KaZeo
+
coursdedroit
Follow me
Join now


Comptabilité financière

 

COMPTABILITE FINANCIERE

La comptabilité financière a un double objectif : dans un premier temps, elle recense et enregistre l’ensemble des charges et des produits de l’entreprise et dans un deuxième temps, elle évalue régulièrement tous les biens et toutes les dettes.
Elle formalise ces deux objectifs dans des documents de synthèse : le compte de résultat et le bilan. Ils ont pour objet d’informer les partenaires de l’entreprise.
La comptabilité financière est un instrument de vérification et de preuve, mais aussi un moyen de communication entre tous les partenaires de l’entreprise.

La comptabilité financière présente toutefois certaines limites :

- elle ne donne qu’un résultat global.
Aucun renseignement n’est donné sur le résultat réalisé par chaque produit.

- Elle n’enregistre que les flux externes.
Les flux internes sont exclus. Ainsi, la comptabilité financière détermine un résultat pour l’ensemble de l’activité sur un exercice comptable ; il est alors impossible de mesurer la contribution de chaque produit à ce résultat.

- Les charges et les produits sont classés par nature.
Cela signifie qu’on ne peut pas les affecter directement. La comptabilité financière ne permet donc pas de connaître directement le coût des produits, des services, la marge dégagée par un produit, le résultat dégagé par l’une des activités de l’entreprise.

Par conséquent, la comptabilité financière est nécessaire mais elle n’est pas suffisante ...

 

 

Introduction :

A)   Présentation et intérêt du cours.

B)   Le domaine de la comptabilité financière.

Comptabilité publique : ensemble des règles qui concernent les finances publiques. Elle est régie par la LOLF en date de 2001 modifié en 2005.

Comptabilité nationale : ensemble des informations chiffrées relative à l’activité économique de la nation. Les agrégats = le PIB, la TVA, la dépense nationale brut.

                On ne s’intéressera pas à ces deux premières.

 

Comptabilité financière : c’est la comptabilité des entreprises, elle a pour objectif de mesurer le résultat de l’activité de l’entreprise et de présenter sa situation patrimoniale. Elle est obligatoire.

Comptabilité de gestion : elle s’appelait comptabilité industrielle, puis comptabilité analytique. A la différence de la première, on s’intéresse plus seulement au résultat de l’exercice mais à la manière dont on est arrivé à ce résultat : on va comparer le prix de vente et le prix de revient. De plus elle n’est pas obligatoire et pratiquée par peu d’entreprise en France, ce type d’outil de gestion n’est pas très développé.

 

C)   Bref historique.

Depuis que l’activité économique existe les hommes ont eu besoin de calculer et de garder une trace de leurs échanges commerciaux. Elle remonte donc à la plus haute antiquité puisqu’elle se confond avec l’histoire économique. La 1ère preuve d’existence de compte remonte à 2000 ans avant JC dans le code d’Hammourabi qui était un code civil, de commerce, maritime, pénal et de procédure. Ce document historique contient la preuve d’une obligation légale  faite aux parties prenante d’un contrat d’être capable de rendre des comptes des transactions qu’elles réalisent. Toute fois la création d’une forme plus évolué de comptabilité semble être attribuée aux romains. Il faut attendre 1673 et le code Colbert qui oblige les commerçant à tenir des livres comptables qui servent de moyen de preuve (p6 « De l’ordonnance de 1673 à la loi comptable de 1983 »). En 1807, le code de Napoléon confirme le rôle de la comptabilité en tant que preuve. Le 19ème siècle va être marqué par le développement de la comptabilité.  Cet élargissement va aboutir à la normalisation, et donc la rédaction. En 1957, on rédige le premier plan comptable (ensemble des principes comptable que l’on doit appliquer, c’est la liste des comptes que l’on doit utiliser). 1982, beaucoup de règles ont changés. 1999, nouveau plan comptable on a harmonisé de manière européenne, depuis le 1er Janvier 2005, les entreprises coté en bourse on obligation de présenté leurs comptes consolider en respectant les normes IFRS (international Financial Reporting standard).

 

D)   Le rôle de la comptabilité.

I.       Elle correspond à des obligations d’ordre juridique et d’ordre économique.

a)    Les obligations d’ordre juridique (différentes sources).

1.  Le code de commerce : article L123-12 à L123-24.

La tenue d’une comptabilité est obligatoire au regard du code de commerce qui précise dans ses articles L-123-12 à L-123-24, les obligations légales des commerçants en matière de comptabilité (voir dossier 1 p4, 5).

2.  La loi du 29 juillet 1966(loi sur les sociétés).

Elle comprend les dispositions applicables à toutes les sociétés commerciales concernant les comptes sociaux.

3.  Le code général des impôts Article 54.

« Toutes entreprises doit fournir aux services fiscaux un état exacte de son activité et de sa situation patrimonial sur des imprimés spéciaux ».

 

Il n’y a pas de grande différence entre les codes de Colbert, Napoléon et le code de commerce actuel.

 

b)   Les obligations d’ordre économique.

La comptabilité financière permet de présenter les documents de synthèse de l’entreprise : le bilan et le compte de résultat, et ainsi de déterminer le résultat de l’exercice et de présenter la situation patrimoniale de l’entreprise. Cela permet a l’entreprise de savoir si son activité se traduit pas des bénéfices ou des pertes.

 

Bilan = situation patrimoniale, Compte de résultat = les charges et les produits, Exercice comptable = c’est une année d’exercice comptable : 12 mois que l’on choisie comme période de référence.

 

Hypothèse 1 : Mr X Commerçant décide de créer une entreprise, pour ceux, il ouvre un compte et y dépose 5000 euros. Il met à la disposition de son entreprise du matériel pour une valeur de 10 000 euros. Il fait son bilan au 1er janvier 2010.

 

Approche patrimoniale :

Bilan au 1er Janvier 2010

Actif (emploi)

Passif (ressources)

Matériel 10 000

Banque 5 000

Capital 15 000

 

Total d’ouverture 15 000

Total d’ouverture 15 000

 

Le 31 décembre 2010, on fait un inventaire (du patrimoine de l’entreprise pour faire le bilan des éléments actifs et des éléments passifs : Matériel : 12 000 euros, Stocks de marchandise : 3 000 euros, Dettes fournisseurs : 2 000, Créances clients : 2 000, Banque : 1 500, Caisse : 1 000 euros.

 

Bilan au 1er janvier 2011.

Actif

Passif

Matériel 12 000

Capital 15 000

Stock de marchandise 3 000

Dette fournisseur 2 000

Créance client 2 500

 

Banque 1 500

Bénéfice 3 000

Caisse 1 000

 

Total actif 20 000

Total Passif 20 000

 

Marchandise : quelque chose qui est acheté et revendu en l’état.

Produit fini : produit brut acheté, combiné avec d’autre et revendu ensuite.

 

 

Compte de résultat :

Au cours de l’exercice :                achat de marchandise : 20 000

                                               Vente de marchandise : 30 000

                                               Charge financière (intérêt payé) : 5 000

                                               Salaire : 5 000

                                               Produit financière (intérêt reçu) : 3 000

 

Compte de résultat de l’exercice N.

Charges

Produit

Achat de marchandise 20 000

Vente de marchandise 30 000

Charge de personnel 5 000

 

Charges financière 5 000

Produit Financière 3 000

Résultat de l’exercice (Bénéfice) 3 000

 

Total 33 000

Total 33 000

 

 

Bilan 31 Décembre 2010.

Actif

Passif

Matériel 12 000

Capital 15 000

Stock 500

 

Créances 1500

Dettes 2000

Banque 1000

 

Caisse 1000

Résultat – 1000

Total actif 16 000

Total passif 16 000

Hypothèse 2 : le 31 décembre 2010.

Matériel : 12 000 euros.

Capital : 15 000 euros.

Dette : 2 000 euros.

Stocks : 500 euros.

Clients : 500 euros.

Banque : 1000 euros.

Caisse : 1000 euros.

 

Compte de résultat de l’exercice N.

Charges

Produits

Achat de marchandise 20 000

Vente de marchandise 30 000

Charge de personnel 10 000

 

Charge financière 4 000

Produit financière 3 000

 

Résultat de l’exercice (perte) 1000

Total 34 000

Total 34 000

 

II.     La comptabilité : un moyen de collecte d’information.

a)    Les usages externes.

La comptabilité fournie des informations fiables aux partenaires extérieurs de l’entreprise telle que le banquier, le fournisseur, les pouvoirs publics, les clients.

 

L’information comptable est sensé pouvoir permettre aux acteurs financiers, actionnaire actuel ou futur de savoir quel est la situation de l’entreprise et ainsi savoir quel comportement ils doivent adopter. La comptabilité est un moyen de preuve selon l’article L-123-23 du code de commerce (Dossier 1).

 

L’administration fiscale et les organismes sociaux utilise l’information comptable pour déterminer l’assiette de certains impôts et des cotisations sociales auxquelles l’entreprises et soumises. Le contrôle se fait d’ailleurs sur la base des documents comptables.

b)   Les usages internes.

La comptabilité sert à contrôler la gestion de l’entreprise par la surveillance de certains postes telle que le compte client, les dettes vis-à-vis des fournisseurs, les comptes banques, les différents comptes de charges. C’est ainsi un outil d’aide à la décision absolument primordiale. Des tableaux de bord pour le pilotage de l’entreprise seront construits à partir des données comptables.

 

E)   Définition 

I.       Jean Fourastié

La comptabilité a pour but l’enregistrement d’activité monétaire, les mouvements de valeur  économique en vu de la conduite des affaires.

 

II.     Encyclopédie Hachette.

La comptabilité financière désigne l’ensemble des méthodes permettant d’enregistrer de manière systématique et ordonné les données quantitatives correspondant à toutes les activités de l’entreprise. 

 

III.   Plan comptable générale (PCG) article 120-1.

La comptabilité est un système d’organisation de l’information financière permettant de saisir, classer, enregistrer, des données de base chiffrées et présenter des états reflétant une image fidèle du patrimoine, de la situation financière, et du résultat de l’entité à la date de clôture de l’exercice. 

 

Entité = ensemble de moyen mis en œuvre pour exercé une activité. Le plan comptable utilise toujours ce terme très large pour parler d’une entreprise, d’une société, ou même d’une association.

