance a toutefois un peu ralentie au 3ème trimestre. La FED évalue la croissance américaine autour 2% au dernier trimestre de l’année.

    3 éléments permettent d’expliquer cette reprise :

    Ø  Forte consommation (1,75 pt) des ménages (surtout biens durables)

    Ø  Investissements des entreprises en forte progression :

    o    +12,6 pts dans les bâtiments et infrastructures industrielles

    o    +11,2 pts dans les équipements

    Ø  Exportations en hausse (+11%) notamment grâce au tourisme

    Cette croissance est liée à la politique américaine de la FED. Elle a fixé des taux d’intérêts directeurs à des niveaux excessivement bas (proche de 0%). Cela a pour conséquence de rendre les crédits faciles. Cette baisse des taux directeurs allait durer au moins jusqu’en 2015. Le chômage a chuté (taux de 6%)

    En comparaison avec l’Europe, la situation est beaucoup moins florissante. La croissance européenne avoisine les 1,2% :

    Ø  La reprise de l’activité économique est très fragile

    Ø  Taux de chômage encore inquiétant dans toute l’Europe Il y a plusieurs facteurs explicatifs :

    Ø  Taux de chômage explosif dans la zone Euro (19,4 millions de chômeurs en 2013) :

    o    Grèce = -18,4 pts de variation d’emplois total entre 2008 et 2013

    o    Espagne = -16,9 pts de variation d’emplois total entre 2008 et 2013

    o    Lituanie = -15,7 pts de variation d’emplois total entre 2008 et 2013

    Ø  Effondrement de la demande intérieure dans les pays en crise :

    o    Allemagne = excédant commercial en progression depuis 2002

    o    France = déficit commercial (compétitivité en perte de vitesse)

    Ø  L’Europe est le seul continent à ne pas avoir retrouvé son niveau de production de 2007.


    Chiffres du FMI (donnés à titre indicatifs)

     

    Pays

    Taux de croissance

    Taux de chômage

    USA

    2,8%

    6,4%

    Japon

    1,4%

    3,9%

    Zone euro

    1,2%

    11,9%

    France

    1%

    11%

    Allemagne

    1,7%

    5,2%

    UK

    2,9%

    6,9%

    Pays émergents

    2,4%

    NC

     

    2 - L’austérité budgétaire imposé à toute l’Europe. 

    On tente de réduire les dépenses publiques. 5 ans de crise ont fait exploser le poids des dettes publiques

    Ø  Grèce : 156,9% du PIB (malgré 50% des dettes privées annulées)

    o    Poids de la dette grecque dans la zone euro : 3,4%

    Ø  Italie : 127% du PIB

    o    Poids de la dette italienne dans la zone euro : 23%

    Ø  Portugal : 123% du PIB

    Ø  Irlande : 118% du PIB

    Ø  France : 90% du PIB

    Ø  Allemagne : 82% du PIB

    Politique de rigueur mises en place = retour de la récession :

    o    Contraction en retour de l’activité

    o    Augmentation des impôts pour alimenter le budget de l’État

    o    Calendrier de retour à l’équilibre budgétaire assoupli.

    o    Problème de l’effet « boule de neige » de la dette. Mécaniquement, les intérêts vont monter et l’État va s’endetter encore plus

     

    3 - Une récession qui s’installe en UE ? 

    Le problème de la compétitivité : comparaison France / Allemagne 

    Ø  Impact négatif d’un euro fort sur l’économie européenne.

    Ø  Industrie française : problème d’innovation ; haut de gamme peu présent

    Ø  Industrie allemande : spécialisation historique « haut de gamme »

    Ø  Mode de management autoritaire en France / plus souple en Allemagne.

    Ø  Stagnation en Allemagne et en France ne compense pas. Le recule de l’activité en Espagne et Italie.


    Des soucis d’insertion pro. Pour les jeunes européens 

    Ø  Irlande et Espagne surtout (40% des jeunes au chômage en Espagne)

    Ø  Concerne surtout les jeunes sans formation ni qualification

    Ø  Solde migratoire des « PIIGS » négatif : les jeunes partent.

    Ø  Plus forte exposition que leurs ainés au risque de pauvreté

     

    4 - Le modèle allemand : un exemple à suivre ? 

    Un modèle qui résiste mieux à la crise que ses voisins européens :

    Ø  Spécialisation dans les biens d’équipement et le haut de gamme :

    o    Réalisée lorsque la demande des pays émergents à augmenter

    o    Gouvernance des entreprises qui associe les salariés (ces derniers participent plus dans les décisions importantes)

    Ø  Déclin démographique allemand :

    o    Réduction des dépenses publiques et privées

    o    Limitation de la montée des prix dans l’immobilier

    Ø  Fortes inégalités hommes-femmes :

    o    Développement du travail féminin surtout à temps partiel

    Ø  Transition énergétique très précoce

    o    Énergies renouvelables mises en avant.

     

    5 - Le chômage en France : un mal difficile à soigner 

    Quelques éléments mis en œuvre pour lutter contre ce mal :

    Ø  Contrats aidés : pour jeune peu qualifiés ou chômage longue durée

    Ø  Contrats de génération : favoriser emploi des jeunes et le maintien des séniors en emploi.

    Ø  Crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) : avantage fiscal pour les entreprises qui emploient des salariés payés 2,5 fois le SMIC.

    Ø  Loi sur l’économie sociale et solidaire : vise à créer 100.000 postes dans ce secteurs (actuellement : 10% de l’emploi total).

    Ø  Problème de la flexibilité du marché du travail réclamée par le patronat.

     

    6 - Le recul de la pauvreté mondiale mais pas des inégalités 

    1er des objectifs du millénaire du développement (en 2000) : réduire de 50% de l’extrême pauvreté dans le monde entre 1990 et 2015.

    Ø  Objectif atteint avant l’échéance : proportion de personne vivant avec moins de 1,25$ par jour est passée de 43% à 21% en 10 ans seulement. La Chine a réduit à 12% (autrefois 60%) le nombre de pauvre sur le territoire.

    Ø  Cependant, les inégalités se creusent au profit des 10% les plus aisés. En Chine, elles augmentent alors qu’en Amérique Latine, elles reculent depuis 10 ans (même si elle reste à des niveaux très élevés).


    I – Définition et émergence de l’analyse économique 

    1 - L’économie, un objet introuvable ? 

    Quelque soit l’activité humaine que l’on observe. On s’aperçoit qu’il va falloir résoudre des problèmes d’équilibres entre d’un côté les différents besoins que l’être humain va devoir satisfaire et les efforts nécessités pour satisfaire ces besoins.

    On pourrait se dire que l’analyse économique se concentre sur un domaine concret. Historiquement, les économistes ont orientés leurs recherches sur le domaine concret :

    Ø  La production ou la consommation

    Ø  Les échanges commerciaux

    Ø  Le chômage, l’inflation

    L’économie n’est l’étude que d’un domaine et il est assez difficile de résumer l’économie à une liste concrète car :

    Ø  Les phénomènes économiques pures n’existent pas (la consommation est influencée par les phénomènes sociologiques, politiques)

    Ø  C’est la méthode d’analyse et les conclusions qui diffèrent. Économie est un terme polysémique, il peut désigner :

    Ø  Une réalité économie (« l’économie française »)

    Ø  Un système économique (« l’économie capitaliste »)

    Ø  L’analyse économique dans son ensemble

    Ø  Une théorie économique (« l’économie keynésienne »)

    Ø  Un comportement (« réaliser des économies d’échelles ») (produire en grande quantité pour réduire le coût de production unitaire).

     

    2 – Une définition basée sur 2 concepts 

     L’économie peut être considéré comme l’étude de la façon dont les individus ou les sociétés utilisent les ressources rares en vue de satisfaire au mieux leurs besoins. 

    L’analyse combine à la fois des éléments « macroéconomiques » et

    « microéconomiques » qui conduisent aux questions de base de tout économiste :

    Ø  Qui sont les décideurs ? (ménages, entreprises)

    Ø  Quels sont leurs objectifs ? (consommer, produire, épargner, profit)

    Ø  Quels sont les moyens disponibles ? (matériels, financiers, humain)

    Ø  Quelle est la solution optimale compte tenu des ressources ?

    Économie qui vient du grec ancien NOMOS (La loi, la norme) et OIKOS (maison, domaine). Le tout signifiant « Administration du patrimoine ».

     

    A – La notion de rareté et de choix, cœur de l’analyse économique 

    1   – Disproportion entre besoins et ressources 

    La science économique repose sur une notion fondamentale qu’est la rareté, puisque nous n’avons pas des ressources illimitées mais de besoins illimitées. Cette rareté va conditionner l’économie (science des choix) et distinguer les catégories de biens. Cette notion de rareté est fondamentale car l’activité humaine ne peut perdurer qu’à travers des choix. Cette notion est permanente.


    2   – Biens économiques ou bien libres ? 

     


    A - Définitions 


     

     

    On considère parce que les biens sont rares que la science économique existe.

    Cette rareté va permettre de distinguer un bien économique et un bien libre.


    Bien économique : résultat type d’un travail humain pour l’obtenir. Il nécessite un certain cout 

     d’acquisition 

    Bien libre : il s’agit d’un bien gratuit et ne nécessite aucun travail pour l’obtenir. 

    Mais la frontière entre les deux est parfois très mince (ex : l’eau, l’air).

     

    B – Classification des biens économiques 

    On peut opérer une classification des biens économiques en fonction de plusieurs éléments :

    Ø  De la nature du besoin :

    o    bien de consommation qui permet de satisfaire la demande des consommateurs.

    o    Les biens de production ou d’équipement qui permettent de produire d’autres biens.

    Ø  De leur durée d’existence :

    o    Les biens qui disparaissent dès le 1er usage : des biens non durables, consomptibles

    o    Les biens semi-durables : il faut les remplacer périodiquement mais dont l’usage se fait sur plusieurs périodes.

    o    Les biens durables : l’existence peut se prolonger sur des années (ex : bâtiments).

    Ø  De leur nature (problème de séparation entre biens et services) :

    o    Les biens sont des objets tangibles, matériels.

    o    Les services sont intangibles, immatériels.

    Lorsqu’on achète un bien matériel, on achète également les services qu’ils vont nous procurer (ex : une voiture).

    Ø  De leur reproductibilité : certains biens sont des pièces uniques ou produites en grande quantités. On va opposer les biens productibles des biens non reproductibles.

    Ø  Du degré d’exclusion du bien utilisé (bien public/privé). Un bien public est un bien collectif, peut être consommé en quantité égal par tous tandis qu’un bien privé nécessite un achat préalable et qui va exclure de sa consommation d’autres personnes. (Ex de bien public : la sécurité, lutte anti-terrorisme) (Ex de bien privé : un pain au chocolat).

    Ø  De leur degré d’interchangeabilité avec des classifications juridiques :

    o    Les biens fongibles (qui peuvent se remplacer entre eux)

    o    Les biens non fongibles (uniques) Comment déterminer un bien public ?

    Comment satisfaire le mieux ses biens (l’État, CT, sociétés privées) ? 

     

    3   – La rareté suppose des choix et induit des coûts 

    Lorsque les ressources sont abondantes, les questions économiques de base ne se pose plus mais d’autres questions se posent :

    Ø  Que produire ? Pour qui et en quelle quantité ?


    Toutefois, lorsque les ressources sont rares, les questions économiques se posent mais aussi :

    Ø  Quelle quantité produire ?

    Ø  Quelle méthode utiliser ?

    Ø  Combien cela coutera ?

     

    4   – Le concept d’utilité 

    Le concept d’utilité fut développé dans le concept de la théorie microéconomique néoclassique (voir chapitre 1). C’est la satisfaction globale qu’un individu retire de la consommation d’un panier de bien. C’est une notion subjective et cela empêche les comparaisons entre les utilités. Elles ne sont pas comparables.

    L’utilité va dépendre de la quantité de bien consommé, mais aussi de l’intensité du besoin à satisfaire. Puisque le besoin est insatiable, l’intensité va diminuer avec sa consommation (Ex : quelqu’un qui a soif, le 1er verre d’eau procura une utilité importante, le 2ème une satisfaction moins importante, jusqu’à un sentiment d’inconfort). Le but va être de mesurer le degré de satisfaction par la dernière unité de biens consommés : c’est l’utilité marginale.