 

Conclusion = définition plus simple : la comptabilité financière est une technique qui permet d’enregistrer dans des comptes les flux de l’entreprise afin de déterminer le résultat de l’exercice et de présenter la situation patrimoniale de l’entreprise.

 

Chapitre 1 : l’enregistrement comptable des flux économiques.

§1/ Le concept de flux.

 

A.   Définition.

Les économistes désignent la notion de flux comme la circulation de biens et de valeur dans un laps de temps déterminé entre deux agents économiques. Il peut s’agir de mouvement de biens matériels tel que les matières 1ère, les marchandises, l’outillage, le mobilier. Mais aussi de prestation de service, service fourni à l’entreprise par des agents extérieurs, service procuré par l’entreprise à d’autres agents. Enfin, il peut s’agir de mouvement d’espèces ou de moyen de règlement : chèque, effets de commerce, crédit obtenu ou octroyé.

 

B.   Analyse des flux.

I.       Sens et valeur.

Tous flux économique peuvent être caractérisés par son sens et sa valeur.

a)    La notion de sens du flux.

Tous flux du point de vu de l’entreprise est entrant il a donc sa destination dans l’entreprise ou sortant, il a son origine dans l’entreprise.

Ex : Ets d’ébéniste, fabrication de meuble « Toutenbois ».

Opération 1 : achat d’un camion pour les livraisons = 50 000 €. Renault laisse un délai de 60 jours.

Le flux : camion est sortant chez Renault, entrant cher Toutenbois, et les 50 000€ est un flux sortant chez Toutenbois et entrant chez Renault.

 

b)   La notion de valeur.

On ne s’intéresse qu’a des flux qui sont évaluable, valorisable en euro.

 

II.     Flux réels et flux financier.

Les flux réels sont les flux qui constatent les mouvements de bien et de service. Les flux financiers sont les flux qui constatent des mouvements de monnaies et d’autres moyens de règlement. Il peut donc s’agir de flux monétaire sous forme d’espèce ou de chèque ou de flux de créance/ dette.

Ex : les meubles sont des flux réels, et les paiements des meubles un flux financier.

 

III.   Flux externe et flux interne.

Les flux externe sont des flux qui passe d’un agent économique à un autre, les flux interne se sont ceux qui passent à l’intérieur de l’entreprise, ils vont être analysés dans le cadre de la comptabilité de gestion.

Ex : le déplacement d’une machine d’un atelier à un autre.

 

Les flux externe concernent en général deux agents économiques, l’entreprise et son client, et l’état. Toutes opérations économiques réalisées par une entreprise avec un agent extérieur donnent naissance à deux flux externe de sens contraire : un flux sortant qui a son origine et sa ressource dans l’entreprise, un flux entrant qui a sa destination et donc son emploi dans l’entreprise. Ces deux flux sont donc égale en terme de valeur selon le principe économique qui veut que emploi = ressource. La comptabilité financière a pour objectif, de saisir ces flux économique.

 

 

§2/ La saisie des flux.

 

A.   Le compte.

La comptabilité consiste à enregistrer dans des comptes les flux de l’entreprise, chaque opération est analysée en termes d’emplois et de ressources à partir du sens du flux, cela se traduit en termes de débit et de crédit pour les comptes. La comptabilité saisira les flux uniquement par rapport à elle-même.  Le point de vue du fournisseur ne nous intéresse plus.

 

Règle : tous flux sortant qui a son origine dans l’entreprise correspond à une ressource et se traduit par un crédit du compte concerné. Tous flux entrant, qui a sa destination dans l’entreprise se traduit par un emploi et correspond donc à un débit du compte concerné.

 

ü  Flux sortant = origine dans l’entreprise = ressource = crédit.

ü  Flux entrant = destination dans l’entreprise = emploi = débit.

 

Ex 1 : l’entreprise X vend des produits à un client Y = 5 000€, paiement en espèces.

Compte vente de produit : crédit de 5 000€.

Compte caisse : débit de 5 000€.

Ex 3 : l’entreprise X achète une machine = 10 000€, règlement dans 3 mois par chèque.

Compte matériel industriel = débit. Compte fournisseur = crédit.

Date 

Flux entrant : débit

Flux sortant : crédit

 3  mai

Fourniture pour 12543€

 

18 mai

 

Paiement par chèque des

Fourniture = 12 543€

19 mai

Achat d’une photocopieuse = 1660€

crédit du cpte frs immobilisation = 830

crédit de cpte banque = 830€ : chèque

21 mai

Fourniture du bureau 54

Espèce : crédit du cpte caisse 54€

22 mai

Espèce : débit du cpte caisse 865€

Crédit cpte vente de marchandise 865€

26 mai

Espèce : débit du compte caisse = 1 287€

Crédit du cpte banque = 1 287€

15 mai

 

Vente de marchandise = 4 518€

28 mai

Banque = 4 518€

 

31 mai

Salaire = 16 400€

Crédit du cpte banque = 16 400€

 

Conclusion : en pratique le compte est l’instrument de mesure des flux, c’est un tableau en deux parties : à gauche → le débit, à droite → le crédit. En général dans un compte le total des débits n’est pas égale au total des crédits, le résultat est un solde débiteur ou créditeur. 

 

Total débit > total crédit = solde débiteur.

Total crédit > total débit = solde créditeur.

 

 

 

Exercice 1 : compte caisse à colonne séparées.

Compte caisse.

Débit                                                                                                   Crédit                                                                  .

Dates    Libellés                                                Montant             Dates    Libellés                                Montant

1/6         Solde précédent                             7 357     €             3/6         Achat de timbres            660         €

5/6         Vente                                                  948         €             6/6         Achat fourniture             745         €

10/6       Règlement Marcel                         852         €             15/6       versement en banque  3 000     €

                                                                                                              19/6       Règlement annonce      120         €

21/6       Vente au comptant                       729         €             25/6       Facture transport            345         €

                                                                                                              30/6       Versement banque       2 000     €

30/6       Total                                                     9 886     €             30/6       Total                                     6 870     €                                                                                                            30/6       Solde débiteur                 3 016     €                                                                                                            30/6       Total                                     9 886     €

Exercice 3 : compte banque à colonne marié avec détermination du solde.

Compte banque.

                                                                                              Montants                                           Soldes

Dates    Libellés                                                Débit                    Crédit                   Débit                     Crédit

1/9         solde débiteur                                 43 157   €                                             43 157   €

3/9         versement d’espèce                     10 000   €                                             53 157   €

8/9         règlement fournisseur                                                65 229   €                                             12 072   €

12/9       règlement publicité                                                      12 452   €                                             24 524 €

15/9       remise de chèque                          84 127   €                                             59 603   €            

19/9       achat d’action                                                                    3 505   €             56 098   €

20/9       retrait d’espèce                                                                               5 000   €             51 098   €

24/9       vente d’action                                   2 688   €                                             53 786   €

30/9       loyer                                                                                    18 000   €             35 781   €            

30/9       règlement salaire                                                           28 550   €               7 236   €

30/9       totaux

 

 

B.   Le principe de la partie double.

C’est le principe fondamental de la comptabilité financière. En valeur, la somme des débits constaté pour une opération déterminer est égale à la somme des crédits constater. Le principe de la partie double peut être défini comme l’équilibre en valeur des comptes débité et crédité pour une même opération. Cela traduit l’égalité de caractère économique : Total des emplois = total des ressources.

Ensemble des débits = ensemble crédit. Débit = emploi, crédit = ressources.

 

Ex : l’Ets acquiert un matériel pour 1200 euro. Règlement moitié en chèque moitié à crédit.

Compte matériel est débité a hauteur de 1200.

Compte Banque est crédité a hauteur de 600.

Compte fournisseur immobilisation est crédité a hauteur de 600.

 

C.   Les systèmes comptables.

Un système comptable est l’ensemble des procédures qui décrivent les contraintes pratique de la tenue d’une comptabilité. L’organisation comptable découle de l’application du principe de la partie double. Le système classique que nous allons étudier est à la base de tous les autres systèmes ou procédé comptable. Le décret d’application du 29 novembre 1983 de la loi comptable du 30 avril 1983 décrit les documents comptables qui sont obligatoire et leur mode de présentation.

 

Le journal : c’est le livre comptable dans lequel les opérations de l’entreprise sont enregistrées au jour le jour chronologiquement. Pour chacune d’elles, on  précise le ou les comptes débité / crédité. On indique également les pièces justificatives.

 

Le grand livre : c’est l’ensemble des comptes ouverts par l’entreprise. On reporte dans les comptes du grand livre toutes les opérations enregistré au journal.

 

Le livre d’inventaire : il regroupe l’ensemble des données d’inventaire présenté le plus souvent sous la forme d’étape d’inventaire. On réalise ainsi un état des créances et des dettes, un état des immobilisations, des états de rapprochement bancaire.

 

La balance des comptes : c’est un tableau récapitulatif qui reprend l’ensemble des comptes utilisé par une entreprise et qui précise pour chacun d’eux son numéro dans le plan comptable, son intitulé, le total des débits du compte, le total des crédits du compte, le solde du compte débiteur ou créditeur (Ets Alexis). La balance va permettre de vérifier le principe de la partie double, de contrôler les enregistrements comptable et en particulier que pour chaque opération : total des débits = total des crédits.  De plus, la balance est donc un tableau qui permet une représentation synthétique de la comptabilité de l’entreprise. On y trouve toutes  les informations concernant l’activité de l’entreprise dont les gestionnaires ont besoin, exemple : le solde des comptes banque, les sommes dues par les clients, les sommes dues aux fournisseurs, le montant des emprunts, bref…, toutes les informations susceptibles de donner des renseignements sur l’activité de l’entreprise. 

 

Chap 2 : des flux au compte de résultat et du bilan : les documents de synthèse.

§1/ La division comptable des flux.

 

A.   Emploi définitif / emploi temporaire.

Emploi définitif : ce sont ceux qui se traduisent par un appauvrissement de l’entreprise. Il s’agit d’emploi consommé qui dans le vocabulaire comptable sont appelé des charges, dans la comptabilité des charges définitives.

 

Emploi temporaire / provisoire : sont des affectations de ressources qui subsiste dans l’entreprise. Par exemple l’achat d’une machine, un crédit accordé à un client, un dépôt d’espèce sur un compte bancaire. Du point de vue comptable, cet emploi temporaire constitue l’actif de l’entreprise.