    On peut utiliser l’unité cardinale (ex : préférence de 7/10) mais aussi l’unité ordinale (je préfère le sucré au salé). VILFREDO PARETO préfère utiliser le terme d’ophélimité. Selon lui, l’économie n’a pas décider ce qui est utile ou pas. On considère qu’il y a des biens utiles à une personne mais aussi à plusieurs personnes en même temps.

    On peut considérer que l’utilité collective correspond à la somme des utilités individuelles. Problème : comment ajouter ces utilités individuelles sachant qu’elles ne sont pas comparables.

    On peut imaginer cette utilité collective : celle qui relie des biens et services à un ensemble d’individus différents des êtres individuels (pays, nation). Il existerait donc des besoins spécifiques et un ensemble de bien et services. Ces 2 postulats vont définir les 2 méthodes de pensée économique : la microéconomie et la macroéconomie (Ex : Comment se forme le revenu individuel ? Microéconomie ou alors la formation de l’ensemble des revenus d’une nation).

     


    B  La rationalité 


     

     

    Cette rationalité économique n’est pas la même que celle étudié par les


    philosophes. En économie, on considère que l’objectif principal est de satisfaire un besoin. Être rationnel en économie, c’est trouver la meilleure combinaison pour satisfaire au mieux ses besoins alors qu’en philosophie, la notion de rationalité est basée sur la notion de « raisonnable ».

    Si on est rationnel, doit on accepter de prendre le téléphone le moins cher ou accepter de payer un peu plus cher pour avoir plus de qualité ? (Exemple).

    Herbert Simon a étudié les limites de la rationalité. C’est le principe de la rationalité limitée : les individus en général ne recherchent pas la solution optimale mais s’arrête consciemment ou non, à la 1ère solution satisfaisante qu’il découvrent. Il va opposer 2 types de rationalités :

    Ø  La rationalité substantive (basé sur une information parfaite)

    Ø  La rationalité procédurale (basé sur l’information imparfaite)

    En microéconomie, on part du principe que l’individu est parfaitement rationnel et optimal, ce qu’Herbert Simon contredit en disant que ce n’est pas toujours vrai.


    II – Objet, méthodes et courants de pensée 

    A – Objet de la connaissance économique 

    1  La théorie est, par essence abstraite 

    On considère qu’aucune théorie ne cherche à être réaliste. L’abstraction théorique permet de simplifier la réalité complexe. Les conclusions de la théorie sont ensuite confrontées aux faits.

    L’économiste s’attache à déterminer les variables qui expliquent une autre variable « toutes choses étant égales par ailleurs » (Ex : le prix du pétrole, la variation du SMIC, l’inflation, le moral des consommateurs… expliquent la consommation de voitures).

     

    2  Le statut scientifique de la science économique 

    Il y a des divergences de conception avec un courant majoritaire qui dit que les règles du travail scientifique sont les mêmes dans les sciences de l’Homme et celles de la nature tandis que le courant minoritaire explique que les sciences de la nature et les sciences sociales sont différentes car l’expérimentation n’est pas possibles dans ces dernières.

     

    3 – Les problèmes d’organisations économiques concernés 

    Les choix économiques sont nécessaires pour faire face à la rareté. Plusieurs questions se posent :

    Ø  Que produire et en quelle quantité ?

    Ø  Comment produire ?

    Ø  Quels critères pour l’attribution des biens produits ?

    Ø  Les ressources économiques sont elles intégralement utilisées ?

     

    B – Les méthodes utilisées par les économistes 

    1  La méthode déductive et inductive 

    La méthode déductive, utilisée par les néoclassiques et qui proposent des hypothèses simplificatrices de départ et à partir de celles-ci, on construit un modèle qui rend compte du réel. C’est une démarche abstraite (le réel sert d’illustration).

    La méthode inductive, utilisée par l’école historique allemande, consiste en une observation des faits, la formulation de lois par généralisation et plusieurs façons de la mettre en œuvre. Toutefois, il y a remise en cause de la non prise en compte des spécificités nationales dans la démarche déductive.

     

    2 – La méthode quantitative et qualitative 

    La méthode quantitative utilise les mathématiques telles que l’économétrie, les techniques comptables et la recherche opérationnelle.

    La méthode qualitative utilise l’analyse sous l’angle des sciences sociales et des structures de l’économie.


    3 – Méthode statique et analyse dynamique 

    La méthode statique consiste en une situation de point de départ et de point d’arrivée, sauf que peu importe le moyen auquel on arrive au bout.

    La méthode dynamique va analyser chaque étape et différents moyens du départ à l’arrivée.

     

    4 – Microéconomie et macroéconomie 

    En microéconomie, le fonctionnement global de l’économie est étudié à partir de l’analyse du comportement individuel des agents économiques. Elle analyse l’interaction entre les agents et se réfère à l’individualisme méthodologique (le comportement global de l’économie résulte de l’agrégation des comportements individuels).

    En macroéconomie, le fonctionnement global de l’économie est étudié à partir de l’analyse d’un point de vue global, à travers des relations qui peuvent exister entre ses agrégats. L’utilisation de données statistiques qui concernent généralement des ensembles d’individus et non des individus particuliers. Elle se réfère au holisme méthodologique (le tout est différent de la somme des parties).

     

    5  Le clivage des écoles de pensée 

    Le courant classique prône que le marché est au cœur de l’analyse et les prix sont la référence absolue. Par conséquent, l’État doit rester à sa place.

    Le courant néoclassique (fin 19ème à nos jours), les monétaristes et les nouveaux classiques.

    Le courant keynésien considère que le mécanisme des prix et du marché sont insuffisants pour assurer l’équilibre du système. L’État doit intervenir, le courant keynésien est donc « interventionniste ».

    Karl Marx et son courant marxiste critique radicalement l’économie politique classique. L’État est omniprésent, on parle de système « socialiste » au sens marxiste du terme (et non politique).

     

     

    Chapitre 1 : Histoire et évolution de la pensée économique 

    INTRODUCTION : LES PREMIERS PENSEURS DE L’ECONOMIE 

    1  Antiquité 

    A – La conception communautaire de Platon 

    Platon (-428 ; -347) a écrit 2 ouvrages majeurs : « La République » et « Les


    Lois ».


     

    Il va défendre ses idées sur :

    Ø  La division du travail

    Ø  Les classes sociales qui compartimentent la société

    Ø  Un modèle basé sur l’égalité : une « cité idéale » gérée par l’État


     

    B – Aristote : un libéral précurseur ? 

    Aristote (- 384 ; -322) est un fervent opposant des thèses de Platon

    Ø  L’Éthique qui est selon lui la science de l’activité individuelle

    Ø  L’Économique qui est pour lui la science de l’activité en famille

    Ø  La Politique est la science de la vie de la cité


    Aristote pense que l’État n’est pas le plus important mais la propriété privée.

    Il met en avant 2 notions

    Ø  La Justice commutative : Égalité arithmétique, elle cherche à donner à chacun le sien et la même part.

    o    Elle fonctionne par comparaison des choses

    Ø  La Justice distributive : elle se bas sur une répartition géométrique. Il ne s’agit plus d’Égalité pure mais d’équité.

    o    Elle donne à chacun quelque chose en fonction de ses efforts, de son travail (on compare les personnes entre elles).

    Il met en avant la notion de chrémastique est définie par Aristote comme la production (ou l’activité) qui entraine un échange monétaire. Cette chrématistique est un sous élément de la notion économique, qui signifie que la production de richesses se fait dans le cadre de la famille.

    L’échange chrématistique comprend la richesse (accumulation de finance ou d’argent). Dans ce cas, l’argent est une fin. Ici, l’argent me permet d’acquérir une marchandise, que je vais revendre afin d’avoir plus d’argent. C’est le bien qui devient un intermédiaire pour obtenir un profit financier (spéculation) de ce processus (Argent  + d’argent).

    Celle ci se dispose en 2 parties :

    Ø  Celle qui est nécessaire pour satisfaire des besoins

    Ø  Celle qui est condamnable et qui consiste à faire du commerce pur pour en retirer profit

    Il condamne également la notion de « travail salarié » mais aussi la notion de

    « prêt avec intérêt ». Il estime que l’enrichissement s’oppose à la Sagesse (Phronésis). Le commerce ne sert à faire vivre que la famille.

     

    2  Moyen Âge 

    Saint Thomas d’AQUIN (1228 – 1274) 

    Il est un des premiers à faire la synthèse entre la notion économique et religieuse.

    On a une vision de la société totalement centrée par Dieu (volonté divine).

    L’économie n’est envisagée que sous l’angle de la morale religieuse. On considère que le terme économique n’est fait que pour résoudre des problèmes théologiques et moraux.

    On retrouve un pré notion de classes sociales :

    Ø  Ceux qui prient (clergé)

    Ø  Ceux qui font la guerre (noblesse)

    Ø  Ceux qui travaillent (tiers-état)

    Saint Thomas d’AQUIN estime que le taux d’intérêt doit être prohibé car il n’est pas lié au travail.


    I – Les doctrines préclassiques : « les précurseurs » 

    A – Le mercantilisme 

    1   – Premiers pas vers la pensée économique 

    A l’époque de la Renaissance (XVIème siècle), on a une transformation très importante de la société avec l’ascension du capitalisme commercial. On considère que c’est un nouveau modèle économique qui va amener de nouvelles façons de raisonner et qui s’oppose complètement aux idées d’Aristote.

    La création de richesses doit se faire pour la Nation et dans la Nation. On a aussi l’émergence du protestantisme, pour qui « travail » et « épargne » ne sont pas opposés à la notion de travail spirituel.

    La construction des États-Nations transforme le regard sur l’économie basé sur une perspective théologique et morale, pour l’ancrer dans l’histoire de son temps. C’est la montée de l’idée de « l’État » qui va donner naissance à une certaine forme de rationalisme économique.

    Ce sont les premières étapes vers une économie politique « classique ».

     

    2   – Idées dominantes du mercantilisme 

    Comment contribuer à la puissance d’un royaume ? 

    Il existe 2 moyens principaux :

    Ø  Mettre en place les conditions pour enrichir le prince avec un

    « maximum d’or »

    Ø  Mettre en place le protectionnisme

    C’est l’apparition de la notion « d’économie politique ». C’est le fait d’analyser l’économie de façon globale (macroéconomique) et plus seulement dans le cadre familial.

    Ce courant fut importants et quelques auteurs comme Jean Bodin, Antoine de Montchrestien (en France), William Petty et John Locke pour l’Angleterre.

    Le mercantilisme repose sur le principe de « Chrysohédonisme » qui considère que la puissance d’un État repose sur la quantité d’or et d’argent, ce qui permet d’assurer sa prospérité.

    Ø  La notion d’activité commerciale se généralise (avec les exportations)

    Ø  Ils considèrent que l’interdiction de la sortie de denrées alimentaires du pays est souhaitable.

    Ø  Ils considèrent que l’État doit intervenir pour fixer les règles mais également pour stimuler l’activité économique.

    Il existe différents noms du mercantilisme :

    Ø  Industrialisme français : Richesse provient du travail des sujets du monarque. L’objectif est de développer les industries afin d’exporter et que la France s’enrichit. Colbert va créer la « Manufacture des Gobelins ». C’est le premier qui a instauré des droits de douane (instauration de taxes) sur les produits étrangers.

    Ø  Caméralisme allemand : qui met l’accent sur l’intervention du Prince dans la vie économique. Tradition qui se retrouvera dans l’école historique allemande.

    Ø  Bullionisme espagnol : Piller les colonies pour importer et l’argent. A l’époque, ce ne fut pas un succès car l’accumulation de métaux précieux a conduit à une hausse des prix (inflation).


    Ø  Mercantilisme anglais : Importance du commerce extérieur et des échanges maritimes. Stimulation de la puissance commerciale et maritime anglaise. Des pactes commerciaux ont été passés avec l’Angleterre et les colonies mais contraignent les colonies à produire le strict nécessaire pour l’Angleterre.

    Il y eu d’autres termes importants du mercantilisme :

    Ø  La loi de GRESHAM : « La mauvaise monnaie chasse la bonne »

    o    Avant goût de la « théorie quantitative de la monnaie »

    Ø  John LAW et la « Banque générale » de 1716

     

    B – La physiocratie 

     


    1   - Présentation


     

    2   éléments sont la base de cette doctrine (18ème siècle) avec le début d’une


    véritable réflexion économique avec la révolution industrielle en Angleterre et on commence à avoir une internationalisation des échanges :

    Ø  L’ordre naturel est dicté par des lois de la nature… L’État ne doit pas intervenir. L’objectif pour les physiocrates est de comprendre cet ordre naturel. Il est issu de la volonté divine et celui-ci est supérieur à la décision humaine.

    Ø  Les gouvernants ne doivent pas interférer avec ces lois car le mécanisme naturel en serait modifié.

    Après la mort de François QUESNAY (médecin du roi Louis XV, chef des physiocrates), ce courant décline très rapidement. C’est le premier à représenter le fonctionnement de l’agent économique sous la forme d’un circuit reposant sur 3 principes : la production, les dépenses et les revenus.

     

    2 – Contexte historique particulier 

    Toutefois, le contexte historique est particulier : c’est le début du déclin du secteur agricole et les multiples réglementations de l’État (idées mercantilismes).

    La valeur des productions est mesurée à partir de la quantité de travail nécessaire pour les produire.

    Même si cette pensée fut assez courte, c’est le premier à l’avoir analyser sous forme de tableau économiques et de classes sociales (avec une classification des agents économiques) :

    Ø  La classe productive (agriculteurs)

    Ø  La classe « stérile » (tous les citoyens non agriculteurs  

    commerçants ou artisans)

    Ø  La classe des propriétaires qui détiennent les droits de propriétés que la classe productive exploite.

    Il n’y a pas de hiérarchie physiocrate. Les 3 ont leurs places et ont un rôle bien précis.


     

     

    Préambule 


    II – Les économistes classiques 

     

     

    Les principes de base de la pensée classique : nous sommes au 18ème siècle.

    Ø  L’État doit peu intervenir (voire pas du tout)

    Ø  Une économie efficace est concurrentielle

    Ø  La propriété privée constitue un fondement indispensable

    Ø  Le salaire des ouvriers conditionnent la démographie


     

    A – Le père fondateur : Adam SMITH 

     

    1   - Présentation 

    Adam Smith (1723 – 1790) publie en 1776 « Recherches sur la nature et les

    causes de la richesse des Nations ». On le considère comme l’ouvrage fondamental de l’économie contemporaine.

     

    2   – Distinction entre valeur d’échange et d’usage 

    On a plusieurs contributions majeures :

    Ø  La métaphore de la main invisible : il considère que les Hommes sont guidés par une seule chose : la recherche de leur intérêt personnel. Cette recherche va être guidé par une main invisible (volonté divine). Il considère que le marché s’autorégule.

    Ø  Il va distinguer les notions de valeur d’usage et d’échange : le travail est le fondement et l’essence des richesses. C’est la seule mesure réelle qui puisse servir à comparer la valeur des marchandises.

    o    La valeur d’échange sera déterminée en fonction de la quantité de travail nécessaire pour produire ce bien. C’est la seule qui est importante pour lui. Théorie de la valeur travail

    o    La valeur d’usage n’est calculée que par rapport à l’utilité des produits.

     

    3   – Division du travail et spécialisation des tâches 

    La division du travail a été observée dans une manufacture d’épingles. On s’est rendu compte que dans cette manufacture, les ouvriers fabriquaient ces aiguilles en petite partie. La division était un moyen d’accroitre la productivité.

     

    4   – Commerce et avantages absolus 

    Selon Smith, lorsqu’un pays possède l’avantage absolu sur son voisin, il a intérêt à se spécialiser dans la production pour laquelle il rencontre cet avantage absolu. Cette théorie repose sur les coûts de production. S’ils sont inférieurs à ceux des autres pays, la spécialisation est recommandée. Pour s’enrichir, l’ensemble des biens qu’un pays produit moins cher doit être exporté et doit importer ceux dont le coût de production est moins élevé que ceux que je produit.

     

    5   – La place de l’État dans l’économie 

    L’État doit intervenir de façon très minimale car il a ses fonctions « régaliennes » : la police, la justice, la défense, la diplomatie. Dans les activités économiques, seul le marché peut intervenir. On parle d’État gendarme.


    B – Les libéraux « pessimistes » anglais 

    Contrairement aux physiocrates et Adam Smith, ils ne croient plus aux bienfaits de la Nature. Ils considèrent que la fin sera forcément pessimiste mais aussi que les lois naturelles sont moins pires que les décisions humaines.

     

    1   – Thomas Robert MALTHUS 

    Il publie en 1798 « Essai sur le principe de la population ». Il considère qu’il y a une tendance à la surpopulation et qu’il faut limiter par la sélection naturelle et sociale. La population augmente plus vite que les denrées alimentaires produites car celles ci augmentent de façon arithmétique alors que la population augmente de façon géométrique. La famine finira par écraser les Hommes. L’État ne doit pas intervenir pour aider les personnes n’ayant pas assez pour vivre. Ils doivent donc mourir ! (c’est ce qu’il dit). Le peuple est responsable de sa propre misère.

    L’insuffisance de la demande peut entrainer des crises de débouchés.

     

    2   – David RICARDO 

    « Les principes de l’économie politique et de l’impôt », David RICARDO en

    1817.

    L’économie tend vers un état stationnaire, c’est à dire qu’on ne pourra pas améliorer ce qui existe. Par conséquent, il va s’intéresser pour reculer l’échéance de cet état stationnaire.

     

    A - La théorie de la répartition est fondée sur la « valeur travail » 

    Pour lui, toute la production est issue d’un travail réalisé par l’Homme et la valeur d’échange doit être évaluée à partir de la quantité de travail nécessaire pour le produire.

     

    B - La théorie du salaire minimum de subsistance 

    Il considère que le salaire doit être fixé à un minimum pour que les salariés puissent survivre. C’est une loi naturellement appliquée puisque si les salaires augmentent, les ouvriers auront plus d’enfants, ce qui fera plus de travailleurs par la suite et plus de concurrence entre eux et des salaires réduits.

     

    C - La théorie de la rente et classement en 3 catégories sociales 

    La rente est le revenu supplémentaire procuré au propriétaire des terrains pour satisfaire une demande de plus en plus importante.

    Ø  Les travailleurs salariés qui vendent leur travail et reçoivent un salaire naturel de subsistance

    Ø  Les capitalistes reçoivent un profit (valeur marchandises produites – salaires versés)

    Ø  Les propriétaires fonciers reçoivent une rende ( rendement de la terre la plus fertile et la moins fertile)

     

    D - La théorie des avantages comparatifs 

    Chaque pays doit se spécialiser dans la production pour laquelle il dispose de la productivité la plus forte (ou la moins faible), comparativement à ses partenaires, ce qui accroitra sa richesse nationale. Cette production est celle pour laquelle il détient un avantage comparatif. Cette thèse est à la base du fonctionnement de l’OMC. Pour Ricardo, l’échange passe forcément par le commerce.


    C – Les libéraux « optimistes » français 

    1   – Jean-Baptiste SAY (1767-1832) 

    Il publie 2 essais : « Traité d’économie politique » en 1803 et en 1817

    « Catéchisme d’économie politique »

    C’est l’une des figures emblématiques de l’école française d’économie libérale.

     

    A – La lois des débouchés : L’offre créée sa propre demande 

    Ø  La monnaie n’est qu’un voile dans les échanges

    Ø  Pas de crise durable de surproduction possible

    C’est un fervent défenseur de l’industrie. Il considère que les machines permettent de créer des emplois sur le long terme. Le chef d’entreprise est le point central de l’activité économique. Il est au cœur de la production.

    Il est contre l’intervention de l’État, qui doit soutenir l’innovation et la recherche. Les impôts sont néfastes pour l’économie.

     

    2   – Frédéric BASTIAT (1801-1850) 

    C’est un anti-étatiste, fervent défenseur du libéralisme. Il tente même de faire abandonner à la France ses positions protectionnistes.

    « L’État ne peut sortir d’un cercle déterminé sans se transformer en instrument d’injustice sans bouleverser la division naturelle du travail ».

     

    D – La réaction contre l’école classique : le socialisme de Karl MARX 

    Il publie en 1848 le « Manifeste du Parti communiste » et en 1867 « Le Capital » dont seul le livre I a été achevé par Marx.

    La théorie de la valeur travail (commun avec les classiques). La valeur d’échange différente de la valeur d’usage.

    Il estime que la classe ouvrière est exploitée par la bourgeoisie capitaliste.

    Le capitalisme contient en lui-même des contradictions avec une baisse tendancielle du taux de profit car les capitalistes ont voulant augmenter celui-ci augmente le nombre de machines utilisés va créer du chômage et baisse de la consommation et du profit. Les ouvriers sont plus pauvres (paupérisation) ce qui ne peut mener qu’à la révolution ouvrière et avec la fin du capitalisme.


    III – Le courant marginaliste : les néo-classiques 

    On assiste à un développement très important : après l’Angleterre et la France, l’Allemagne, les USA… On assiste à une 2ème révolution industrielle, basée sur le pétrole, l’électricité.

    On assiste à de très nombreuses innovations techniques mais également des crises, mouvements de population migratoires et des guerres.

    On considère que l’école classique anglaise domine la pensée économique mondiale depuis quasiment 1 siècle et de nouvelles écoles apparaissent à la fin du 19ème siècle pour renouveler cette pensée classique en utilisant les fondamentaux de l’école classique pour avoir d’autres conclusions différentes : c’est l’école néo- classique ou marginaliste.

     

    1  Théorie de la valeur utilité 

    Dans le contexte de la fin du 19ème siècle, il y a la révolution industrielle.

    L’école libérale convaincue de l’efficacité du marché mais aussi de la théorie de a valeur fondée par l’utilité du bien.

    On assiste à une analyse microéconomique avec un raisonnement « à la marge ». La satisfaction du dernier bien utilisé. Il y a u prolongement de l’école classique mais utilisation systématique de l’individualisme méthodologique.

     

    2 – Principales écoles néo-classiques 

    Il y eu au sein de l’Europe différents courants de cette pensée néo- classique :

    Ø  École autrichienne et l’utilité marginale

    Ø  École suisse de Lausanne et l’optimum de Pareto

    Ø  École française et l’analyse du duopole

    Ø  École suédoise (HECKSCHER) et américaine (FISHER).

     

    3 – Les principaux auteurs 

    Les principaux auteurs sont : Léon WALRAS (France) ; Alfred MARSHALL (UK) ; Vilfredo PARETO (Italie) et PIGOU (UK)

    Léon WALRAS (1834 – 1910) a raisonné sur le fonctionnement parfait du système économique :

    Ø  Il considère qu’il existe 3 marchés dans l’économie : le marché des produits, le marché des services et le marché des capitaux. Ces 3 marchés sont interdépendants et qu’il peut exister une situation d’équilibre général (offre = demande)

    Ø  Il a théorisé la concurrence et cette notion « d’équilibre général ». En situation d’équilibre, lorsque les 3 marchés sont équilibrés, chaque agent économique obtient un degré de satisfaction maximal.

    Alfred MARSHALL (1842 – 1924) considère qu’on peut raisonner dans un équilibre partiel (différent de WALRAS) et met en avant la notion de

    « concurrence imparfaite » par opposition à la « concurrence pure et parfaite » de WALRAS.

    Marshall a mis en place les bases de l’économie industrielle (branche de l’économie qui étudie le fonctionnement des marchés et les comportements des entreprises sur un marché).


    Vilfredo PARETO (1848 – 1923), sociologue et économiste italien va développer la formulation mathématique de l’équilibre général de WALRAS. Il va également introduire la notion « d’optimum ».

     L’optimum de Pareto est une situation économique considéré comme un optimum s’il n’est pas 

     possible d’améliorer la situation d’un agent économique sans dégrader la situation 

     d’un autre (voir chapitre microéconomie). 

    Arthur Cecil PIGOU (1877 – 1959), économiste anglais et élève de Marshall.

    Il fait la distinction entre :

    Ø  Le coût privé : Il correspond au cout de revient (achat des matières premières + rémunérations salariés) + rémunérations des apporteurs de capitaux (dividendes).

    Ø  Le coût du dommage engendré par la production : l’activité productive va rejeter des nuisances dans l’environnement, non réparées par l’entreprises (externalités négatives).