 

B.   Ressources définitives – ressources temporaires

Ressources définitives : ce sont celles qui résultent de l’activité d’une entreprise et qui ne seront jamais restituées. Dans le vocabulaire comptable ces ressources définitives créées du fait de l’activité de l’entreprise sont appelées des produits.

Ex : la vente d’un produit finit, d’un service, des produits financiers tels que des intérêts perçus.

 

Ressources temporaires : ce sont des ressources laissées à la disposition de l’entreprise sur décision ou acceptation d’un tiers. Elles seront restituées à un terme plus ou moins éloigné. Du point de vue comptable ces ressources constituent le passif de l’entreprise.

Ex : le capital individuel ou social, les emprunts, les dettes vis-à-vis des fournisseurs.

§2/ Le compte de résultat.

 

Compte de résultat

Charges                                                                  Produit

Charges d’exploitation                 Produits d’exploitation

Charges financières                       Produits financiers

Charges exceptionnelles             Produits exceptionnels

                             Achat net des RRR

Résultat = produit – charge.

Charges d’exploitations : ensembles des coûts servant au fonctionnement de l’entreprise.

Charges financières : impôts ; taxes …

Charges exceptionnelles : pénalités à payer …

 

REMARQUE :

ÞCharge :

·         Toutes les informations sont données hors taxe.

·         Les achats de marchandises sont donnés RRR (sans les rabais, remise accordée en fonction de la qualité du client, ristourne accordée sur le montant du chiffre d’affaire obtenu avec un certain client), ils sont rangé dans le compte N°6097.

·         Pour les achats (marchandises, matières premières ou autre), il y a une ligne variation des stocks et une ligne « b » qui renvoi à « stock initial - stock final ».

·         Production de l’exercice, On veut faire apparaître ce que l’entreprise a pu obtenir, et ce qu’elle a pu produire et ce qui lui reste en stock.  

 Þ Produit :

·         Au niveau des ventes de marchandises elles seront aussi nettes mais des RRR accordés.

·         Production vendue (vente de produit fini) opération commerciale.

·         Production stocker renvoi« b » = stock final – stock initial.

 

Net RRRO : net des rabais, remise, ristourne obtenues.

 

Compte de résultat de l’entreprise Barthes.

                               Charges                                                                                             Produits

Charges d’exploitation :                                              Produit d’exploitation :

-          Achat de marchandises     = 263 792.                           - vente de marchandises             = 497 051.

(Net RRRO)                                                                       (Net RRRA)

-          Variation des stocks           = -6 583                              - autre produit de gestion           = 3 656.

(SI-SF)                                                                                 courante

-          Achat d’autre approvisionnt = 1 406.

(SI-SF)

-          Autres charges externe = 122 684.

-          Impôt T et V assimilés        = 21 264.

-          Charge de personnel         = 119 296.

-          Autres charges d’exploitation = 78 325.

Total des charges d’exploitation = 617 488.       Total produit d’exploitation = 500 707

Charge financières :                                                      Produit financier :

-          Intérêt et autres charges = 21 675.                             

Total des charges financières = 21 675.           Total produit financier      = 9 260.

Charges exceptionnelles : = _.                            Produit exceptionnel :       = _.

Total des charges = 639 163.                                Total des produites             = 509 976.

                                                                                         Solde débiteur (perte)      = 129 196.

TOTAL GENERAL = 639 163.                                   TOTAL GENERAL                   = 639 163.

 

 


§3/ Le bilan.

 

Il donne une photographie/ représente  la situation financière de l’entreprise à une date donnée.

La structure du bilan : le bilan est vrai à une date donné. On rappel que l’exercice comptable ne correspond pas forcément à une année civile.

Capitaux propres : c’est le capital social apporté par les actionnaires ou l’exploitant individuel.

 

Bilan au 31/12/ N.

ACTIF                                                                                  PASSIF

Actif immobilisé : liquidité croissante.                   Capitaux propre : exigibilité croissante.

-          Immobilisation incorporelles.                                        - capital.

-          Immobilisation corporelles.                                           -  réserve.

-          Immobilisation financières (prêts).                             - résultat de l’exercice + ou -.

Actif circulant :                                                                 Dette :

-          Stocks en fin d’exercice.                                  - emprunts.

-          Créance clients + autres créances.                              - dette fournisseur et compte rattachés

-          Valeurs mobilières de placement.                                              (Effets à payer).

-          Disponibilités (banques et caisse).                              - dette fiscales et  sociales.

                                                                                              - dette sur immobilisation.

 

Bilan de l’entreprise Barthes au 31/ 12/ N.

ACTIF                                                                                                  PACIF

Actif immobilisé :                                                           Capitaux propres :

-          Immobilisation incorporelles :     _.                              - capital                                               1 200 000.

-          Immobilisation corporelles :                                           - résultat                                            -129 196.            

o   Construct° :                      400 000.               Dettes :              

o   Mat et outils indiels            146 315.                               - emprunt et dette assimilés        148 588.

o   Mat de transport           119 000.                               - dette fiscales et sociales          

o   Mobilier                              76 800.                                               • Etat                                   12 324. 

-          Immobilisation financière :                                                             • sécurité sociales            9 728.

o   Dépôts et cautions versés 19 280.                         - dette immobilière                                       _.

Total                                                    761 395.

Actif circulant :                                                                Autre dettes :                                                                  _.

-          Stock (31/12) :      

o   marchandises                  80 725.

o   Autre Approvt                                    3 216.

-          Créance clts et cpte rattachés 218 608.  

-          Valeur immobilière de plact     _.

-          Disponibilité :

o   banque verne                69 040.

o   chèques postaux           75 688.

o   caisse                                  33 272.

Total                                                    480 549.               Total des dettes                                             171 140.

TOTAL ACTIF                               1 241 944.  TOTAL PASSIF                                            1 371 140.

Bilan de l’entreprise Victor au 1/ 01/ N.

                               Actif                                                                                                                    Passif.

Actif immobilisé :                                                           Capitaux propres :

-          immobilisation incorporelles      _.                                               - capital                                                              

-          Immobilisat° corporelles :

• terrains                                  85 000.

• constructions                     390 000.

• mat de transport                83 700.

• mat de bureau                    12 640.

-          Immobilisat° financières            _.

Actif circulant :                                                                Dette :

-          Stocks                                       143 000.                               - emprunt des états de crédit   300 000.

-          Créances sur les clients       45 780.                               -

-          Disponibilités                                                                        -

• banque                                  16 150.

• caisse                                        4 370.

TOTAL ACTIF                                     780 640.               TOTAL PASSIF                                                 

 

 

Bilan de l’entreprise PIERRE au 31/ 12/ N.

                                               Actif                                                                                                    Passif.

Actif immobilisé :

-          Immobilisat° incorporelles :

• frais établissement                         200.

• brevet                                                    68.

-          Immobilisat° corporelles :

•terrains                                                 320.

•construction                                   1 640.

• mat industriel                                    150.

• autre :

Matériel de transport                   350.

     Mat de bureau                                  50.       

-          Immobilisat° financière :                  268.

Total                                                               3 056.

Actif circulant :

-          Stock de :

• mat 1ère                                                                  95.

• produit                                                 2 950.

• marchandise                                      923.

-          Créance client                                       2 186.

-          Valeur mobilière de placement     212.

-          Disponibilité : caisse                             55.

Total                                                                 6 421.

Total actif                                                       9 477.

                                                                              COMPTE DE RESULTAT

CHARGES                                                                                                                                                                 PRODUITS

Charges d’exploitation :                                       Produits d’exploitation :

Achat des marchandises                              4950      Ventes de marchandises                                              10900

Variation des stocks       (745 – 923)         -178       Production vendue                                                           7752

Achat mat 1ère                                                  2320      Production stockée (2950-3100)                                   -150

Variation des stocks 110-9                        +15                                                                                       

Autres achats et charges externes :                       Produit financier :

Entretien et réparations                              1150      Revenus des valeurs mobilières de placement       101

Prime d’assurance                                         1398      Escomptes obtenus                                                            124

Impôts, taxes et versements                     841         Produits exceptionnels :

Salaires et traitements : rémunérations               4330Produits exceptionnels Sur opération de gestion 239

Charges sociales :                                           1850

Autres charges de gestion courante      546

Charges financières :

Charges d’intérêt                                           160

Escomptes accordés                                     100

Charges exceptionnelles :

Charges exceptionnelles            

Sur opération de gestion                            277

TOTAL CHARGES                                             17759    TOTAL PRODUITS                                                             18966

Solde créditeur bénéfice                           1207

TOTAL DEBIT                                                     18966    TOTAL CREDIT                                                                  18966

 

Les entreprises pour présenter leur compte on la possibilité de recourir à trois modes de présentations dépendant du système comptable qu’elles appliquent :

·         Le système ou modèle de base : c’est la référence en la matière.

·         Le modèle abrégé : il est une présentation dérogatoire pour les PME et les PMI, appliqué au total du bilan, au chiffre d’affaire et à l’effectif des salariés.

·         Le modèle développé : il est une référence facultative.

 

 

§4/ L’annexe.

 

A.   Présentation

L’annexe fait partie des documents de synthèse obligatoire (article L123-12 C. com), avec le bilan et le compte de résultat, ils forment un tout indissociable, ce sont les comptes annuels. L’annexe complète et explique des informations fournies par le bilan et le compte de résultat, elle est donc un document essentiel. Sa présentation et la forme des informations à fournir ne sont pas réglementées mais, des informations doivent y figurer quelque soit leur importance alors que d’autres ne sont obligatoires que si elles sont d’une importance significative sur la situation et le résultat de l’entreprise. L’élaboration de l’annexe doit se faire dans le respect des principes fondamentaux du droit comptable : l’homogénéité des méthodes (la rédiger de la même manière que le bilan et compte de résultat), la permanence des méthodes (conserver les mêmes méthodes de présentation) et la justification des informations (l’entreprise établie des états d’inventaires).

B.   Contenu

Les informations qui doivent figurer dans l’annexe dès lors qu’elles sont significatives sont énoncées par le code de commerce, le décret d’application du 29 novembre 1983 et le plan comptable général. Parmi ces informations qui doivent apparaître :

·         Les informations dites obligatoires : elles concernent notamment les règles et les méthodes comptables, des compléments d’informations relatif au bilan et au compte de résultat et des informations à fournir sous forme de tableau. En tout le plan comptable général prévoit 24 points, tous ces points figurent à l’article 24 du décret d’application.