    Il considère que le coût social se calcule en additionnant les 2 coûts. Il est important que l’État (même néo-classique) interviennent pour taxer les entreprises et pour éviter que le coût privé soit inférieur au coût social.

     

    IV – La contestation du marché autorégulateur : John Maynard KEYNES 

    A – La critique de la théorie néo-classique 

    John M. KEYNES (1883 – 1946) publia en 1936 « Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie ». C’est un universitaire, théoricien et homme d’action. Contestateur du marché autorégulateur et a une influence considérable tout au long du 20ème siècle.

    1   – La crise de 1929 

    Ce qui a permis à KEYNES d’être mis en avant, c’est le krach de 1929 qui remettra en question tout ce qui a été dit auparavant :

    Ø  Jeudi 24 octobre 1929 : « jeudi noir », effondrement boursier

    Ø  Crise boursière affecte la consommation et les investissements

    Ø  Faillites d’entreprises, puis de banques dans la continuité.

    Ø  Crise financière devient une crise économique majeure

    Ø  Les solutions néo-classiques inefficaces pour résoudre cette crise

    Ø  Remise en question de l’orthodoxie néo-classique L’orthodoxie = théorie considérée comme dominante

    2   – Le rejet de la loi des débouchés 

    La loi des débouchés de SAY (Production = Revenu = Dépenses). Keynes estime que le revenu distribué ne sera pas obligatoirement dépensé (épargne possible). Il considère que la monnaie n’est pas neutre...

     

    3   – La monnaie n’est pas neutre 

    A l’opposé des néo-classiques, la monnaie est un tout sauf neutre. Keynes tente de répondre à la question :

    Pourquoi les agents économiques détiennent de la monnaie plus qu’ils n’en besoin pour assurer leurs paiements ? 

    Les motifs sont de faire face aux dépenses imprévues (dépend du revenu) mais aussi qu’on veut de la monnaie pour spéculer car la monnaie est une réserve de


    valeur parfaitement liquide et sans risque de perte de capital (si pas inflation) mais qui dépend du taux d’intérêt.

    Rappel : Pour les classiques, la monnaie est neutre et favorise les échanges.

    Le taux d’intérêt détermine le choix entre épargne et consommation

    Pour Keynes : la monnaie n’est pas neutre, elle peut-être désirée pour elle même. Le taux d’intérêt détermine « préférence pour la liquidité » (spéculation).

     

    4   – La défaillance du marché 

    Le marché ne peut pas en permanence garantir une situation de plein emploi.

    2 éléments sont importants :

    Ø  La notion d’équilibre de sous-emploi est possible car :

    o    Pessimisme des chefs d’entreprises

    o    Emplois proposés insuffisants

    Ø  Le chômage involontaire

    o    Soutien de la consommation nécessaire

    o    L’État à un rôle majeur pour l’activité économique

     

    B – La théorie keynésienne 

    1   – Analyse macroéconomique 

    L’analyse des comportements individuels suffit à comprendre l’évolution d’une variable économique pour les néo-classiques.

    L’addition des comportements individuels ne permet pas toujours de comprendre une société dans son ensemble. Il estime que cela n’est pas pertinent.

    Le salaire pour les néo-classique correspond au coût pour l’employeur mais un revenu pour l’employé.

    Les problèmes sont posés en termes de revenu global, de demande globale, d’emploi global…

    Il utilise des agrégats pour ajuster la politique de l’État.

     

    2   – Principe de la demande effective 

    Keynes considère que le niveau de l’emploi est déterminé par la production, qui dépend de ce qu’il appelle la demande effective.

    La demande effective représente la demande solvable attendue :

    Ø  Demande de biens de consommation des ménages

    Ø  Demande de biens d’équipement des entreprises (investissements)

    Pour la calculer, on va utiliser le niveau de consommation (« propension à consommer) + Niveau des investissement (liés à l’efficacité marginale du capital »)

    Ex : Si 80% du revenu est utilisé pour consommer, la propension sera de 0,8 et ce qui reste sera la propension à épargner (ici, 0,2).

    Pour les entreprises, les investissements vont dépendre des rendements comparés aux taux d’intérêts facturés par les banques… Ces éléments vont déterminer un certain niveau de l’emploi.

    Il n’y a aucune raison pour que cette demande effective corresponde systématiquement à la production d’atteindre le plein-emploi. Il estime que la situation d’équilibre peut être un équilibre de sous-emploi.

    Propension à consommer X Revenu = Niveau de consommation 


    Offre et demande de monnaie = Taux d’intérêts Prévisions des entrepreneurs = Taux de profits espérés 

    Taux d’intérêts + Taux de profits = Niveaux d’investissements 

     

    NIVEAUX D’INVESTISSEMENTS + NIVEAU DE 

    CONSOMMATION = DEMANDE EFFECTIVE (qui détermine la production et le niveau de l’emploi) 

    L’État doit soutenir l’activité économique à travers la dépense publique, notamment par les allocations, revenus minimums (SMIC, RSA), la redistribution (allocations chômage, maladie, retraite), les politiques fiscales avantageuses...

    Pour les entreprises, on peut distribuer des subventions, accorder des avantages fiscaux.

     

    3   – Principe du multiplicateur 

    Pour relancer l’économie selon Keynes, il défend une intervention de l’État lorsqu’il y a situation de chômage. Keynes va démonter qu’une variation de l’investissement public entraine une variation plus que proportionnel du revenu. Il estime que seul l’État peut pallier les déficiences du marché.

    L’activité économique repose sur le niveau de demande effective anticipée selon lui. Si les ménages consomment plus, il y aura donc augmentation des ventes de la part des entreprises, ce qui va inciter à investir plus pour reconstituer les stocks. Si il y a plus d’investissements, les entreprises vont embaucher plus, et s’il y a plus d’embauches, il va y avoir une distribution de l’emploi…

    Si le pays est en situation de crise, seul l’État peut donner ce « coup de pouce » aux ménages pour qu’ils consomment plus.

    Production Y = Consommation (C) + Investissements (I) Revenu (R) = C + Épargne (S) 

    Ex : Ménage consommant 80% du revenu (PAC de 0,8) et donc une propension à épargner de 0,2.

    Relance budgétaire de l’État grâce aux investissements publics : +100 Accroissement des revenus de 100 (plus de salaires versés entre autre)

    Hausse de la consommation de 80 (100 x 0,8)

    Embauches pour produire plus et revenu distribué augmenté Nouvelle hausse de la consommation (80 x 0,8 = 64) Nouvelle hausse de la production et du revenu

    Au final, multiplicateur : k = 1/(1-c)  (1-0,8)=0,2 

    Keynes va considérer que les investissements de l’épargne sera compensé par la hausse de la consommation et plus de production.

    Au final et à partir de l’exemple précédent :

    Ø  Investissement de départ : +100

    Ø  Montant cumulé des revenus redistribués : 100xK = 500

    Ø  Consommation globale de la période : 500x0,8 = 400

    Ø  Épargne globale de la période : 500-400 = 100

    Après la 2nde guerre mondiale, cette relance à permis à la France de relancer son économie… Aujourd’hui, cette relance est beaucoup moins efficace du fait que l’économie est mondialisée et profiterait surtout aux autres pays.

    L’ampleur du multiplicateur dépend de la part de l’augmentation du revenu utilisée à l’augmentation de la consommation (propension marginale à consommer).


    Si en moyenne les ménages voyaient leurs revenus augmenter de 4%, il n’augmenterait pas forcément leur consommation de 4%.

     

    4   – Préférence pour la « liquidité » 

    Keynes estime que la monnaie peut être désirée pour elle même. Il estime que certains ménages peuvent spéculer (faire de l’argent avec de l’argent). Le motif de spéculation, c’est la préférence pour des encaisses liquides par rapport à d’autres actifs financiers (comme des obligations)

    Taux d’intérêt = rémunère le fait d’accepter de se priver d’argent liquide

     

    5   – Intervention de l’État 

    Une intervention discrétionnaire de l’État est nécessaire pour :

    Ø  Maintenir la croissance économique (à l’aide des politiques monétaires, budgétaire et fiscale)

    Ø  Palier les insuffisances du marché

    C’est la notion d’État providence et qui par conséquent s’oppose à la notion d’État gendarme (ne pas confondre avec État policier).


    V – Les synthèses contemporaines 

    A – Postkeynésiens et néo-keynésiens 

    1   – Les postkeynésiens 

    Ce courant se développe dans les années 30

    Ø  Très proche des idées de Keynes

    Ø  Rejet total de l’analyse microéconomique

     

    2   – Les néo-keynésiens 

    Ce courant se développe dans les années 40 (École de la synthèse)

    Ø  Synthèse néo-classique et keynésianisme

    Ø  Analyse qui doit être complété par la microéconomie Les principaux auteurs majeurs de ce courant sont :

    Ø  John HICKS : Modèle IS-LM (Prix Nobel d’économie en 1972)

    Ø  Paul SAMUELSON (Prix Nobel d’économie en 1970), l’utilisation des mathématiques qui permet de modéliser les phénomènes économiques.

    John Richards Hicks (1904-1989) : Économiste anglais, un des plus influents du 20ème siècle  Il va modéliser la pensée keynésienne en environnement classique via le modèle « IS-LM » (IS = Investissements et Épargne ; LM = Préférence pour la liquidité et la monnaie)

    Paul SAMUELSON (1915-2009) : Économiste américain – « Économiste généraliste » - Auteur majeur

    Il publie ne 1948 un article scientifique qu’il transformera en livre (Economics : an Introductory Analysis). Ouvrage qui fera sa fortune et le plus vendu des livres d’économie au monde. En français, « l’Économie » est réédité.

    Contribution majeure à la diffusion de la pensée keynésienne, qu’il va modéliser à l’aide des mathématiques.

    Très nombreuses publications (plus de 500 articles dans les revues scientifiques) sur tous les domaines de l’économie + 2 livres majeurs.

     

    B – Le monétarisme : début des années 70 

    1   – Théorie quantitative de la monnaie 

    A la fin des années 60, début des années 70, Milton FRIEDMAN va critiquer assez violement l’interventionnisme keynésien. Issue de l’école monétariste.

    Pour celui-ci, l’inflation est un phénomène purement monétaire. Toute augmentation de la quantité de monnaie supérieure à l’augmentation de la production conduit à une hausse des prix.

     

    2   – Théorie du revenu permanent 

    Friedman estime que les ménages consomment en fonction de l’ensemble des revenus constatés pour les années antérieures mais aussi pour l’avenir.

    Ø  Aides ponctuelles de l’État sont inefficaces

    Keynes parle lui de « Revenu courant » : les ménages consomment en fonction du revenu de la période courante, hausse du revenu = hausse de la consommation (moins proportionnelle) (« loi psychologique fondamentale »).


    C – Les nouvelles écoles 

    Ø  La nouvelle École classique (NEC) à partir de la fin des années 70 :

    o    Rejet du keynésianisme

    o    Modèle macroéconomique, déduit à partir d’analyses microéconomiques

    o    Anticipations qui sont rationnelles, tout comme les agents économiques

    Ces principaux auteurs sont : KYDLAND / PRESCOTT / BARRO

    Ø  La nouvelle économie keynésienne à partir des années 80 :

    o    Courant de pensée en réponse à la NEC

    o    L’information est imparfaite pour les agents économiques

    o    L’État ne se substitue pas au marché mais PEUT intervenir

    Ces principaux auteurs sont : Joseph STIGLITZ (salaire d’efficience) et George AKERLOF (asymétrie d’information)


    CHAPITRE 2 : L’ANALYSE MICROÉCONOMIQUE DU MARCHÉ 

    Introduction générale 

    Ø  Adam Smith (Fin 18ème siècle) : la poursuite des intérêts individuels conduit à la réalisation général

    Ø  Léon WALRAS (fin 19ème siècle) : microéconomie néoclassique : analyse du comportement du consommateur et du producteur.

    Ø  AKERLOF (milieu 20ème siècle) : nouvelle microéconomie avec prise en compte des interactions stratégiques et des imperfections informationnelles.

     


     

    Quelle démarche ? 


    Micro et économie 


    La microéconomie explique les phénomènes économiques à partir de l’analyse des unités de bases : le consommateur et le producteur.

    Modèle économique dont les caractéristiques ont un rapport lointain avec les caractéristiques réelles des agents.

    Transposer à un niveau global les résultats obtenus à partir de phénomènes individuels (méthode des marginalistes dits « néo-classiques »)

    Quel est le cadre d’analyse microéconomique ? 

    Le cadre de référence est le marché. Il est gouverné par un système de prix.

    On considère qu’il y a transitivité des choix (Ex : Si A>B et B>C, alors A>C) Quels choix méthodologiques ?

    La place des mathématiques : rôle irremplaçable dans l’analyse microéconomique.

    Théorie descriptive ou normative ? Problème de réalisme des hypothèses VS. Modèle ultime idéal

    Liens entre micro et macro ? 

    Microéconomie : comportements individuels et leurs interactions (individualisme méthodologique)

    Macroéconomie : approche globale (holisme méthodologique).

    Mais comment rendre compte du fait que l’individu vit aussi en société sans risquer de schématiser à l’extrême ?

    Quels sont les concepts de base de la microéconomie ? 

    Ø  L’individualisme méthodologique

    o    Les agents économiques sont rationnels : « Homo oeconomicus »

    o    Analyse des comportements faite hors référence globale, la société est le résultat de toutes ces actions individuelles.

    o    Actions qui portent sur des biens économiques et échangés sur un marché.

    Ø  Le concept de la main invisible : le marché est sous certaines hypothèses le meilleur mode d’allocation des ressources rares pour la satisfaction des besoins individuels.

    Ø  Les modèles de base :

    o    la concurrence pure et parfaite (CPP) avec un modèle irréaliste et hypothèses restrictives


    o    La concurrence imparfaites donnant des modèles sous optimum comparés à la CPP ; modèles qui conduisent à des équilibres partiels

     

    I   – L’analyse de la situation de la concurrence pure et parfaite (CPP) 

    A – 5 conditions pour un modèle idéal ? 

    C’est un modèle théorique néo-classique qui repose sur une situation parfaitement idéale. Il faut 5 conditions :

    Ø  Atomicité du marché : une multitude d’offreurs et de demandeurs, tellement nombreux qu’aucun ne peut influencer le marché en sa faveur.

    Ø  Fluidité du marché : la libre entrée et sortie du marché. N’importe quel agent peut venir sur le marché

    Ø  Homogénéité des produits sur le marché : les produits vendus au consommateur doivent être parfaitement identiques. Seul le prix peut déterminer l’achat.

    Ø  Transparence du marché : l’information doit être parfaitement accessible.

    Ø  Mobilité des facteurs de productions : on peut déplacer l’ensemble des travailleurs mais aussi les moyens financiers et techniques pour adapter la production.

     

    2  Les justifications d’un tel marché 

    C’est un outil de modélisation de la réalité. Il permet de décrire une norme de ce qui devrait être, affirme la souveraineté du marché. C’est un modèle de référence en droit de la concurrence. Le prix est fixé par la rencontre entre l’offre et la demande.

     

    3 – Valeur d’échange et valeur d’usage 

    Cette distinction a été faite par Aristote à la base :

    Ø  La valeur d’échange (ou valeur travail) est liée à la quantité de travail nécessaire pour produire le bien. Elle est relative à un autre bien

    Ø  La valeur d’usage est évaluée par l’utilité procurée par le bien consommé. Elle est liée aux besoins, donc subjective.

     

    A – La théorie du consommateur et la demande 

     

    1   La demande est le fruit d’un arbitrage 

     

    A – Définition et détermination 

    Demande : relation entre la quantité optimale demandée d’un bien et les valeurs possibles des variables qui la déterminent. 

    Ces variables sont principalement : le prix du bien concerné, le prix des autres biens, le revenu du consommateur, les préférences du consommateur.

    La demande optimale est déterminée à partir des meilleurs choix du consommateur par la maximisation de sa satisfaction (utilité) sous contrainte de son budget et des prix des biens différents.

    Ne pas confondre les notions : 

    -          Demande (évaluée en terme de projet « ex ante ») 

    -          Consommation (évaluée en terme de réalisation « ex post ») 


    La notion de demande indique par exemple quel serait la demande optimale du consommateur pour un bien si son prix est fixé à un tel niveau alors que la consommation montre comment la consommation a évolué en fonction de la différente valeur des prix.

     

     

     
     

    B – Représentation graphique 

    La demande est une fonction décroissante du prix (pente négative)

    L’acheteur est « price taker » (l’acheteur n’influence pas le marché)

     

    C – Les exceptions à la règle 

    Courbe de demande peut devenir une fonction croissante du prix dans certains cas.

    Ø  L’Effet GIFFEN : Concerne les biens de première nécessité (nourriture, eau).

    Ø  L’Effet VEBLEN : Concerne les biens de luxe ostentatoires

    Ø  L’effet d’anticipation : lié à une situation d’incertitude

     

    D et E – Droite de budget 

    La droite représente une infinité de combinaisons possibles compte tenu du revenu, des prix des biens X et Y

     

    F – Courbe « revenu consommation » 

     

     
     

     


    2   L’abandon de la valeur travail pour la notion d’utilité 

     

    A – Le paradoxe de l’eau et du diamant 

    « Il n’y a rien de plus utile que l’eau, mais elle ne peut presque rien acheter, à peine y’a t’il moyen de rien avoir en échange ».

    Un diamant, au contraire n’a presque aucune valeur quant à l’usage, mais on trouvera fréquemment à l’échanger contre une très grande quantité d’autres marchandises.

    La valeur d’un bien provient donc forcément de la force de travail. L’eau ne valant presque rien car on la trouve assez dans la nature. C’est la théorie de la valeur travail.

    Les néo-classiques vont faire évoluer cette notion : JEVONS va expliquer que la valeur d’un bien n’est pas liée de la quantité de travail mais de son utilité marginale. C’est donc de la disponibilité de ce bien à un moment donné et ce qu’il appelle de la satisfaction procuré par sa consommation qui fera sa valeur d’échange.

    Dans le cadre de l’eau, l’utilité marginale d’un verre d’eau consommé va décroître très rapidement puisque chaque verre d’eau consommé va procurer une satisfaction moins importante. A l’inverse, la satisfaction d’achat d’un diamant est lié au prestige social et va décroître plus lentement.

    PARETO lui explique que la valeur d’un bien est lié à l’échange et non à l’objet lui-même. C’est le prix d’un bien qui va devenir la référence au niveau économique.

     

    B – Les différentes utilités : totale, marginale, ordinale et cardinale 

    Utilité totale : satisfaction globale que le consommateur retire de la consommation d’un bien. 

    WALRAS est le premier auteur français à avoir écrit sur cette notion d’utilité. Il sera suivi de JEVONS, britannique. Ils ont fait de l’utilité ce qui détermine le bien.

    Utilité marginale : Augmentation de l’utilité totale lors de la consommation d’une unité supplémentaire de ce bien. Elle est décroissante. 

    Utilité cardinale : Il faut attribuer une note pour mesurer le degré de satisfaction (conception des 1ers marginalistes) 

    Utilité ordinale : Attribution d’un ordre de préférence (conception proposé par PARETO) 

     

     

     
     

    C – Courbes d’indifférences 

    Fonction d’utilité permet d’indiquer le niveau d’utilité d’un consommateur donné lorsqu’il acquiert une certaine quantité de biens X1 et X2.

    Ces courbes représentent l’ensemble des paniers X1 et X2 qui procurent la même utilité au consommateur, plus je passe vers la droite, plus le degré d’utilité est important.

    Chaque courbe représente un niveau de satisfaction différent.


    Le palier de biens B et C sont au même niveau, ils procurent donc le même degré de satisfaction

     

    D – Notion de TMS (taux marginal de substitution) 

    Le taux marginal de substitution correspond à la quantité d’un bien qui suffit à dédommager le consommateur de la perte de l’utilité d’un autre bien. 

    Le TMS entre 2 biens X et Y mesure la variation de la quantité consommée du bien Y, qui est nécessaire, le long d’une courbe d’indifférence, pour compenser une variation de la quantité consommée du bien X.

    Si je peux acheter 2 biens et que je décide d’en acheter qu’un seul, le TMS va calculer la quantité du 2ème bien pour compenser la perte de l’autre bien.

    Calcul : Rapport des utilités marginales et à l’équilibre, identique au rapport des prix.

     

    3  – La fonction de demande du consommateur 

     

    A – L’élasticité-prix de la demande 

    C’est la relation entre la variation du prix d’un bien et celle de sa demande.

    La réaction de la demande face à une modification de prix n’est pas équivalente pour tous les produits. C’est l’élasticité qui va permettre de mesurer le degré de sensibilité de la demande lorsque le prix varie.

    On dit qu’il y a une forte élasticité si le prix augmente et que la demande baisse. En revanche, si le prix augmente mais que la demande ne baisse pas ou peu, on dit qu’elle est inélastique.

    C’est l’élasticité qui va permettre de mesurer le degré de sensibilité de la demande lorsque le prix varie.

     

    B – Effet de substitution, effet revenu 

    Une variation du prix d’un bien X par rapport au bien Y va donner lieu à 2 effets :

    Ø  Effet substitution (ou effet prix) : la baisse du prix du bien X va entrainer une hausse de la demande de X par rapport à Y

    Ø  Effet revenu : si le prix du bien X diminue, le pouvoir d’achat augmente.

    La demande de tous les biens va augmenter

     

    C – L’équilibre du consommateur 

    Pour les néo-classiques, le consommateur recherche le maximum de satisfaction, c’est à dire qu’il cherche à atteindre la courbe d’indifférence la plus élevée possible. Il est limité par son budget et que la meilleure combinaison possible (optimale) est représentée graphiquement par un point d’intersection entre la courbe d’indifférence la plus élevée et la droite budgétaire.

     

    D – Le surplus du consommateur 

    Certains consommateurs aurait acceptés de payer un prix plus élevé. C’est la différence entre le prix qu’il était prêt à payer (O Qe E P’) et le prix du marché (O Qe E Pe)

     

    E – De la demande individuelle à la demande globale 

    La demande totale d’un bien émane de l’ensemble des consommateurs présents sur le marché de ce bien.


    Si l’on considère que tous les individus sont confrontés au même prix et que la demande des uns n’influence pas celle des autres.

    Agrégation des demandes individuelles = Demande globale.

     

    B – La théorie du producteur et l’offre 

     

    1   L’offre est aussi le résultat d’un arbitrage 

     

    A – Définition et détermination de l’offre 

    Offre : Quantité d’un bien économique que les producteurs souhaitent vendre à un prix donné. 

    La courbe d’offre est généralement croissante et concave du fait de la loi des rendements décroissants.

    Ces principaux déterminants sont :

    Ø  Le prix du marché

    Ø  Les coûts de production

     

    B – Représentation graphique 

     

     
     

     

     

    C – La combinaison des facteurs de production et leur rendement 

    Les facteurs de productions correspondent à tous les éléments nécessaires pour produire un bien ou un service. Il existe 2 facteurs de productions :

    Ø  Facteur travail (ensemble des salariés)

    Ø  Facteur capital

    o    Capital financier, pour créer l’entreprise

    o    Capital circulant, qui est détruit pendant la production

    o    Capital fixe : utilisé sur plusieurs cycles de production

    On considère que l’entreprise doit utiliser les 2 facteurs. On parlera de combinaison productive, c’est à dire toutes les combinaisons possibles entre 2 facteurs pour obtenir un certain niveau de production.

    Voir graphique : On considère que les 2 facteurs sont substituables.

    Plus la courbe se déplace vers la droite, plus la quantité produite par l’entreprise sera importante.

     

    D – La contrainte budgétaire : la droite d’isocoût 

    La droite d’isocoût représente toutes les combinaisons de facteurs capital et travail que l’entreprise pourra se procurer en fonction de son budget et en fonction du prix des facteurs respectifs.


    2   La combinaison optimale des facteurs de production 

     

    A – Cout total, cout moyen et coût marginal 

    Coût total de production = Dépense minimale pour produire CT = Coûts fies (CF) + Coûts variables (CV)

    Coût moyen de production (CM) = CT/quantité produite

    Coût marginal (Cm) = Supplément de coût engendrée par une unité supplémentaire produite

    La courbe de Cm coupe celle de CM au minimum de CM.