·         Les informations d’importance significative laissées à l’appréciation de l’entreprise : certaines sont mentionnées dans le décret du 29 novembre 1983, mais d’autres relèves de la responsabilité du chef d’entreprise  s’il estime qu’elles sont nécessaires à l’obtention d’une image fidèle.

 

Chapitre 3 Le cadre comptable

 

Section 1 : les sources du droit comptable.

§1 – Les textes internationaux.

 

Se sont les directives et règlements de la CEE qui s’applique dans le but d’harmoniser la comptabilité des différents Etats de l’UE.

-          4ème directive de la CEE du 25 juillet 1978, elle impose l’établissement de trois documents comptables de synthèse, le bilan, le compte de résultat et une annexe. Et elle ne se rapporte qu’à la présentation de ces trois documents.

-          7ème directive de la CEE du 13 juin 1983, elle s’appliquait aux comptes consolidés des entreprises.

-          Règlement du Parlement européen du 19 juillet 2002, appelé règlement du IFRS (international financial reporting standards). Ce règlement prévoit qu’a compté du 1er janvier 2005 les entreprises doivent présenter leur comptes annuels consolidés en respectant les normes IFRS.

-          Règlement du 29 novembre 2003 adoption des IFRS.

 

 

§2 – Les textes législatifs et réglementaires

 

A.   Le code de commerce.

Loi comptable du 30 avril 1983, décret d’application du 29 novembre 1983.

 

B.   Les règlements du comité de la règlementation comptable.

En France la normalisation comptable est organisée autour de deux instances.

·         Le CNC : conseil national de la comptabilité, organisme consultatif qui a pour mission d’émettre des avis et des recommandations.

·         Le CRC : comité de la règlementation comptable, créé en 1998 est doté d’un pouvoir réglementaire. La création du CRC a permis une évolution rapide des règles comptables françaises dans la mesure où il est habilité à élaborer des textes comptables qui jusqu’à présent ne l’était que par voie législative ou règlementaire. Les règlements adoptés par le CRC sont homologués par les arrêtés ministériels.

 

Cette autorité des normes comptable résulte de la fusion du CRC et du conseil national de la comptabilité. Autorité créée par une ordonnance du 22 janvier 2009 fondée sur la loi de modernisation de l’économie du 4 aout 2008. Cette autorité a proposé un certain nombre de règlements qui a permis de faire évoluer la comptabilité sans imposer de nouvelles lois comptables pour faire évoluer le plan comptable.

 

 

C.   Le plan comptable général.

I.       Présentation.

Il regroupe l’ensemble des normes comptables applicable en France. Il est issu des règles comptables du PCG de 1999, de certains articles du code de commerce, des règlements adoptés par le comité de la réglementation comptable et des avis du conseil national de la comptabilité. Il contient exclusivement depuis 1999 des dispositions relatives à la comptabilité financière.

 

II.     Historique.

Le 1er plan comptable applicable en France date de 1947, révisé en 1957, puis en 1982 et enfin en 1999. Depuis il est régulièrement mis à jour en intégrant les règlements adoptés par le comité des règlements comptable. Le plan comptable général s’impose à toutes les entreprises industrielles ou commerciales ainsi qu’aux entités tenues légalement d’établir des comptes comme les associations.

 

III.   Contenu.

Le plan comptable général est un texte de porté général, mais des adaptations peuvent être apportées si des particularités d’activité, de structure ou d’opération le justifient. Actuellement près de 50 branches professionnelles ont un plan adapté et des secteurs non soumis au code de commerce (agriculteur par exemple) ont des plan conforme au plan comptable général.

 

Le plan comptable général comprend 5 titres :

·         Le 1 est consacré à l’objet et au principe de la comptabilité.

·         Le 2 à la définition des actifs/ passifs produit et charge.

·         Le 3 aux règles d’évaluation et de comptabilisation.

·         Le 4 à la tenue, à la structure au fonctionnement des comptes.

·         Le 5 aux documents de synthèse.

 

Le plan comptable propose 8 classes de compte.

·         Classe 1 : compte de capitaux, vont nous servir le 101…

·         Classe 2 : compte d’immobilisation.

·         Classe 3 : compte de stock, subdivisions selon la nature des stocks.

·         Classe 4 ; les comptes de tiers, tous ceux avec lesquels l’entreprise est en relation de créance dette : compte fournisseur 401, compte client 411, Etat, personnel, organisme sociaux.

·         Classe 5 : compte financier, compte de banque 512, 514 chèques postaux.

·         Classe 6 : compte de charge.

·         Classe 7 : compte de produit.

 

§3/ Jurisprudence et doctrine.

 

La jurisprudence en matière de comptabilité est presque inexistante parce qu’il n’y a pas la place en comptabilité pour faire des interprétations. En revanche il y a une part importante de doctrine et notamment des organismes nationaux et internationaux qui font évoluer la doctrine.

 

Les organismes nationaux : Le conseil national de la comptabilité, L’autorité des marchés financiers, L’ordre des experts comptables, La compagnie nationale des commissaires aux comptes.

 

Les organismes internationaux : IASB : organisme qui publie les normes comptable de l’IFRS, Fédération internationale des experts comptable, Fédération européenne des experts comptable.

 

 

Section 2 : Les principes comptables fondamentaux.

             Le concept/ principe de l’entité.

 

Ce concept n’est définit par aucun texte légale il est pourtant repris par le plan comptable qui l’applique à toutes personnes physique ou moral soumise à l’obligation légale d’établir des comptes. Il consiste à dire que l’on doit distinguer le patrimoine de l’entreprise de celui de ses propriétaires. A chaque fois qu’on parle du commerçant on employe le terme d’entité. L’entité est en faite un patrimoine rassemblée par un particulier/ des associés.

 

             Le principe de continuité de l’exploitation.

 

Pour l’établissement des comptes annuelle, l’entreprise est sensé continuer son activité et non être en phase de liquidation. (Code de commerce, plan comptable). La valeur qui doit apparaître dans le bilan ne doit pas être celle qu’on obtiendrait si on vendait le bien mais celle qu’on a payé les biens.

 

             Le principe de l’utilisation des couts historique.

 

Ce principe apparaît dans l’article L 123-18 du code de commerce : les biens qui sont acheté sont évalués à leur cout d’achat, les biens qui sont produit sont évalués à leur cout de production.

 

             Le principe de permanence des méthodes.

 

Ce principe correspond à l’exigence de comparabilité qui s’applique aux informations financière et comptable. Article L 123-17 du code de commerce : « … »

 

             Le principe d’indépendance ou de séparation des exercices.

 

Article L 123-12 et L 123-21 du code de commerce : « … ». On veut retrouver dans les comptes de produit tous les produits de l’exercice et rien que c’est produit.

 

             Le principe de prudence.

 

Article L 123-20 du code de commerce.  Plan comptable : « une plus value constatée entre la valeur d’un bien au moment de l’inventaire et sa valeur d’origine n’est pas constatée ».

Ex : l’entreprise a un portefeuille d’action, se sont des actions sont comptabilisé en valeur mobilière de placement. Prix d’achat 1000. Le 31 décembre N, la valeur mobilière de placement vaux 1200€. On ne l’écrit pas dans le bilan, en revanche si la valeur est 900€ on est obligé de faire apparaitre la dépréciation.

 

             Le principe de non compensation.

 

Article L 123-19 du code de commerce, plan comptable : aucune compensation ne peut être opérée entre les postes d’actifs et de passifs ou entre les postes de charges et de produits.

 

             Le principe d’intangibilité du bilan d’ouverture.

 

Intangibilité : le fait de ne pas touché. Le bilan d’ouverture doit être identique au bilan de clôture de l’exercice précédent. Article l 123-19 du code de commerce.

Conclusion : ces principe comptables sont d’une grande importance car leur respect doit permettre à la comptabilité d’atteindre son objectif : la présentation de compte annuel régulier et sincère et donnant une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et du résultat de l’entreprise.

 

 

Section 3 : mise en application du plan comptable général.

 

Le cas LECURU.

Bilan au 29 Novembre N.

Actif                                                                                                                                   Passif

Actif immobilisé :                                                           Capitaux propres :

·         Terrains                              400 000                • Capital                                        2 255 000                                 

·         Construction               1 500 000

Actif circulant :                                                                Dettes :

·         Stocks                                      5 000

·         Banque                                               350 000

TOTAL                                            2 255 000                   TOTAL                                                            2 255 000

 

 

 

Le journal de l’entreprise au 29 Novembre N.

211         Terrain                                                                                                                400 000

213         Construction                                                                                               1 500 000

322         stocks de fourniture                                                                                         5 000

512         Banque                                                                                                                              350 000

101         Capital  (apport de l’exploitant).                                                                                       2 255 000

Au 31 Novembre N.

512         Banque                                                                                                                             500 000

164         Emprunt auprès des établisst de crédit                                                                               500 000

                               (Obtention du prêt)

Au 1 Décembre N.

2183      Matériel de Bureau.                                                                                       50 000

512         Banque (chèque N°…)                                                                                                                  50 000

Au 2 Décembre N.

2182      Matériel de transport                                                                                  700 000

404         Fournisseur d’immobilisation (facture A1)                                                                        700 000

53           Caisse                                                                                                                  10 000

512         Banque (chèque 102 – pièce de caisse CR01)                                                                     10 000

Au 3 Décembre N.

60221    Combustible                                                                                                          900

53           Caisse (pièce de caisse CD1).                                                                                                         900

Au 5 Décembre N.

512         Banque                                                                                                                                  8 500

706         Prestation de services (Chèque 800 – facture V1)                                                              8 500

Au 10 Décembre N.

411         Clients                                                                                                                  18 400

706         Prestation de service – Facture V2                                                                                         18 400

Au  13 Décembre N.

614         Entretien Réparation                                                                                        4 000

401         Fournisseur – Facture A2                                                                                                               4 000

Au 20 Décembre N.

60221 Combustible                                                                                                            1 500

53           Caisse (pièce de caisse D2)                                                                                                            1 500

Au 23 Décembre N.

411         Client                                                                                                                     25 000

706         Prestation de services – facture V3                                                                                        25 000

Au 24 Décembre N.