     


    B  Isoquants et TMST 


     

    Le point E signifie que l’entreprise utilise son budget de façon optimale et la


    quantité de production est la plus importante avec la meilleure combinaison de facteurs possible.

     

    C – Le sentier d’expansion 

    Si on joint les différents optimums des isoquants de l’entreprise, on peut tracer ce que l’on appelle le sentier d’expansion, qui correspond à la meilleure combinaison de facteurs possible, lorsque la production augmente.

     

    D – L’équilibre du producteur de court terme et de long terme 

     

    De court terme 

     

    Lorsqu’on a atteint 100% des capacités de production, produire une unité de bien supplémentaire ne coûte pas forcément plus cher.

    Il faut donc investir plus et donc le coût va augmenter. Lorsque la quantité augmente, le coût moyen va augmenter.

    L’entreprise doit produire la quantité qui égalise son coût moyen et son coût marginal. Au delà du point A, l’entreprise est déficitaire.

    OPAQ = Recette totale (PxQ)

     

    De long terme 

     

    On considère que le profit à tendance à s’annuler puisque qu’il attire de nouveaux concurrents et offreurs, ce qui aura tendance à faire baisser le prix sur le marché.

    Le profit global économique devient nul.

     

    E – Le surplus du producteur 

    C’est la différence entre le prix auquel il était prêt à vendre (P’ Qe E) et le prix du marché (O Qe E Pe).

     

    F – De l’offre individuelle à l’offre globale 

    Pour passer d’une offre individuelle à une offre globale, ll suffit d’agréger (additionner) l’ensemble des offres individuelles.


    C – L’équilibre de marché en situation de CPP 

     

    1  – Représentation graphique 

     

     
     

     

     

    2  – Déplacement des courbes 

    Facteurs de déplacement de la courbe de demande agrégée :

    Ø  La variation du revenu disponible

    Ø  La variation des prix ou des taux d’intérêts

    Ø  La variation des investissements publics

    Ø  Facteurs psychologiques

    Facteurs de déplacement de la courbe d’offre agrégée :

    Ø  La variation des prix ou des taux d’intérêts

    Ø  La variation des coûts des facteurs de production

    Ø  L’apparition du progrès technique

    Ø  L’arrivée d’un concurrent sur le marché

     

    3   Les réajustements d’équilibre suite à un choc de demande ou d’offre 

    Un choc en économie constitue un élément extérieur au marché, non prévisible qui va influencer positivement ou négativement l’offre et/ou la demande (Ex : la météo)

    Tous ces éléments vont influencer ces courbes

     

    4  – L’optimum de PARETO 

    L’équilibre du marché en situation de CPP  seul le marché de CPP offre un optimum au sens de Pareto.

    On ne peut pas améliorer la situation d’un individu sans détériorer celle au moins d’un autre individu.

     

     

     
     

     


    II – L’analyse en concurrence imparfaite 

    A – Les conditions de la CPP sont critiquables 

    1   – Remise en cause des 5 hypothèses de base 

    Ø  Atomicité du marché  Monopole et oligopole existent

    Ø  Fluidité du marché  Barrière à l’entrée et sortie

    Ø  Homogénéité des produits  Segmentation du marché

    Ø  Transparence du marché  Information est coûteuse

    Ø  Mobilité des facteurs  Difficile à réaliser concrètement

     

    2   – Les modèles de concurrence imparfaite 

    Lorsqu’une des conditions n’est pas respectée, on est en situation de concurrence imparfaite.

    Ø  Marché en situation de monopole : 1 seul vendeur, multitude d’acheteurs. Le producteur est « price maker »

    Ø  Monopsone : Grand nombre de vendeurs, 1 acheteur unique

    Ø  Oligopole : Quelques vendeurs seulement, une multitude d’acheteurs

    Ø  Concurrence monopolistique : Nombre importants de vendeurs, spécificité des produits procure un avantage.

     

    B – La reconnaissance de l’inefficience du marché 

    1   – Monopole, externalités, biens publics 

    Le marché est inefficient pour gérer le monopole (Prix > Prix d’équilibre).

    Pour certains auteurs, l’État doit intervenir pour supprimer ces monopoles.

    Les biens publics ou biens « libres » qui sont disponibles pour tous (Ex : un

    phare)

    Bien public : Bien que plusieurs personnes peuvent consommer en même temps sans qu’aucune d’entre elle ne puisse être exclue (Ex : la qualité de l’air, la connaissance, l’environnement, nature). Il a 2 caractéristiques : on dit qu’il y a non rivalité (bien indivisible comme une route) et non exclusion (on ne peut interdire l’accès à ce bien). 

    Une autoroute n’est pas un bien public car il faut payer pour y accéder.

    L’État doit intervenir pour gérer les biens publics car l’entreprise n’a aucun intérêt à produire les biens publics.

    Le marché est inefficient pour gérer les externalités négatives comme la pollution. L’État doit imposer des normes. Par conséquent, l’intervention de l’État est nécessaire.

     

    2   – L’économie du bien être ou du choix social 

    PIGOU est un économiste néo-classique favorable à une certaine intervention de l’État.

    L’État doit intégrer les effets externes (externalités négatifs mais aussi positifs)

     

    Les effets externes : PIGOU et SEN 

    Les effets externes selon PIGOU :

    Ø  Il estime que lorsque un agent génère des nuisances, l’État doit à travers des impôts internaliser ses conséquences négatives (faire payer à l’entreprise les conséquences de cette pollution).


    Pour SEN :

    Ø  Il parle de la notion de « CAPABILITE ». Chacun doit mettre en œuvre les capacités qui sont en lui, pour construire une société durable.

     

    C – La nouvelle microéconomie ou l’importance de l’information 

    1 – Économie de l’information et rationalité limitée 

     

    A – Les « lemons » d’AKERLOF 

    En raison du manque d’infos, le choix du produit va se faire par défaut.

    Ø  Le consommateur sait qu’il existe de bonnes et mauvaises

    « occasions »

    o    Répercussion sur le prix d’achat à la baisse (limiter les risques)

    o    Bons vendeurs quittent le marché progressivement

    o    Acheteurs anticipent ce départ : baisse du prix

    o    Seuls les « lemons » restent

    o    Échec du marché

    « Lemons » : voiture de mauvaise qualité aux USA

    Par conséquent, l’État doit intervenir. Pour AKERLOF, il faut compenser ce manque d’informations.

     

    B – Le problème de l’aléa moral 

    Ø  Risque quand l’information est asymétrique

    o    Si le nouvel assuré est un conducteur sérieux ?

    o    Si le salarié ne relâche pas ses efforts ?

    o    Si la couronne posée par le dentiste était nécessaire ? Seule façon de limiter le risque : appliquer une forte sanction

    C – Théorie de l’agence 

    C’est la volonté de justifier l’existence des firmes par leur efficience (JENSEN et MEKLING), en évitant le gaspillage des ressources financières, matérielles… Elle constitue 50% de la performance.

    La « relation d’agence » : contrat qui relie le « principal » (donneur d’ordres) et « l’agent » (chargé d’exécuter les ordres).

    Délégation de tâches : dépenses pour vérifier leur bonne exécution. Ce sont les coûts d’agence.

    C’est également le choix à faire entre réaliser des tâches en interne ou en externe pur optimiser les coûts d’agence induits.

    Théorie utilisée pour expliquer l’externalisation 

    D - Théorie des coûts de transaction 

    WILLIAMSON qui développa un concept de COASE

    Ce sont des travaux sur les coûts de transaction sur le marché.

    En 1937, COASE estime que toute transaction sur un marché suppose des coûts (rédaction des contrats et recherches des produits aux meilleurs prix)

    Selon cet auteur, la « firme » (l’entreprise) permet d’économiser ces coûts en embauchant un salarié pour aire directement cette tâche.


    A partir de cette théorie, WILLIAMSON va expliquer sa théorie (en 1970) : lorsqu’une entreprise négocie avec son fournisseur (« contrat classique »), elle est obligée de négocier à chaque fois qu’elle a besoin du service considéré.

    L’entreprise peut alors préférer un « contrat personnalisé » qui lie durablement les 2 parties mais à l’intérieur de la firme comme un contrat de travail ou une prise de contrôle de ses clients ou de ses fournisseurs.

    Théorie utilisée pour justifier les avantages de l’intégration verticale. 

    Rachat de l’ensemble des éléments de la filière. Il maitrise toutes les étapes intermédiaires. 


    Chapitre 3 : Analyse macroéconomique et politique économique 

    I – L’importance de la compatibilité nationale 

    A – Les principes de la comptabilité nationale 

    La compatibilité nationale correspond à la représentation globale de l’économie de façon chiffrée et comptable. C’est le parallèle au niveau national de la compatibilité générale en entreprise. 

    Elle fut mise en place en 1950 et c’est transformé en 1976 puis harmonisée au niveau européen en 1995.

    On part du principe que l’activité économique est le résultat d’innombrables opérations effectuées par une multitude d’agents. Étant donné qu’il est impossible de décrire toutes les opérations individuelles, on va regrouper ces unités élémentaires en grande catégorie pour schématiser les différentes opérations économiques réalisées.

    On va considérer que l’ensemble des échanges entre les agents économiques constitue un circuit économique.

     

    1  La notion de circuit économique 

    François QUESNAY est le 1er économiste à utiliser la notion de circuit économique. KEYNES sera considéré comme le fondateur de l’analyse macroéconomique.

    La compatibilité nationale : créée après la 2nde guerre mondiale, pour avoir une analyse approfondie des économies nationales. L’harmonisation en 1995 fait naître le SEC 95 (système européen des comptes).

    Ø  Outil d’inspiration keynésienne macroéconomique

    Ø  Comptabilise les flux monétaires et réels entre agents économiques

    Ø  Description de la production et de la circulation des richesses Il existe 2 types de production :

    Ø  La production marchande, dont le prix de vente est > 50% des coûts de production

    Ø  La production non marchande, dont le prix de vente est < 50% des coûts de production ou gratuit.

    Regroupement des agents économiques en secteurs « institutionnels » : ils exercent la même fonction économique principale. Chaque secteur dispose de ressources et les utilisent : « emplois ».  6 secteurs institutionnels identifiés par la comptabilité nationale.

    Ø  Toutes les opérations sur les produits : cela concerne la production et toutes les utilisations

    Ø  Les opérations de répartition : formation de revenu

    Ø  Les opérations financières, qui focalisent sur les instruments financiers.


    2  Les agents et leurs fonctions 

     

    A – Les ménages 

    E  Ménages  R

    Leur fonction principale est : CONSOMMER biens et services ou PRODUIRE (entreprises individuelles)

     

    E (Emplois)

    R (Ressources)

    Consommation Épargne

    Revenus du travail Revenu du capital

     

    B – Les sociétés non financières 

    Les sociétés non financières ont pour fonction principale de PRODUIRE des biens et services marchands (pour faire du profit).

     

    E (Emplois)

    R (Ressources)

    Salaires (employés) Impôts (État)

    Profits redistribués (actionnaires)

    Profits conservés (autofinancement)

     

     

    Vente de biens et services marchands

     

    C – Administrations publiques 

    Les administrations publiques ont pour fonction principale de REDISTRIBUER et PRODUIRE des biens et services non marchands.

     

    E (Emplois)

    R (Ressources)

    Allocations (ménages) Subventions (entreprises) Investissements publics

     

    Prélèvements obligatoires (taxes + impôts)

     

    La vente du patrimoine public, des entreprises nationales sont effectuées pour récupérer de l’argent.

     

    D – Les sociétés financières 

    Les sociétés financières ont pour fonction principale de FINANCER (banques) et ASSURER (assurances).

     

    E (Emplois)

    R (Ressources)

    Rémunération épargne Placements financiers Primes d’assurance

     

    Vente de services bancaires et de services d’assurances


    E – Institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) 

    Les ISBLSM ont pour fonction principale de PRODUIRE des services non marchands.

     

    E (Emplois)

    R (Ressources)

    Consommations intermédiaires pour assurer la production de services

     

    Cotisation des adhérents Subventions

     

    F – Reste du monde 

    Les restes du monde inclus tous les agents économiques non résidents.

    Résident : agent économique présent sur le territoire national et économique plus d’1 an. 

     

    E (Emplois)

    R (Ressources)

    Exportations de biens et services

    Importations de biens et services

     

    B – L’analyse de l’activité économique nationale 

    1 – L’équilibre comptable 

    L’ensemble des ressources disponibles seront utilisées : Emplois = Ressources Mais dans la réalité, il peut y avoir une surproduction possible (variation des

    stocks)

    Ø  Ressources = Production (P) + Importations (M)

    Ø  Emplois = Consommations finales (CF) + Consommations intermédiaires (CI) + Formation brute de capital fixe (FBCF) + Variation des stocks (VS) + Exportations (X)

    P + M = CF + CI + FBCF + VS + X 

    2 – Les principaux agrégats 

    Un agrégat est un indicateur de performance économique permettant de comparer les différents pays entre eux. 

    Le PIB, qui sont les richesses crées par les entreprises résidentes d’un pays est un agrégat.

    Le PNB, qui sont les richesses crées par toutes les entreprises d’un pays, qu’elles soit résidentes ou non. C’est un agrégat.

    Le PIB se calcule de 3 façons différentes :

    Ø  Somme des valeurs ajoutées des entreprises + Impôts – Subventions de l’État

    Ø  Les dépenses : CF + FBCF + X – M

    Ø  Les revenus : L’ensemble des revenus primaires distribués dans l’économie pour rémunérer la participation des agents à la production.

     

    3 – La présentation des résultats 

    Ø  Tableau des entrées sorties (TES) : Décrit les relations entre chaque branche.

    Ø  Tableau économique d’ensemble (TEE) : Synthèse des comptes des secteurs institutionnels dans un tableau unique

    Calcul de ratios pertinents (significatifs économiquement)


    Ex :

    Ø  Taux d’investissement : FBCF / PIB

    Ø  Taux d’exportations : X / PIB

     

    II   – L’analyse des principaux comportements au niveau économique

    A – La consommation des ménages 

    1 – La fonction de consommation keynésienne 

    Il faut analyser le comportement du consommateur et d’autre part identifier les déterminants sociologiques de l’acte de consommation.

    L’épargne est fortement liée à la consommation. Elle consiste à renoncer à une consommation immédiate, pour obtenir une satisfaction plus forte ultérieurement.

     

    A – La loi psychologique fondamentale 

    « Les hommes tendent à accroître leur consommation à mesure que le revenu croît, mais non d’une quantité aussi grande que l’accroissement du revenu ».

    La consommation détermine la demande effective, anticipée par les entreprises. Elle est une fonction croissante du revenu et que l’épargne est un résidu.

    Le taux d’intérêt, selon Keynes ne sert qu’à choisir qu’entre les différentes formes d’épargne mais n’influence pas le niveau d’épargne.

    La fonction de consommation : C = CY (PMC x Revenu) + CO

    c = Propension marginale à consommer = Variation C / Variation Revenu Co = Consommation incompressible

    B – Les analyses de KUZNETS sur le court et long terme 

    Les analyses de KUZNETS (sur le court terme) : résultats compatibles avec les travaux de Keynes. La PMC diminue lorsque le revenu baisse.

    Sur le long terme : Les résultats réels sont contraires aux travaux de Keynes. Une augmentation du revenu se traduit par une augmentation de la consommation égale.

    Dans le temps, les PMC restent stables.

     

    2 – Les prolongements de l’analyse keynésienne 

    Ø  DUESENBERRY : Effet d’imitation  la consommation n’est pas liée qu’au revenu mais a des effets sociologiques, qui cherche à imiter les gens des classes supérieures à la sienne.

    Ø  MODIGLIANI : Théorie du cycle de vie  Les ménages consomment en fonction de cycles, différentes selon l’âge (1er âge, Actif, 3ème âge). Le comportement d’épargne apparaît à partir du « 2ème âge » et permet de maintenir la consommation.

    Ø  BROWN : Effet de cliquet  le niveau de consommation est rigide, à la baisse puisqu’une fois atteint un certain niveau de revenu, si les revenus diminuent sur le court terme, la conso reste stable.


    3  La théorie du revenu permanent de Friedman 

    Notion de « revenu permanent ». Les ménages consomment en fonction de l’ensemble des revenus constatés pour les années antérieures mais aussi pour l’avenir. Remise en cause de la politique budgétaire de l’État.

    KEYNES parle lui de « revenu courant » : Les ménages consomment en fonction du revenu de la période courante, plus le revenu augmente, plus la conso augmente (moins proportionnelle) (« loi psychologique fondamentale »).

     

    4 – Les dimensions sociales de la consommation 

    2 éléments ont influencés la consommation :

    Ø  La consommation ostentatoire (par VEBLEN) : on va consommer pour avoir une certaine avance. Le signe remporte sur l’utilité.

    Ø  La notion de filière inversée (par GALBRAITH) : l’offre dicte la demande (les entreprises influencent la consommation et pousse à acheter des choses par toujours utile).

     

    B – L’épargne des ménages 

    1 – Les différentes formes d’épargne 

    Ø  Thésaurisation : Conservation des moyens de paiement

    Ø  Placements monétaires : dépôt à vue, comptes rémunérés

    Ø  Placements financiers : acquisitions de titres (actions et obligations)

    Ø  Épargne non financière : immobilier, tableaux, or

     

    2  L’équilibre « épargne  investissement » et les divergences théoriques 

    Ø  Production = Consommation + Investissement  Y = C + I

    Ø  Revenu = Consommation + Épargne  R = C + S

    Ø  Production = Distribution revenu de même montant  Y = R Par transitivité : Investissements = Épargne (I = S)

    A – Approche néo-classique et classique 

    Ø  Analyse classique : la loi des débouchés = équilibre entre Y et R, et donc entre I et S

    o    Entrepreneurs réalisent les 2 opérations : I et S

    Ø  Analyse néoclassique

    o    Investissement des entreprises : financé par l’épargne des ménages

    o    Confrontation des ménages et des entreprises sur le marché des capitaux

    Le taux d’intérêt est la variable centrale : détermine, arbitrage entre consommation et épargne.

     

    B – Approche keynésienne 

    Ø  Épargne : RÉSIDU du revenu APRÈS la consommation

    Ø  Taux d’intérêt : permet de choisir entre l’épargne financière et non financière

    Ø  Aucune épargne préalable nécessaire pour investir : possibilité de recours au crédit


    C – Approche monétariste 

    L’épargne d’un individu dépend du revenu attendu, par celui-ci au cours de son existence. Le niveau d’épargne va compenser le niveau de désépargne d’une autre période.

     

    3  Les déterminants de l’épargne et de la consommation 

    Déterminants de l’épargne :

    Ø  Facteurs conjoncturels

    o    Revenu courant

    o    Inflation

    o    Taux d’intérêt

    o    Effet de richesse

    o    Endettement

    o    Incertitude

    Ø  Facteurs structurels

    o    Démographie

    o    Protection sociale

    o    Facteurs sociologiques Déterminants de la consommation :

    Ø  Économiques

    o    Revenu disponible

    o    Niveau des prix

    Ø  Sociologiques

    o    Effet de distinction

    o    Effet de signes

    o    Effet d’appartenance

     

    C – L’investissement 

    1 – La diversité des investissements 

    Ø  Investissement de renouvellement / capacité / productivité

    o    On achète des machines permettant d’augmenter la production

    Ø  Investissements induits / autonomes

    o     Poussé par la concurrence à produire autant ou plus

    o    Pour les entreprises leader, les entreprises vont investir pour le bien de l’entreprise

    Ø  Investissements bruts / nets

    o    Anticiper les défauts ou usure des biens de production

    Ø  Investissements de portefeuille

    o    L’achat de titres financiers pour réaliser une opération de placement. Spéculation et non prendre contrôle

     

    2 – Les déterminants de l’investissement 

    A – Capacité de production 

    L’entrepreneur doit se poser plusieurs questions essentielles :

    Ø  Le facteur capital (machines) est-il utilisé à 100% ?

    Ø  Le facteur travail (salariés) n’est il pas sous utilisé ?

    Pour amener à la question centrale : les capacités maximales de production sont elles atteintes ?


    B – Le prix relatif des facteurs 

    Quel facteur privilégier pour investir ? 

    Il faudra alors comparer le prix relatif des facteurs de productions, en tenant compte de tous les critères de comparaison (coût d’achat, taux d’intérêts, usure des machines contre charges salariales, salaires et cotisations, risque de maladies, grèves, etc.)

     

    C – Le niveau de la demande 

    C’est une variable importante dans le choix d’investir (ou pas)

    Ø  Si la demande est estimée comme stable par l’entrepreneur, alors il n’u aura aucune utilité à investir davantage

    Ø  Si au contraire, elle est supposée croissante dans un futur proche, il pourra être envisagé d’investir

     

    D – La notion de profit anticipé 

    L’entrepreneur va calculer la différence entre l’investissement réalisé et le profit retiré grâce à ce dernier.

    Si le taux d’intérêt facturé pour investir < TX profit espéré, alors l’investissement ne sera pas envisagé puisque non rentable.

    Ex : banque prête à 5%, Taux de profit espéré : 3% L’entreprise perdrait donc 2% : investissement non rentable.

    3 – Le multiplicateur d’investissement keynésien (voir chapitre 1) 4  La croissance endogène 

    Plusieurs auteurs ont essayé de trouver une relance de la croissance :

    Ø  ROMER : rôle investissement dans R&D (Nobel en 1995). Un État doit soutenir la recherche.

    Ø  LUCAS : investissements dans capital humain (Nobel en 1995). Le capital humain doit être l’ensemble des connaissances, savoirs, compétences propre à chaque individu.

    Ø  BARRO : investissements publics. Ils permettent d’influencer les dépenses publiques.

    La croissance endogène est issue de travaux théoriques réalisés dans les années 80. Ces théoriciens rejettent l’analyse des périodes précédentes qui considérait la croissance comme exogène. Ils rejettent également l’idée que la croissance puisse tendre à un état stationnaire et sont donc convaincus que la croissance peut se poursuivre indéfiniment grâce à l’existence de rendements croissants mais également grâce aux différentes externalités positives.

    Les facteurs de croissances mis en avant par ces théoriciens ne perdent pas leur efficacité au cours du temps car ils sont « inépuisables ». (Ex : la connaissance, le savoir est un des facteurs importants de la croissance). 3 éléments sont au cœur de la croissance endogène :

    Ø  Les investissements dans la recherche et développement

    Ø  Le capital humain

    Ø  Les dépenses publiques, sources d’externalités positives.


    III   - Les politiques économiques et leur mise en œuvre

    A – Les objectifs de la politique économique 

    1 – Politique conjoncturelle ou structurelle ? 

    Politique économique : c’est l’ensemble des actions entreprises par les pouvoirs publics pour agir 

     dans la sphère économique et pour infléchir le rythme de l’activité économique (conjoncturelle) soit pour en modifier le fonctionnement (structurelle). 

    Les objectifs d’une politique conjoncturelle : vise à maintenir ou rétablir les grands équilibres économiques et financiers à court terme. Certaines politiques peuvent provoquer des modifications structurelles

    Les objectifs d’une politique structurelle : vise à modifier les structures économiques à long terme.

    4 objectifs liés à la politique économique :

    Ø  La croissance de la production

    Ø  Plein emploi des facteurs de production

    Ø  Stabilité des prix

    Ø  Équilibre extérieur

    Ces 4 objectifs peuvent être représentés graphiquement : selon le carré magique de Kaldor.

     

    2 - Les instruments de la politique économique 

    Ø  La politique monétaire est désormais sous la direction de la BCE.

    Ø  La politique budgétaire (qui concerne les dépenses prévisionnelles). Ce budget est contraint par l’Europe.

    Ø  La politique fiscale (sous élément de la politique budgétaire)

     

    B – Politique budgétaire et régulation conjoncturelle 

    1  Un choix entre politique de stabilisation et de relance 

    Ø  Politique de stabilisation : vise à freiner l’activité économique par des politiques monétaires et budgétaires restrictives. Elle consiste à limiter la masse monétaire en circulation en augmentant le taux directeur. C’est une volonté du gouvernement de limiter les dépenses.

    Ø  Politique de relance : a pour but de relancer la croissance de la production par un soutien de la demande (politiques monétaires et budgétaires expansives).

     

    2  Les limites de l’action budgétaire 

    Il n’est pas possible d’augmenter sans cesse les dépenses publiques car la dette augmente de façon importante.