512         Banque                                                                                                                                18 400

411         Clients  - chèque 1050                                                                                                                   18 400

Au 28 décembre N.

404         Fournisseur d’immobilisations                                                                 700 000

512         Banque – chèque 103                                                                                                                 700 000

Au 31 Décembre N.

641         Rémunération du personnel                                                                      18 000

512         Banque – chèque 104 à 106                                                                                                        18 000

108         Compte de l’exploitant                                                                                                10 000

512         Banque – chèque 107                                                                                                                   10 000

2743      Prêt au personnel                                                                                            10 000

512         Banque- chèque 108                                                                                                                     10 000

 

512 Banque                                       53 Caisse

350 00050 000                   10 000                      900

500 00010 000                                                  1 500

    8 500           700 000

  18 400                 18 000

876 90020 000

                               798 000

 

Balance des comptes de l’entreprise LECURU.

                                                                                                              TOTAL                                  SOLDE

Intitulé

Débit    

Crédit  

Débiteur

Créditeur

101

Capital

 

2 255 000

 

2 255 000

108

Compte de l’exploitant

10 000

 

10 000

 

164

Emprunt

 

500 000

 

500 000

211

Terrains

400 000

 

400 000

 

213

Construction

1 500 000

 

1 500 000

 

2182

Matériel de transport

700 000

 

700 000

 

2184

Matériel de bureau

50 000

 

50 000

 

2743

Prêt au personnel

10 000

 

10 000

 

322

Stock fournisseur d’immobilisation

5 000

 

5 000

 

401

Fournisseur

 

4 000

 

4 000

404

Fournisseur D’immobilisation

700 000

700 000

-         

-         

411

Client

18 400

 

18 400

 

411

Client

25 000

 

43 400

 

411

Client

 

18 400

25 000

 

512

Banque

350 000

 

350 000

 

512

Banque

500 000

 

850 00

 

512

Banque

8 500

 

858 500

 

512

Banque

18 400

 

876 900

 

512

Banque

 

50 000

826 900

 

512

Banque

 

10 000

816 900

 

512

Banque

 

700 000

116 900

 

512

Banque

 

10 000

106 900

 

512

Banque

 

10 000

96 900

 

512

Banque

 

18 000

78 900

 

53

Caisse

10 000

2 400

7 600

 

60221

Combustible

2 400

 

2 400

 

615

Entretien et réparation

4 000

 

4 000

 

641

Rémunération du personnel

18 000

 

18 000

 

706

Prestation de service

 

51 900

 

51 9000

 

TOTAL

4 329 700

4 329 700

2 810 900

2 810 900

 

 

Bilan au 31/12/N.

Actif                                                                                                                                    Passif

Actif immobilisé :                                                           Capitaux propre :

• Immobilisation corporelle :                                    • Capital :                                                     2 255 000

> Terrains                           400 000• Résultat :                                                          27 500

> Construction             1 500 000

> Mat de transport         700 000

> Mat de bureau               50 000

• Immobilisation financière :                                     Dettes :

Ø  Prêt                                10 000                 • Emprunt :                                                       500 000

• Actif circulant :                                                             • Fournisseur :                                                                    4 000

Ø  Stock                                5 000

Ø  Client                             25 000

Ø  Banque                         78 900

Ø  Caisse                              7 600

TOTAL   ACTIF                              2 776 500                   TOTAL PASSIF                                             2 776 500

 

Compte de résultat

Charges                                                                                                                             Produit

Charges d’exploitation :                                                              Produit d’exploitation :

• Achat combustible                     2 400                     • Prestation de service                                51 900

•Entretien et réparation             4 000

• Rémunération de personnel  18 000

TOTAL CHARGE                               24 400                                  TOTAL PRODUIT                              51 900

BENEFICE                                           27 500  

 

                                                                                             

Chapitre 4 : la comptabilisation des factures.

 

§1/ Généralité.

 

A.   Les éléments de la facture.

Dans une facture on retrouve plusieurs éléments obligatoires, c’est l’article L 441-3 qui précise tous ces éléments et notamment :

·         Les numéros permettant d’identifier le commerçant.

·         Le prix brut : HT

·         Le prix avec la TVA (19,6%)

·         Les Remise, Ristourne, et Rabais obtenu

 

Article L 441-3 : « tout achat de produit ou toutes prestation de service pour une activité professionnel doivent faire l’objet d’une facturation…. La facture doit mentionner le nom des parties ainsi que leur adresse, la date de la vente ou de la prestation de service, la quantité, la dénomination précise et le prix hors taxe des produits vendus et des services rendus ainsi que toutes réduction de prix acquisse à la date de la vente ou de la prestation de service, la facture mentionne également la date à laquelle le règlement doit intervenir, elle précise les conditions d’escompte applicable en cas de paiement à une date antérieur à celle  résultant de l’application des conditions générales de vente ».

 

Calculé un prix pour un client : s’il y a des  réductions en montant on les applique et 1er, puis les remises en pourcentage et enfin la TVA.

Ex : montant 10 000 € réduction de 500€, 10 % et 20% = 6 840€

Ensuite on applique la réduction financière, un escompte de 1% = 6 771, 60€

Puis on ajoute la TVA à 19,6% = 8 098,83€.

 

Autre exemple : prix HT               20 000, 00€

                               Remise 10%       - 2 000, 00€

                                                               18 000, 00€        

                               Rabais 30%         - 5 400, 00€

                                                               12 600, 00€         c’est le prix net commercial.

                               Escompte 2%    -    252, 00€

                                                               12 348, 00€         c’est le prix net financier hors taxe.

                               TVA 19,6%          + 2 420,00€

                                                               14 768, 00€          c’est le prix net à payer TTC.

B.   La TVA.

La taxe sur la valeur ajoutée est un impôt indirect sur la consommation qui a été créé par la loi du 10 avril 1954. Elle a été généralisé à toutes les activités industriels et commercial à partir de janvier 1968 pour assuré la conformité avec la 6ème directive européenne. La taxe est calculée en appliquant au prix de vente nette hors taxe, le taux de l’impôt prévu par la loi, actuellement 3 taux :

·         Le taux normal 19,6% qui s’applique aux opérations qui ne relève pas des autres taux.

 

·         Le taux réduit de 5,5% qui s’applique au produit d’destiné à l’alimentation humaine, à l’eau, au produit de l’agriculture, de la pisciculture, des activités équestres… des livres, certains opérations portant sur les œuvres d’arts…, le prix des repas dans les restaurants.

 

·         Le taux super réduit de 2,1% : il ne concerne que la presse politique quotidienne ou hebdomadaire et les médicaments remboursés par la sécurité sociale.

 

Le principe de la TVA veut que ce soit le consommateur, c'est-à-dire, le dernier utilisateur du bien qui l’acquitte, le commerçant va donc jouer le rôle de percepteur de l’impôt, il collecte la TVA en la faisant payer à ces clients et la reverse ensuite à l’Etat. Cependant le commerçant en achetant les biens et les services qui lui sont nécessaire pour exercer son activité paye aussi de la TVA dont il n’est pas redevable puisqu’il n’est pas le consommateur. On a donc prévu qu’il ne reverse à l’Etat que la différence entre le TVA collecté sur ses ventes et la TVA payé sur ces achats de bien de service et d’immobilisation.

 

Dans le cas où le commerçant à payer plus de TVA qu’il n’en reçoit, c’est le trésor public qui lui doit de l’argent, on dit qu’il lui fait un crédit de TVA qui sera reporté sur le mois suivant.  Si la situation se répète, le trésor public finira par rembourser le commerçant.

 

§2/ La comptabilisation des factures simple.

 

Compte Achat : 60

Comptes Ventes : 70, 707 → Vente de marchandise.

 

Le montant de la vente va aller dans les comptes achats ventes.

La TVA dans les comptes TVA déductible ou TVA collecté.

Les créances dans le compte client, les dettes dans les comptes fournisseurs.

 

Ex : la situation d’un vendeur d’électroménager pour une facture émise par Thomson à Darty.

·         La facture dans la comptabilité de Darty.

La facture                                                                          N° de compte                   débité                  crédité

4 machines à laver HT    500 x 4 = 2 000€                →           607                         2 000€                  

TVA 19,6%                          392€                                      →           44566                    392€                     

Net à payer TTC               2 392€                                  →           401                                                       2 392€  

 

·         La facture dans la comptabilité de Thomson.

411         Client                                                   2392€

701                        Vente de produit finis                  2000€

44571                    TVA collecté                                      392€

§3/ La comptabilité des factures comportant des réductions.

 

A.   Réduction a caractère commerciale.

Les rabais, remises ristournes qui figure sur une facture ne font pas l’objet d’une comptabilisation dans un compte spécifique s’ils se rapportent aux éléments facturés. On comptabilisera directement le net commercial dans le compte d’achat ou dans le compte de vente.

 

Ex de facture : brut hors taxe                  11 400                   Vendeur             Acheteur

                               Remise de 5%                   -    570                   701(c)                   607 (d)

                               Net commercial HT        10 830                   44571 (c)             44566 (d)

                               TVA 19,6%                          + 2 122                 411(d)                  401 (c)

                               Net payer TTC                  12 952 

 

Le journal de Thomson.

Le 17/03.

411         Client                                                   12 952

701                        Vente de produit fini                                    10 830

44591                    TVA collecté                                                       2 122

Le journal de Darty.

Le 17/03.

607         Achat de marchandise                  10 830

44566    TVA déduite                                     2 122

401                        Fournisseur                                                      12 952

 

B.   Réduction à caractère financière.

Les réductions à caractère financière devront être comptabilisées dans les comptes :

·         665 escomptes accordés chez le vendeur.

·         765 escomptes obtenus chez l’acheteur.

En revanche, les escomptes qui se rapportent à des immobilisations ne sont pas comptabilisé en 665 et 765, mais dans les comptes d’immobilisation.

Vendeur                            Acheteur

20 réfrigérateurs à 150€ pièces HT =       3 000€                   701 (c)                                  607 (d)

Escompte de règlement de 2% =  - 60€                655 (d)                                 765 (c)

Le net financier est égale à :      2 940€                                 

On ajoute la TVA à 19,6% =         576, 24€               44571 (c)                             44566 (d)

Net à payer TTC = 3 516,24€                       411 (d)                                 401 (c)

 

Le journal de Darty le 18/03/10.

607         Achat de marchandise                                                 3 000,00

44566    TVA déductible                                                                                  576,24

765                        Escompte obtenus                                                                           60,00

401                        Fournisseur                                                                                      3516,24               

 

Le journal de Thomson le 18/03/10.

411         Client                                                                                  3 000,00

665         Escompte                                                                               60,00

44571                    TVA Collecté                                                                                       576,24

701                        Vente de produit fini                                                                   3516, 24

 

Achat d’un camion à 30 000€ HT

TVA à 19,6%, escompte 3% pour paiement comptant par chèque bancaire.

Calcul : Brut HT                 30 000€

                Escompte de 3% -  900€

                                               29 100€prix net financier HT.

                TVA 19,6%          + 5 703€

                                               35 803€prix net à payer TTC.

 

Le journal  de Darty au 18/03.

2182      Matériel de transport                   29 100

44562    TVA déductible sur immo              5 703

512         Banque                                                                              34 803.

 

§4/ Les factures comportant des majorations.

 

A.   Les frais de transport.

Chez le client acheteur, les frais de transport seront toujours comptabilisés pour leur montant Hors Taxe au débit du compte 6241 transport sur achat. Chez le fournisseur/ vendeur, on cherchera à analyser si les frais de port son considéré comme :

·         un montant forfaitaire : comptabilisé dans le compte 7085 ports et frais accessoires facturés.

·         le remboursement d’une somme préalablement engagé : comptabilisé dans le compte 6242.

 

Ex : facture n°56              Marchandise brut HT     1000,00                Transport forfaitaire HT                 200,00

Port forfaitaire                Remise de 10%                                  100,00                TVA à 19,6%                          39,20

                                                 900,00               Net à payer                       1315,60

TVA à 19,6%                        174,40

 

Journal de l’acheteur.

607.       Achat de marchandise                  900€

6241.     Transport sur achat                        200€

44566    TVA déductible                                               215,60€

401.                       Fournisseur                                                      1 315,60€.

Journal du vendeur.

401         Client                                                                   1 315,60€

701                        Vente de marchandises                                                              900,00€

7085                      Port et forfait à la charge…                                         200,00€

44571                    TVA Collecté                                                                     215,60€

Ex 2 facture 57 :               Marchandise brut HT     1500,00€              Remboursement T           150,00€

Remboursement            Remise de 5%                   -  75,00€               TVA 19,6%                          +  29,40€

des frais du                                                                      1425,00€             Net à payer                       1713,27€

transport.                           Remise de 10%                - 142,50€

                                                                                              1282,50€

                                               TVA 19,6%                          + 251,37€

                                              

Journal de l’acheteur.

607         Achat de marchandise                                 1282,50€

6241      Transport sur achat                                         150,00€

44566    TVA déductible                                                                 280,77€

401                        Fournisseur                                                                      1713,27€

Journal du vendeur.

411         Client                                                                   1713,27€

707                        Vente de marchandise                                                1282,50€

44566                    TVA collecté                                                                       280,47€

6242                      Transport sur vente                                                        150,00€

 

B.   La consignation des emballages.

La consignation d’emballage est considérée comme une dette du fournisseur vis-à-vis de son client dette qu’il remboursera dès que celui-ci lui restituera les emballages. De la même façon on considère que le client détient une créance sur son fournisseur qui lui rendra la somme consigné quand il restituera les emballages.

 

Le plan comptable a prévu deux comptes :

-          Chez le fournisseur, c’est le compte 4196 : client dette pour emballages et matériels consignés.

-          Chez le client, c’est le compte 4096 : fournisseur créance pour emballages et matériels à rendre.

 

Ex facture 58 :

Marchandise HT                         7000,00

TVA à 19,6%                                 1372,00

Consignation de 10 caisses         100,00

                Net à payer                                  8472,00

 

Chez le vendeur :

707 Vente           44571 TVA collecté         4196 Client dette pr emballage                 411 Client

…/ 7000                               …/ 1372                               …/ 100                                                 8472/…

Au moment du retour                                                 100/ 100                                              8472/ 100

 

Chez l’acheteur :

607 Achat            44566 TVA Déductible                   4096 Fournisseur créance           401Fournisseur               

7000/…                                1372/…                                                100/…                                       …/8472

Au moment du retour                                                                 100/100                                  100/ 8472

§5/ Les factures d’avoir.

 

A.   Les cas de retour de marchandise.

Facture d’avoir n°53, retour sur facture 53 :

1 machine  à laver HT     500,00

TVA à 19,6%                        98,00

Avoir TTC porté en compte        598,00

 

Journal du vendeur le 24/03.

707         Vente de marchandise                                500,00

44571    TVA collecté                                                       98,00

411         Client                                                                                  598,00

Journal de l’acheteur le 24/03/10.

401         Fournisseur                                                      598,00

607         Achat de marchandise                                                 500,00

44566 TVA déductible                                                                    98,00

 

B.   Le cas des réductions hors facturation.

I.       Les réductions commerciales.

Les réductions commerciales qui figurent sur une facture d’avoir seront comptabilisé dans des comptes spécifiques :

-          Chez le fournisseur dans le compte 709 : rabais remise, ristourne accordé par l’entreprise.

-          Cher le client dans le compte 609 : rabais remise ristourne obtenu sur achat.

On utilise ces comptes que dans les cas des avoirs sinon on ne les utilise jamais.

 

II.     Les réductions à caractère financier.

Si un escompte apparaît sur une facture d’avoir spécifique on utilisera les comptes 765 escompte obtenu chez le client et 665 escompte accordé chez les fournisseurs.

 

 

§6/ Complément sur la TVA.

 

A.   Le calcul à reverser au trésor public.

Dans le cas général la TVA à payer ou à décaisser au titre du mois doit être réglé au percepteur avant le 25 du mois suivant. La date exacte dépend du régime fiscal dans lequel se trouve l’entreprise. Chaque règlement mensuel doit être accompagné de justificatif porté sur un imprimé fiscal, la déclaration de TVA. Cet imprimé ne doit pas comporter de centimes, les sommes sont arrondies à l’avantage de l’entreprise, c'est-à-dire à l’euro supérieur pour la TVA déductible et à l’euro inférieur ou la TVA collecté.

 

TVA à versé =

-          TVA collecté sur les ventes du mois N

-          TVA payé sur les achats de bien et service

-          TVA payé sur les immobilisations

-          Crédit de TVA.

Chapitre 5 : les travaux d’inventaire ou de fin d’exercice.

 

§1/ Généralité.

 

A.   Le fondement des travaux d’inventaire.

I.       Le fondement économique.

Selon le plan comptable général, la comptabilité financière a pour objet de montrer la situation patrimoniale active et passive de l’entreprise et de déterminer son résultat par la comparaison actif passif ou produit charge. Les travaux d’inventaire vont donc contribuer à présenter des documents de synthèses fiables qui donneront une image de l’activité économique de l’entreprise.

 

II.     Le fondement juridique.

L’inventaire est obligatoire au regard de l’article L-123-12 du code de commerce : « toutes personnes physique ou moral ayant la qualité de commerçant doit contrôler  au moins une fois tous les 12 mois, l’existence et la valeur des éléments actifs et passifs du patrimoine de l’entreprise, elle doit établir des comptes annuels à la clôture de l’exercice au vu des enregistrement comptable et de l’inventaire », mais aussi au vu de la loi sur les sociétés commerciales du 24 Juillet 1966 complété par la loi comptable du 30 avril 1983 selon laquelle « les société commerciales ont l’obligation de dresser un inventaire à la clôture de chaque exercice », et enfin selon le code général des impôts article 54 : « les contribuables doivent être en mesures de communiquer à l’administration, les inventaires qu’ils sont tenus d’établir annuellement, en application de l’article L 123-12 du code de commerce ».

 

B.   Les différents travaux d’inventaire.

I.       Les travaux d’inventaire extra comptable.

Ils consistent à recenser puis à évaluer les éléments actifs et passifs. Ces opérations vont concerner l’ensemble des immobilisations, les stocks, les créances, les valeurs mobilières de placement, les effets de commerce, les comptes bancaires, l’ensemble des éléments du patrimoine actif et passif de l’entreprise.

 

II.     Les travaux d’inventaire comptable.

Il faudra traduire dans les comptes de l’entreprise selon les règles existantes, les différentes constatations de l’inventaire. Il s’agit notamment de comptabiliser les stocks de clôture, de pratiquer les amortissements nécessaire, d’enregistrer les dépréciation, de constituer des provisions pour risque et charge, d’apprécier l’opportunité de comptabilisé des provisions de nature fiscale, de rattacher les charges et le produits aux exercices concernés, de déterminer le résultat comptable avant impôt, de déterminer le résultat fiscale de l’exercice, de calculer et comptabiliser les prélèvement à opérer sur le résultat comptable, notamment l’impôt sur les sociétés, enfin, de déterminer le résultat net.

 

C.   L’organisation matérielle.

Les travaux d’inventaires sont regrouper dans le livre d’inventaire et distinguer selon la nature et le mode d’évaluation des éléments qu’elle représente. Le livre d’inventaire sur lequel sont également transcrits les comptes annuels doit être suffisamment détaillé pour justifier le contenu de chacun des postes du bilan. Ces dispositions sont prévues par l’article 1er du décret d’application du 29 Novembre 1983. L’ensemble des constatations et des rapprochements bancaires s’effectue à l’aide d’état d’inventaire. On  établit ainsi un état des stocks, un état des créances et des dettes, des états des rapprochements bancaires. Ces documents, les états doivent être conservés pendant 10 ans en annexe du livre des inventaires.

 

§2/ La comptabilisation des stocks.

 

La comptabilité financière pratique l’inventaire intermittent : les stocks ne sont évalués qu’à la clôture de l’exercice.

Ex:          Element                              Stock initial                       Stock final

Matières premières       18 700                                  20 300

Produits finis                     9 500                                     9 100

Journal au 31/ 12/ N.

N° de compte                                                                                                 Débit    Crédit

6031      Variation du stock de matière première                                              18 700

31                           Stock de matière première                                                       18 700

                Annulation stock initial matière première.

71355    variation du stock de produit finis                                            9 500

355                        Stock de produit finis                                                                     9 500

                Annulation du stock initial de produit finis

31           Stock de matière première                                                       20 300

6031                      Variation du stock de matière première                                              20 300

                Constatation du stock final de matière première

355         Stock de produit finis                                                                     9 100

71355                    Variation du stock de produit finis                                            9 100

                Constatation de stock final de produit fini.

 

§3/ La comptabilisation des amortissements.

 

A.   La notion d’amortissement.

I.       Du point de vue légal.

Le calcul d’amortissement est une obligation légale, selon les articles L 123-18 et L 123-20 du code de commerce qui précise que « même en cas d’absence ou d’insuffisance de bénéfice, il doit être procédé aux amortissements, aux dépréciations et aux provisions nécessaires ».

 

II.     Du point de vue économique et financier.

Il existe plusieurs conceptions de la nature et des effets de l’amortissement.

Journal de l’entreprise au 31/12/N.

6031      Variation du stock de matière première                                              127 480

71355    Variation du stock de produits finis                                          84 295

31                           Stock de matière première                                                       127 480

355                        Stock de produit fini                                                                       84 295

                Annulation des stocks initiaux

31           Stock de matières premières                                                   131 838

355         Stock de produit fini                                                                       33 360

6031                      Variation du stock de matières premières                          131 838

71355                    Variation du stock de produit fini                                              33 360

Le grand journal.

31 Stock de matière première.                                 6031 Variation des stocks de matière première.

127 480 (1/1)     127 480 (31/12)                                127 480 (31/12)131 838 (31/12)

131 838 (31/12)

 

355 Stock de produit fini.                                            71355 Variation des stocks de produit fini.

84 295 (1/1)        84 295 (31/12)                                                  84 295 (31/12)                   33 360 (31/12)

33 360 (31/12)

 

Le compte de résultat au 31/12.

Débit                                                                                                                  Crédit

Achat de MP                                     _                                            Produit vendu                                  _

Variation des stocks de MP        - 4358.                                  Produit stocké                                 - 50 935

 

L’amortissement peut être vu comme un processus de correction des actifs. Il est la constatation comptable de la perte de valeur, des dépréciations qui se déprécie avec le temps et a pour but de faire figurer les immobilisations au bilan pour leur valeur vénale (valeur de marché, prix auquel on pourrait revendre le bien). C’est la conception qui prévalait jusqu’au 1er janvier 2005, date à laquelle s’est appliqué le règlement 2002-10 du CRC (comité de la réglementation comptable).

 

Depuis le 1er janvier 2005, l’amortissement peut être également conçu comme un processus de répartition des coûts liés à … d’une immobilisation. L’amortissement à alors pour objet de répartir le cout d’un élément d’actif immobilisé corporel, diminué de sa valeur de récupération sur sa duré de vie et non de l’évaluer. C’est cette nouvelle conception de l’amortissement qui a été retenu. L’objectif est de retenir une approche plus économique de la notion d’amortissement. L’amortissement est définit alors comme la répartition systématique du montant d’un actif immobilisable en fonction de son immobilisation probable.

 

B.   Les modalités de calcules de l’amortissement.

I.       Les immobilisations amortissables.

Point 1 plan comptable général 322-1 « Un actif amortissable est un actif dont l’immobilisation par l’entité est déterminable ».  

On retrouve donc les immobilisations corporelles : toutes sauf les terrains car il ne s’use pas du fait de leur usage en revanche il peut se déprécier. Mais aussi certaines immobilisations incorporelles. L’entreprise va devoir faire un plan d’amortissement lorsqu’une immobilisation rentre dans le patrimoine d’une entreprise.

 

II.     Le plan d’amortissement.

Base à amortir : valeur brut (cout d’achat de l’immobilisation HT) – la valeur résiduelle.

Taux d’amortissement : Il faut déterminer l’utilisation du bien, elle se mesure soit en fonction de la durée de vie du bien soit en fonction de l’utilisation possible du bien.

Ex : pour un matériel de transport.

·         1 : soit le matériel à une durée de vie de 5 ans : 100% /5 = 20% par an, en fin de vie 0%

                2 : ce matériel à une possibilité de faire 100 000km.

Il y a trois modes d’amortissement :

·         D’après la consommation d’Unité d’Œuvre lié à l’utilisation de l’immobilisation

·         D’après la durée de vie de l’immobilisation selon le mode linéaire

·         D’après la durée de vie selon le mode fiscal ou dégressif.

Conclusion : l’entreprise utilise la méthode qui lui semble la plus appropriée.

 

a)    D’après la Consommation d’Unité d’Œuvre :

Ex : une entreprise a acquis le 1er janvier N un matériel de transport d’une valeur de 15 000 euros.

Elle décide de l’amortir selon les kilomètres parcourus qui traduisent la consommation de l’avantage économique.

Hypothèse 1 : La valeur résiduelle au bout des 5 ans de durée de vie est nulle.

1ère années : 80 000 km, soit 15 000x 80 000km/an / 300 000km au total = 4 000.

2ème année : 60 000km, soit 15 000 x 60 000km / 300 000 = 3000.

3ème année 3 : idem.

4ème année 4 : 50 000km, soit 15 000 x 50 000 / 300 000 = 2 500.

5ème année : idem.

En tout 300 000 km

 

années

Base à amorti

Annuité               

amortissement cumulés

VCN : valeur comptable nette

1

15 000

4 000

4 000

11 000

2

15 000

3 000

7 000

8 000

3

15 000

3 000

10 000

5 000

4

15 000

2 500

12 500

2 500

5

15 000

2 500

15 000

0

total

 

15 000

 

 

 

Hyp. 2 : La valeur résiduelle au bout des 5 ans de durée de vie est égal à 2 000euros.

1ère années : 80 000 km, soit 15 000 – 2 000 = 13 000 x 80 000 / 300 000 = 3 467.

2ème année : 60 000km, soit 13 000 x 60 000 / 300 000 = 2 600.

 

années

Base à amorti

Annuité              

amortissement cumulés

Valeur Comptable Nette

1

15 000- 2 000

=13 000

3 467

3 467

15 000- 3467

= 11 533

2

13 000

2 600

6 067

8 933

3

13 000

2 600

8 667

6 333

4

13 000

2 167 (arrondi)

10 834

4 166

5

13 000

2 166 (arrondi)

13 000

2 000

total

 

13 000

 

 

 

b)   Mode d’amortissement linéaire ou constant.

Base amortissable = valeur d’origine – valeur résiduelle.

Le taux d’amortissement : 100% pour la durée de vie de l’immobilisation.

Si Durée de vie= 4ans le taux sera 25 % ;

Si D= 3ans taux : 33,33%

Le point de départ de l’amortissement c’est la date de mis en service

A1 : base amortissable * taux d’amortissement * nb de jours / 360

A1 : soit 7 200 euros (H.T. on ne parle pas de valeur résiduelle si il y en avait eu une il aurait fallut la retirer. 5 ans donc) * 20/ 100 * ((30 – 12) + 60) / 360 = 312

A2 : 7 200* 20/100= 1440

années

Base à amorti   

Annuité              

amortissement cumulés

VCN : valeur comptable nette

1

7 200

312

312

6 888

2

 

1 440

1752

5 448

3

 

1 440

3 192

4 008

4

 

1 440

4 632

2 568

5

 

1 440

6 072

1 128

total

 

1128

 

 

 

c)    Mode fiscale ou dégressif.

Les entreprises peuvent également utiliser le mode d’amortissement dégressif ou fiscal le tx d’amortissement dégressif est le taux d’amortissement linéaire * par un coefficient qui dépend de la durée de vie de l’immobilisation. Ce mode d’amortissement est appelé aussi amortissement fiscal car il consiste donc a majorer les annuités d’amortissement au cours des premières années de détention de l’immobilisation. L’amortissement étant une charge pour l’entreprise cela aura pour conséquence de réduire son imposition sur les premières années de son investissement.

Taux dégressif= taux linéaire * coefficient

Taux= 20% % 1,75

 

C.   Le traitement comptable.

Comptablement l’amortissement s’analyse comme une charge calculée qui a pour contre partie la diminution d’un compte d’actifs on a en effet consommé une partie des avantages économiques liés à cet actif du fait de son utilisation au cours de l’exercice.

Donc comptablement c’est une charge mais elle ne se traduit pas par un paiement un décaissement mais une charge calculé se calcul sur le compte 681 : dotation au compte d’amortissement de dépréciation et de provision.

Au crédit d’un compte d’amortissement rattaché à l’immobilisation.

2813 : compte construction

28182 : amortissement matériel de transport

 

D.   Incidence sur le bilan

Jardiplast dossier 8.

 

31.12

 

 

681

DADP. Charges d’exploitation

312

 

28154

               Amortissement du matériel industriel

Dotation aux amortissements N

 

312

 

 

 

 

Exemple Jardiplast

 

 

 

Bilan N

 

 

 

Actif

 

 

 

Actif immobilisé

Brut

Amortissement

Net

 

Mat industriel

7 200

312

6 888

 

 

 

 

Bilan N + 1

 

 

Mat industriel

7 200

1 752

5 448

 

 

§4/ La comptabilisation des dépréciations et des provisions

 

A.   Les dépréciations

I.       La comptabilisation.

Certains éléments d’actifs peuvent subir des diminutions de valeurs résultant de causes dont les effets ne sont pas jugés irréversibles en particulier les immobilisations corporel, incorporelle, les stocks, les créances et les titres.

La définition proposée par le plan comptable est que la dépréciation d’un actif est la constations que sa valeur actuelle est devenue inférieur a sa valeur nette comptable.

 

01.06.N

 

 

2183

Matériel de bureau

6 000

 

44562

T.V.A. deb. s/ immobilisation

1 176

 

404

Fond d’immobilisation

 

7 176

 

Tx= 100% / 10 = 10%

A1 : 6 000* (10/100) * (7/12) = 350

                                            (210/360)

A2 : 6 000* (10/100)= 600

 

Années

Base d’amortissable

Annuité

Annuité cumulé

VCN

N

6 000

350

350

5 650

N+1

6 000

600

950

5 050

N+2

600

1 150

4 450

N+3

600

2 150

3 850

N+4

600

2 750

3 250

N+5

600

3 350

2 650

N+6

600

3 950

2 050

N+7

600

4 550

1 450

N+8

600

5 150

850

N+9

6 000

600

5 750

250

N+10

6 000

250

6 000

0

 

 

31.12.N

 

 

681

DADP Charges d’exploitation

350

 

28183

                 Amortissement matériel de bureau

 

350

 

Exemple acquisition le 15 avril

Avril : 30 – 15 =15

MJJASOND : 8*3= 240/255 jours

A1 : 6 000* 10/1000*255/360

Exemple : acquisition 17 novembre et mise s/ le 22 novembre

Novembre : 30 – 22= 8 jours

Décembre : 30/38

 

Exemple : A la suite du projet d’implantation d’une grande surface à proximité de son magasin, un commerçant estime au 31 décembre que son fond de commerce dont la valeur nette comptable est de 40 000 € ne vaut plus que 30 000€.

Dépréciation : 10 000€

Pour les comptes de dépréciaiton on ajoute le chiffre 9 en 2° position

Exemple : 211 : terrain                      2911 : dépréciation terrains

 

CREATIO N

 

31.12.N

 

 

681

DADP charges exceptionnelles

10 000

 

2907

             Dépréciation du fond commercial

 

10 000

 

31.12.N+1 (HYP 1)

 

 

687

DADP charge exceptionnelle

5 000

 

2907

             Dépréciation du fond commercial

 

5 000

 

31.12.N+1 (HYP 2)

 

 

2907

Dépréciation du fond commercial

10 000

 

787

             Reprise amortissement, dépréciation et provision

 

10 000

 

 

AJUSTEMENT

Hypothèse 1 : le 31.12.N+1, la grande surface est installée, le fond de commerce est évalué à 2 500€.

Ajustement à la hausse : il faut compléter la dépréciation. Dépréciation N = 10 000

Nécessaire en N+1 : 15 000 : on augmente de 5 000€

 Hypothèse 2 : le 31.12.N+1, bonne nouvelle la grande surface s’installe à 30 km.

Valeur du fond : 50 000€

Dépréciation N : 10 000€

Nécessaire N+1 = O donc reprise de 10 000€

Débit du compte dépréciation

Crédit du compte de reprise : 781 ou 786 ou 787

Bilan 31.12.N

Actif

Passif

Immo. incorporelle

brut

Amt dep.

Net

 

Fond commercial

40 000

10 000

30 000

 

Bilan 31.12.N+1 Hyp.1

Actif

Passif

 

brut

Amt dep.

Net

 

Fond commercial

40 000

15 000

25 000

 

Bilan 31.12.N+1 Hyp.2

Actif

Passif

 

brut

Amt dep.

Net

 

Fond commercial

40 000

 

40     00

 

II.     L’exemple des dépréciations de Titre

Sont concerné :

Les titres immobilisés (261, 262, 266, 273, 271 ,272.)

Les VMP (Valeur Mobilières de Placement) 50, 53 : actions

Les titres pour évoluer les dépréciations : catégories / catégories les plus values probable et les moins values probable de titre I ne peuvent se compensé (ppe de non compensation).

Lorsque des titres de mêmes natures ont été acquis à des dates et des cours différents on compare la valeur d’inventaire avec la valeur globale d’origine de ces titres.

Dossier 8 exercice 4 cf tableau.

 

31 .12.N

 

 

686

DADP : charge financière

2 000

 

5 903

           Dépréciation des actions sté X

 

2 000

 

 

 

 

5903

Dépréciation des actions

10 900

 

786

         Reprise sur 1 encaissement DP produits financiers sté Y et Z

 

10 900

 

Exercice session 1 : 2008/2009

titres

Valeurs d’entrées

Dep. existante

Valeur actuelle

Dep. necessaire

Ajustement

plus

Moins

A

148 400

10 200

145 000

3 400

 

6 800

B

236 000

15 000

238 000

 

 

15 000

C

106 000

8 000

94 000

12 000

4 000

 

D

120 000

0

110 000

10 000

10 000

 

 

 

31 .12.N

 

 

686

DADP : charge financière

4 000

 

5903

           Dépréciation des actions sté C

 

4 000

 

 

 

 

5903

Dépréciation des actions

21 800

 

 

              RADP Produit financier sté A et B

 

21 800

686

  

10 000

 

5903

Sté O

 

10 000

 

 

 

 

B.   Provisions pour risques et charges

Selon le Plan Comptable Général, il s’agit des provisions évalués à l’arrêté des comptes destinés à couvrir des risques et des charges pour des évenements suvenus ou en cours rendent probalble nettement précisé quand à leur objet mais dont la réalisation est incertaines.                                                                  1511 Provision pour litiges

Provisions pour risques : n° 151                  1512 provision pour garantir donnée au client

                                                                     1514 Provision pour amende ou pénalité

Couverture ( ??) de crédit

Debit : 681 ou 686 ou 687 : DAD provision            Crédit 15

 

Ajustement

Reprise    :   débit du compte de provision

                       Crédit  du compte de reprise sur . amortissement DP

                                                       . produit expl. 781

                        . produit final 786

                                 .produit exceptionnel 787

 

                Exemple : l’entreprise X n’a pas remis dans les délais sa déclaration de TVA.

Le 20.12.N

Le 31 décembre elle estime qu’elle devra payer une amende de 2 000€ elle constitue une provision. 

 

31 .12.N

 

 

687

DADP charge exceptionnelles

2 000

 

1514

            Provision pour amende et pénalité

 

2 000

 

15.01.N+1

 

 

6712

Amande fiscale et pénale

1 900

 

512

                 banque

 

1 900

 

Le 15.01.N+1 l’entreprise est avisée du montant de l’amende 1 900€ qu’elle paie par cheque bancaire le jour même.

 

 

 

31 .12.N

 

 

1514

Provision pour amende et pénalités

2 000

 

787

           Reprise sur DADP produit exeption           

 

2 000

 

Nb : examen 12 mai 10h 12h bilan + compte de résultat (approche patrimoniale) cf tableau cours.

Facture : écriture d’immobilisation différents achat d’un bien

Question de cours TVA collectées déductibles…

Tableau d’amortissement

Année N compte de résultat                                                    N+1  compte de résultat

687 2 000€                                                          6712= 1 900€   787= 2 000€

 

 

§5/ La régularisation des charges et des produits.

 

Le plan comptable général dans le but  de respecter le principe d’indépendance des exercices a prévu des comptes de régularisation ils sont utilisés pour répartir les charges et les produits dans le temps de manières à rattacher à chaque exercices les charges et les produits qui le concerne effectivement et cela seulement.

2 problèmes se posent :

·         Celui des charges et des produits constatés d’avances

·         Celui des charges à payer et des produits à recevoir.

 

A.   Charges et produits constatés d’avances.

486 : Charges constatés d’avances

487 : Produits constatés d’avances

Exemple 1 : Le 28.12.N l’entreprise a comptabilisée une facture de matière première : 1 000 € H.T., le 31.12.N. on constate que les matières premières n’ont pas été livrées.

 

28 .12.N

 

 

601

Achat matière première

1 000

 

44566

TVA déduit s/ ABS

196

 

401

               Fournisseurs

 

1 196

 

31.12.N

 

 

486

Charges constatées d’avances

1 000

 

601

              Achats de matière 1°

 

1 000

 

 

                601                                                                                       486

         28/12                         1 000             1 000                                             1 000

 

 

01 .01.N+1

 

 

601

Achat matière première

1 000

 

486

 

 

1 000

 

Exemple 2 : (produit) le 28.02.N l’entreprise à comptabilisée une facture de vente de marchandise, le 31.12.N on constate que la livraison n’est pas parties des entrepots, pour un montant de 10 000€ H.T.

 

31.12.N

 

 

707

Vente de marchandise

1 000

 

487

Produit constatés d’avances

 

1 000

 

01.01.N+1

 

 

487

 

10 000

 

707

 

 

10 000

 

B.   Charge à payer et produit à recevoir

Le plan comptable général n’a pas prévu de compte spécifique charge à payer ou produit à recevoir. Il rattache ses quasi dette ou quai créance au compte de tiers concerné.

Charge àpayer : 60          408 fournisseurs, factures non parvenues.

                63           448 taxe Etat

                641           428 personnel

Produit à recevoir : 70             4181 client facture à établir

Exemple 1 : le 31.12. N l’entreprise constate que des matière premières ont été receptionnées alors que la facture n’est pas encore parvenue. Montant estimé : 10 000€ H.T.

(charges à payer)

 

31.12.N

 

 

601

Achat de matière 1°

10 000

 

4458

TVA à régulariser

1 960

 

408

             Fournisseur factures non parvenues

 

11 960

 

01.01.N+1

 

 

408

 

11 960

 

601

 

 

10 000

4458

 

 

1 960

 

Exemple 2 : (produit à recevoir) le 31.12.N l’entreprise constate qu’une livraison a été faite à un client sans qu’on est pu établir la facture. Montant estimé : 15 000€HT

 

31.12.N

 

 

418

Client facture à établir

17 940

 

707

             Vente de marchandise

 

16 000

4458

             TVA à régularisé

 

2 940

 

01.01.N+1

 

 

4458

 

2 940

 

707

 

15 000

 

418

 

 

17 940

Toutes les écritures de régularisation devront être contraposées au début de l’exercice suivant.

Il ne faudra pas oublier contraposé la somme des écritures de régularisation de charge et de produit au début de l’exercice suivant

 

 

Le vendredi 15 juin 2012 à 01h07 dans Cours de Comptabilité financière
Poster un commentaire
Pseudo :
Email (Obligatoire) :
Adresse site (facultatif) :
Votre message :
Voulez-vous suivre le fil de la discussion ?
Vos commentaires sont soumis à validation par le webmaster !
Aucun commentaire
Rechercher dans le site
Publicité
Facebook
Envoi de cours
  • Etudiants, vous avez  des cours récents dans votre disque-dur, merci d'envoyer vos notes (famille, pénal, Ntic, commerce...) sur :

    juristic@hotmail.fr

    Google+

Actualités juridiques
Statistiques
  • 55 connecté(s)
    Total de 5 962 224 visiteur(s)
Liste des cours


Etudiants fin de l'année universitaire, vous avez  forcément des cours récents dans votre disque-dur, merci d'envoyer vos notes, vos fiches de révisions (droit civil, fiscal, famille, pénal, Ntic, commerce...) pour les partager sur :

juristic@hotmail.fr