     

    3 – Un exemple de politique contrainte 

    Les pays membres de la zone euro doivent respecter le pacte de stabilité et de croissance. Il a été adopté en 1997 dans le traité d’Amsterdam. Il fut renforcé en 2011 suite à la crise de la dette (six packs : 5 règlements et 1 directive).

    Il y a 18 pays dans la zone euro en 2014 dont le dernier intégré est la Lettonie.

    Il y a 3 critères à respecter :

    Ø  Le taux d’inflation : +1,5% maxi de la moyenne des 3 meilleurs résultats


    Ø  Le déficit public : 3% du PIB maxi (différence entre les dépenses et les recettes publiques)

    Ø  La dette publique : 60% du PIB maxi

     

     

    Chapitre 4 : Monnaie, financement de l’économie et inflation 

    Introduction 

    2 conceptions de la monnaie :

    Ø  La monnaie est neutre : elle n’est qu’un voile selon les néoclassiques et les monétaristes. Elle n’est qu’un simple intermédiaire des échanges.

    Ø  La monnaie n’est pas neutre : Elle peut être désirée pour elle même selon Keynes.

     

    I – La monnaie dans l’économie 

    A – La monnaie, un simple instrument ? 

    1  Les fonctions de la monnaie 

    Ø  C’est une unité de compte : elle permet de comparer les biens et services entre eux. Elle évite le recours au troc

    Ø  Intermédiaire des échanges : elle permet d’échanger n’importe quel bien ou service contre une certaine quantité de monnaie.

    Ø  Réserve de valeur : elle peut être épargnée sous une forme plus ou moins liquide.

     

    2 – L’historique des formes de monnaie 

    Il a existé différentes sortes de monnaie :

    Ø  La monnaie marchandise (-5000 avant JC) : coquillage, étoffe, bétail

    Ø  La monnaie métallique (-2000 à – 800) : monnaie pesée, comptée et frappée

    Ø  Monnaie fiduciaire et scripturale : elle est basée sur la confiance.

    On utilise les chèques et les cartes bancaires mais il ne s’agit que de moyen de paiement. Le fait de le détruire ne détruit que la circulation de la monnaie et non la monnaie elle même.

     

    3 – Approche anthropologique et économique 

    La monnaie est un lien social fondamental des sociétés marchandes. Elle se base sur la confiance (anthropologique)

    La monnaie a un rôle de centralisation par l’intermédiaire des prix. Elle est donc un arbitre (économique).


    B – La création monétaire 

    1  Les circuits de financement 

    Le financement consiste à fournir aux agents économiques les ressources financières dont ils ont besoin. 

    On considère que les agents à besoin de financement ont des ressources (le ménage à un revenu) mais ce financement peut être complété par des moyens externes indirects ou directs.

    La finance indirecte : elle se fait par un intermédiaire des institutions financières qui d’un côté 

     collecte l’épargne auprès des agents à capacité de financement et en échange octroie des crédits aux agents à besoin de financement. 

    Économiquement, on parle d’économie d’endettement car les agents vont s’endetter auprès des banques pour pouvoir financer leurs activités.

     La finance directe, qui prend de l’ampleur depuis les années 90, on élimine les banques du système puisque les agents vont directement emprunter auprès des marchés financiers. Les entreprises vont émettre des actions et obligations sur le marché financier. 

    Économiquement, on parle d’économie de marché financier. Cela s’oppose à l’économie d’endettement

     

    2  Le crédit et la création monétaire 

    La Banque centrale (qui est « la banque des banques ») supervise :

    Ø  La création monétaire (monnaie fiduciaire)

    Ø  La bonne application de la politique monétaire

    Ø  Le bon fonctionnement des banques sous sa responsabilité Les banques commerciales (du 2nd rang) ont pour rôle :

    Ø  La création monétaire (monnaie scripturale)

    Ø  Gestion financière (comptes et placements)

    Les banques commerciales peuvent prêter à partir de ressources existantes (épargne) mais peuvent également créer de la monnaie en transformant les créances en moyens de paiement. On dit que les banques commerciales créent de la monnaie ex nihilo seulement en accordant des crédits.

    Lorsqu’un agent économique souhaite obtenir le financement d’un de ces besoins. La banque va par un jeu d’écriture comptable créer de la monnaie. On dit qu’il y a création de monnaie scripturale. Lorsque le client rembourse son crédit, on dit qu’il y a « destruction monétaire ».

    Dans l’économie en règle générale, les flux de créations monétaires réalisés par les banques commerciales sont plus importants que les flux de destructions monétaires. Chaque année, la masse monétaire augmente un peu.

     

    3 – Le marché interbancaire et le refinancement 

    « Monnaie banque centrale » = Billets de banque / Pièce.

    Lorsqu’une banque accorde un crédit, elle doit respecter une obligation : elle doit disposer d’un certain pourcentage du crédit accordé en monnaie banque centrale. C’est le taux de réserve obligatoire.

    Pour se refinancer, la banque commerciale a 2 solutions :

    Ø  Auprès de la banque centrale


    Ø  Sur le marché interbancaire (auprès des autres banques)

    Cette solution de jouer sur le taux de réserve obligatoire est depuis une dizaine d’années n’est plus du tout utilisée par la banque centrale. Le moyen utilisé pour influencer la création monétaire dans la zone euro consiste à agir sur le taux directeur. Plus ce dernier sera élevé, plus les crédits pour les agents seront couteux puisque le taux d’intérêt facturé aux agents économiques se calculent de la façon suivante :

    Taux directeur + Marge de la banque commerciale Toutes les banques ont le même taux directeur.

    Lorsque le taux directeur diminue, cela réduit mécaniquement le taux d’intérêt proposé aux agents par les banques commerciales, ce qui rend les crédits plus accessibles.

    Dans le cadre d’une politique de relance monétaire et pour soutenir la croissance européenne, la BCE a abaissé son taux directeur depuis plus de 2 ans à un niveau proche de 0 afin de faciliter les crédits pour les agents économique.

     

    4  La masse monétaire et agrégats 

    Pour surveiller la croissance de la masse monétaire, la banque centrale européenne calcule des agrégats en regroupant les actifs monétaires selon leur degré de liquidité. Ces agrégats M1, M2 et M3.

    Ø  L’agrégat M1 est étroit : il regroupe les pièces, billets et les dépôts à vue.

    Ø  L’agrégat M2 : il regroupe M1 + les dépôts à court terme.

    Ø  L’agrégat M3 : il regroupe M2 + titres + instruments du marché monétaire. C’est l’agrégat utilisé pour suivre la masse monétaire.

     

    II – La relation monnaie, inflation et chômage 

     L’inflation désigne l’augmentation durable et généralisée des prix. Elle est mesurée par l’INSEE 

     sur 160.000 produits. C’est un panier de biens représentatifs (confidentiel afin 

     d’éviter que les entreprises posent elle même les prix). 

     

    A – Formes et causes de l’inflation 

    1 – Les différents types d’inflation 

    Ø  L’inflation galopante : elle constitue un taux d’inflation à minimum 2 chiffres (Ex : dans les années 80, l’inflation au Brésil dépassait chaque mois 100%).

    Ø  L’inflation rampante : elle augmente de façon faible mais continue chaque année.

    Ø  L’hyperinflation : c’est une période d’inflation excessivement forte (minimum 3 chiffres), en 1992 lorsque les pays de l’Est ont effectués une transition vers l’économie de marché, il y avait une hausse des prix de 682%

    Ø  La stagflation : c’est une situation ou l’on a une inflation élevée, une croissance faible accompagné d’un chômage fort.


    2 – Différentes causes d’inflation 

    4 causes envisageables :

    Ø  Par le coûts des facteurs de production :

    o    Le cout du facteur travail : cela peut être lié à l’augmentation des salaires à cause des revendications salariales.

    o    Le cout du facteur capital : les produits importés (ex : le pétrole). L’augmentation des taux d’intérêts fait que les prix augmentent.

    Ø  Par la demande : lorsque la demande est supérieure à l’offre.

    Ø  Par la monnaie : les monétaristes expliquent lorsque la création monétaire est plus importante que la production de biens et services, alors il y a inflation.

    Ø  Par les structures du pays : elle est liée a des rigidités, fonctionnement du pays qui va bloquer le système et provoquer l’inflation.

     

    B – L’arbitrage inflation/chômage : la courbe de PHILLIPS 

    1 - Présentation 

     

     
     

    Il y a un lien contraire entre le salaire proposé aux salariés et le niveau de chômage. Il représente donc la courbe suivante :

    Lorsqu’on est en situation de plein emploi, les salaires ont tendance à augmenter. Il y a une concurrence entre les employeurs pour avoir les meilleurs salariés. A l’inverse, lorsque la main d’œuvre est disponible en masse, les salaires ont tendance à diminuer puisqu’il y a une multitude de salariés disponibles.

    Il a identifié le point de chômage relativement : le taux de chômage pour laquelle les salaires n’augmentent plus.

     

    2 – Influence de la politique économique 

    Sur le long terme, les gouvernements vont être confrontés à une situation de soit d’inflation forte mais chômage assez faible (avec des prix augmentant rapidement) soit d’avoir un chômage fort mais avec une situation d’inflation assez basse.

    Sur le moyen terme, le chômage qui est plutôt structurel peut être réduit par une politique de formation plus adaptée.


    3  Les interprétations de la courbe PHILIPPS 

    A – Samuelson et SOLLOW 

    Dans les années 60, 2 économiques ont proposés une reformulation de cette courbe : Samuelson et SOLLOW. Ils vont donc changer la partie salaire mais avec un taux d’inflation à la place du taux nominal. U0 représentent NAWRU (le taux de chômage assurant l’équilibre).

    Ils sont proches de la théorie keynésienne puisque la solution inflation/chômage passe par un soutien de la demande globale

     

    B – FRIEDMAN : taux de chômage naturel 

    Il existe un taux de chômage naturel : celui vers lequel tend toute l’économie en situation d’équilibre général. Si l’État souhaite faire baisser le chômage en dessous de ce taux naturel, la politique de relance ne sera efficace que sur le court terme.

    Il explique que sur le court terme, les ménages vont être victime de

    « l’illusion monétaire » car grâce aux aides données, les entreprises vont donc embaucher, ce qui va réduire le chômage. Mais sur le long terme, pour compenser ces embauches, les entreprises vont augmenter leurs prix, ce qui va réduire le pouvoir d’achat des ménages, baisse de la consommation et une augmentation du chômage. Ces politiques interventionnistes vont faire monter l’inflation et le chômage va revenir à son taux initial.

    Cette illusion, même sur court terme est incompatible avec le fait que les agents sont rationnels.

     

    C – La politique monétaire et la BCE 

    1 – Les institutions du système européen des banques centrales 

    Le système européen des banques centrales (SEBC) regroupe la BCE + 28 banques centrales nationales. La BCE met en œuvre et coordonne la politique monétaire de la zone euro.

    Le conseil des gouverneurs (qui se réunit tous les 15 jours), composé du Directoire et des 18 gouverneurs des BCN de la zone euro. Ce conseil décide de la politique monétaire de la zone euro. Le Directoire est composé de 6 membres, irrévocables nommés pour 8 ans.

    Le conseil général regroupe les présidents des 28 BCN et le dirigeant de la BCE. Il se réunit 4 fois par an et influe sur les BCN non membres de la zone euro

    Le Conseil ECOFIN (Conseil des ministres des finances de l’UE) et l’Eurogroupe inclus les 18 ministres des finances des pays membres de la zone euro. La BCE transmet ses consignes à la BCN de l’Euroland. La BCE est indépendante.


    2  L’objectif de la politique monétaire 

     

    Les missions de la BCE :

     

    Ø  Orientation de la politique monétaire (stabilité des prix)

     

    Ø  Gestion des opérations de change et des réserves de change

     

    Ø  Assurer le fonctionnement des systèmes de paiement Les objectifs de la politique monétaire (objectifs finaux) :

     

    Ø  Limiter le taux d’inflation : <2%

     

    Ø  Maitriser la croissance des agrégats monétaires

     

    Ø  Surveiller la croissance de l’agrégat M3 (objectif intermédiaire) Elle dispose de plusieurs moyens opérationnels :

     

    Ø  Utiliser les taux directeurs comme signaux

     

    Ø  Taux de refinancement (marché interbancaire)

     

     

    Blogmarks




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique