• L'attribution de la nationalité française

     

    L'attribution de la nationalité française

    Il  y  a  au  moins  deux  façons  d’être  français : 

     - dès la naissance :  on  parle  d’attribution de la nationalité française

     en  cours  d’existence :  on  parle  d’acquisition de la nationalité française.

     

    Cette distinction est évoquée par le Code civil.   L’attribution   de   la   nationalité   française   concerne   les  français   de   naissance   dit   les   français   d’origine   alors   que   l’acquisition   concerne   ceux   qui   deviennent  français en  cours  d’existence.

     

    Aujourd’hui,  il  n’y  a  pratiquement  plus  aucune  différence  de  traitement  entre  les  français  de  naissance  et  ceux  devenus  français  en  cours  d’existence.

     

    Cette attribution se fait :

     soit par la filiation,   soit par la naissance en France.

     

    Quant  il  s’agit  de  filiation,  on  parle  de  droit  du  sang  ou  jus sanguinis.  A  l’inverse,  le  droit du sol correspond le jus soli. 

     

    Le législateur français donne une place prééminente au droit du sang c'est-à-dire à  l’attribution  de  la  nationalité  française  en  raison  de  la  filiation  mais  la  place  du  droit  du  sol  n’est  pas  pour  autant  négligée.

     

    Section 1 :   L’Attribution   de   la   Nationalité   Française   en   Raison   de   la  Filiation

     

    C’est  le  mode  de  transmission de notre nationalité le plus fréquent. La règle de principe en la matière est posée   à   l’article   18   Code Civil mais   cette   règle   est   assortie   d’une   règle   corrective  qui   figure   à   l’article   18-1 Code Civil.  

    Paragraphe 1 :

    La règle de principe

     

    Cette règle est simple, elle est prévue à l’article  18: « est  français  l’enfant  dont  l’un  des  parents  au  moins  est français ». 

     

    Cette  règle  reprend  pour  l’essentiel  l’ancien  article  17  du  code  de  la  nationalité et dans son esprit, elle est directement issue de la loi du 9 janvier 1973 dont  elle  respecte  l’esprit  de  profonde  et  complète  égalité.  

     

    Depuis une ordonnance du 4 juillet 2005,   ce   principe   d’égalité   a   été   poussé   dans   ses   ultimes  conséquences  car  le  texte  de  l’article  18  ne  fait  plus  aucune  référence  à  l’ancienne distinction des enfants légitimes ---> naturels. 

     

     

     

    En  effet,  l’article  18  est  un  texte  met en avant deux principes : 

     

     --->  le  principe  d’égalité  stricte  des  conjoints  dans  la  transmission  de  la  nationalité  française : 

     

    Depuis 1973, la mère transmet la nationalité française dans les mêmes conditions que le père. 

     

    Avant  1973,  et  notamment  entre  1945  et  1973,  la  mère  française  ne  transmettait  sa  nationalité  à  l’enfant  que  si  de  surcroit  l’enfant  était    en  France  alors  que  depuis  1973,  la  nationalité  française de la mère suffit quel que soit  le  lieu  de  naissance  de  l’enfant.

     

    Cette  règle  n’est  pas  si  ancienne  et  la  règle  actuelle  manifeste  une   ouverture du législateur à la pluri nationalité car il est vraisemblable que chacun des parents peut transmettre sa nationalité, il y aura plus d’enfants  plurinationaux  que  par  le  passé.  La  réforme  de  1973  montre  que  l’attachement  au  principe  de  l’égalité  des  sexes  est  plus  fort que  l’éventuel  crainte  devant  la  pluri nationalité.

     

     --->  le  principe  d’égalité  stricte  des  filiations  dans  l’attribution  de  cette  nationalité : 

     

    La  règle  selon  laquelle  la  nationalité  française  d’un  seul  parent  suffit  vaut  pour  toutes les filiations et pas seulement pour la filiation légitime. Depuis 2005, les termes de filiation légitime et de filiation  naturelle ont  disparu  de  nos  codes  et  elles  sont  effacées  de  l’article  18  du  Code civil. 

     

    Mais pour la filiation adoptive,  l’expression  reste  utilisée  et  l’article  20  alinéa 2 du Code civil qui dispose qu’en  matière  de  filiation  adoptive,  les règles de transmission de la nationalité française sont les mêmes qu’en   matière   de   filiation   par   le   sang. A   cet   article,   il   s’agit   de   l’adoption   plénière c'est-à-dire qui ressemble  à  l’adoption  par  le  sang :  pour  cette  adoption,  il  suffit  que  l’un  des  adoptants  soit français pour que  l’enfant  soit  français.  En  revanche,  ces  règles  ne  valent  pas  pour   l‘adoption  simple,  on  verre  que  l’adoption  simple  est  un  cas  d’acquisition  de  la  nationalité  française  en  cours  d’existence.

     

    La règle de principe ne fait pas de la naissance   en   France   une   condition   d’attribution   de   la  nationalité française.  Il  faut  alors  reconnaitre  que  la  règle  de  l’article  18  du  Code civil peut faire courir le risque  d’une  nationalité  française  purement  formelle  si  l’enfant  n’a  aucun  lien  avec  la  France autre que la nationalité  française  de  ses  parents.  Pour  cela,  l’article  18  est  assorti  d’une  règle  corrective  à  l’article  18-1 du Code civil.  

    Paragraphe 2 :

    La règle corrective

     

    Selon l’article  18-1 du Code civil, l’enfant    à   l’étranger  d’un   seul  parent français aura la faculté de répudier   la   nationalité   française   dans   les   6   mois   précédent   sa   majorité   ou   dans   l’année   suivant   la  majorité.

     

    La  situation  de  cet  article  concerne  l’hypothèse    dans  certains  cas  la  nationalité  française  risque  d’être  formelle si  l’enfant  n’est  destiné  à  n’avoir  aucun  contact  réel  avec  la  France  et  si  le  seul  de  ses  parents  qui  soit  français  n’a  pas  l’esprit  de  revenir  en  France.

     

    Cette répudiation est une simple faculté :   elle   n’est   pas   imposée   à   l’enfant   c'est-à-dire qu’il peut conserver  la  nationalité  française  même  s’il  n’a  aucun  lien  avec  la  France.

     

    A  l’inverse,  cette  faculté  de  répudiation  si  elle  est  exercée,  n’a  pas  besoin  d’être  motivée.  De  plus,  un  enfant qui a des liens avec la France préfère pour des raisons qui le concerne, répudiait sa nationalité française,  il  le  pourra  dès  qu’un  de  ses  parents  est    à  l’étranger :  l’enfant  choisit  de  garder  ou  pas  la  nationalité française.

    Cette  faculté  n’est  pas  ouverte  si  l’enfant  est    à  l’étranger  de  deux  parents  français et  l‘article  18-1 précise  que  si  l’enfant    à  l’étranger  dont  un  des  parents  est  français,  il  perd  sa  faculté  de  répudiation  si  en  court  de  minorité  de  l‘enfant,  le  parent  étranger  devient  français.  

     

    Répudiation : article 26 et svt, déclaration simple devant les autorités consulaires.

     

     

    Section 2 :   L’Attribution   de   la   Nationalité   Française   en   Raison   de   la  Naissance en France

     Le droit de la nationalité française fait une place au jus solis mais une place qui reste secondaire par rapport au jus sanguinis. 

     

    La naissance en France ne suffit jamais à elle-seule   à   l’attribution   de   la   nationalité   française, il faut toujours  qu’un  élément  s’ajoute  à  la  naissance,  d’où  l’intérêt  du  jus solis par rapport au jus sanguinis : il ne suffit  jamais  d’être   en  France  alors  qu’il  suffit  d’avoir  un  parent  français.

     

    La naissance en France peut se combiner avec un souci de prévention   de   l’apatridie pour justifier l’attribution   de   la   nationalité   française.   La   naissance   en   France   de   l’enfant   peut   se   combiner   avec   la naissance  en  France  de  l’un  de  ses  parents  au  moins  dit  la  règle  de  la  « double naissance » en France.

     

    Paragraphe 1 :

    Naissance  en  France  et  prévention  de  l’apatridie

     

    Ce principe est énoncé aux les articles 19 et 19-1 du Code civil :  dès  qu’un  enfant   né en France risque d’être  apatride  de  naissance,  il  est  français  dès  sa  naissance.  La  naissance  se  combine  ici  avec  l’apatridie.   Ces articles énoncent 3 hypothèses répondant à cette situation :

    -                       l’enfant    en  France  de  parents  apatrides

    -                       l’enfant    en  France de parents inconnus  --->  l’enfant      en   France   de   parents   connus   ayant   une   nationalité   étrangère   lorsque   les   parents   de  l’enfant  ne  peuvent  en  aucune  façon  lui  transmettre  leur  nationalité.  Cette  hypothèse  se  rencontre  dans deux cas :  o soit le pays des parents  n’accordent  sa  nationalité  qu’aux  enfants  nés  sur  son  propre  territoire,  s’ils  naissant  à  l’étranger  alors  ils  n’auront  pas  la  nationalité  des  parents

    o soit  le  lien  de  filiation  entre  l’enfant  et  les  parents  ne  permet  pas  l’attribution  à  l’enfant  de  la nationalité des parents.

     

    Dans  ces  hypothèses,  l’attribution  de  la  nationalité  française  est  une  attribution  à  titre des secours pour l’enfant,  pour  lui  éviter  l’apatridie  qui  est  une  situation  toujours  négative.  

     

    La nationalité française est elle-même une nationalité de secours, ce qui explique que si en cours de minorité   l’enfant   vient   à   prendre   la   nationalité   d’un   de   ses   parents   alors   l’enfant   perd  automatiquement la nationalité française.  Mais  si  l’enfant  atteint  sa  majorité  sans  avoir  reçu  une  autre  nationalité  que  celle  française  alors  il  garde  la  nationalité  française  s’il  le  veut  jusqu’à  la  fin  de  ses  jours.  

     

      

    Paragraphe 2 :

    La règle de la double naissance en France

     

    Est français dès sa naissance, un enfant né en France quand au moins un de ses deux parents est luimême né en France.

     

    Cette règle célèbre dans le droit de la nationalité française est une règle de fond et une règle de preuve de la nationalité française. Nous pouvons nous demander si son aspect de règle de preuve n’est  pas  en  fait plus important que son aspect de règle de fond.

     

    A)  La règle de fond

     Cette règle de fond se décompose en une règle de principe et une règle corrective. 

     

    1 La règle de principe

     

    Selon l’article  19-3 du Code civil : « est  français  l’enfant    en  France  lorsqu’un  de  ses  parents  au  moins  y  est lui-même né ». 

     

    Cette  règle  doit  s’entendre  selon  les  mêmes  principes  d’égalité  des  parents  et  des  filiations  que  la  règle  du jus sanguinis de  l’article  18.  Par  conséquent,  peu  importe  que  le  parent    en  France  soit le père ou la mère  et  peu  importe  le  mode  d’établissement  de  la  filiation,  que  les  parents  soient  ou  non  mariés.  La  règle  s’applique  aussi  en  cas  d’adoption  plénière.

     

     --->  La  naissance  de  l’enfant  doit  avoir  lieu  en  France : 

     

    Il faut entendre par là :

     le territoire métropolitain,   les  départements  d’outre-mer   les collectivités territoriales de Saint Pierre et Miquelon et de Mayotte. 

     

    Dans les dernières décennies du 20ème siècle,  un  problème  s’est  posé : il concernait la situation  d’enfants  nés en France mais dont le parent concerné, était né dans un territoire français mais territoire devenu depuis indépendant.

    Exemple :  parent    avant  1960  dans  les  territoires  d’Afrique  noire francophone devenus indépendants  en 1960, ou avant 1962 en Algérie.

     

     --->  La règle de la double naissance était-elle respectée ? 

     

    On a cru que oui pendant longtemps car il suffisait que le parent soit né dans un territoire français au jour de sa naissance et on ne pensait pas que ce territoire devait toujours être français lors de la naissance de l’enfant.

     

    Puis dans les années 1980, certains ont fait valoir que dans la mesure où le territoire était devenu indépendant,  il  n’y  avait  plus  de  raisons  de  considérer  que  l’enfant  bénéficiait  de  la  règle  de  la  double  naissance en France. 

     

    Le législateur du 22 juillet 1993 a  cru  bon  d’écouter  ces  objections  car  il  a  décidé  qu’à  partir  du  1er janvier 1994,  l’enfant    en  France  ne  bénéficierait  de  la  règle  de  la  double  naissance  que  si  le  lieu  de  naissance  du parent était encore sous la souveraineté  française  lors  de  la  naissance  de  l’enfant.

     

     

     

    --¨ La  seule  exception  qu’a  consentie  le  législateur  de  1993  a  concerné   l’Algérie car  l’enfant    en  France de parents nés en Algérie avant 1962 continue de bénéficier de la règle de la double naissance.

     

    Cette règle  de  1993  n’aura  dans  quelques décennies plus de vrais objets car aucun parent ne sera né avant 1960-1962.

     

    2 – La règle corrective

     

    L’attribution  de  la  nationalité  française  risque  d’être  formelle  dans  certains  cas  du  fait  du  jus solis comme du jus sanguinis. 

     

    Mais  pour  le  législateur,  lorsque  l’enfant    en  France  d’un  seul  parent    en  France  alors  il  se  peut  que  cet enfant ait peu de liens avec la France et donc l’article  19-4 Code civil ouvre  à  l’enfant  une  faculté de répudiation de la nationalité française  dans  les  6  mois  précédent  sa  majorité  et  dans  l’année  la  suivant (soit entre 17,5 ans et 19 ans).

     

    L’enfant   n’a   pas   cette   faculté   de   répudiation   si   ses   deux   parents   sont   nés   en   France   et   il   perd   cette  faculté  si  en  cours  de  minorité  de  l’enfant, l’un  des  parents  devient  français.

     

    Cette règle de la double naissance est une règle ancienne car elle remonte à une loi de 1861 qui avait permis à traiter la question  des  enfants  nés  en  France  d’une  mère  française  ayant  perdu  sa  nationalité  par  son mariage.

     

    B) Le rôle probatoire de la règle de la double naissance

     

    Environ 90% des nationaux français par filiation, le sont aussi par la règle de la double naissance. 

     

     --->  Dans  cette  hypothèse,  quand  il  s’agit  de  prouver  la  nationalité  française, comment fait-on pour ceux qui sont français par la naissance ? 

    On procède comme si ces personnes étaient françaises par la naissance : il suffit de produire l’extrait  de  son acte de naissance en France et l’extrait  de  l’acte  de  naissance  d’un  de  ses  parents.

     

    C’est  la  raison  pour  laquelle  certains  courants  d’opinions  ont  critiqué  la  règle  de  la  double  naissance  et  plus  largement  toutes  les  attributions  de  la  nationalité  française  par  le  sol.  Ces  courants  ont  montré  qu’ils  ne  mesuraient  pas  la  portée  pratique  de  ce  qu’ils  souhaitaient. Mais cela signifiait aussi que la preuve de la  nationalité  française  était  facile  que  si  l’enfant  est    en  France  de  parents  eux-mêmes nés en France. A défaut, la preuve devient plus difficile.

     

     

     

    Conclusion : Quelle différence entre "l'attribution" et "l’Acquisition"  de  la  Nationalité Française

    L’attribution  concerne  des  hypothèses    la  nationalité  française  est  obtenue  dès  la  naissance  alors  que  l’acquisition  concerne  le  cas    la  nationalité  est  acquise  en  cours  d’existence.

     

     --->  Cette distinction est-elle importante ? 

    Il faut distinguer selon  les  effets  et  les  modes  d’acquisitions  

     

    Dans une société démocratique, il  n’est  pas  admissible   de  faire   une  distinction  importante  entre   les  français  selon  qu’ils  sont  d’origine  française ou non.  Il  n’y  a  pas  de  raisons  de  diminuer  les  droits des français par acquisition par rapport aux droits des français par attribution. 

     

    Mais  il  est  clair  que  les  modes  d’acquisition  de  la  nationalité  française  ne  peuvent  pas  ressembler  aux  modes   d’attribution   et   en   matière   d’acquisition,   les   pouvoirs   publics et le gouvernement peuvent se réserver un droit de contrôle ou de décisions qu’ils  n’ont  pas  en  matière  d’attribution  de  la  nationalité  française.

     

    Exemple :   un   enfant      d’un   parent   français   ou      en   France   d’un   parent      en   France,   l’enfant   est  français que cela plaise ou non aux pouvoirs publics. Mais si une personne demande au gouvernement de devenir   français   par   naturalisation   alors   elle   n’obtiendra   sa   naturalisation   que   si   le   gouvernement   est  d’accord.

     

    Les  modes  et  cas  d’acquisition  sont  nombreux et divers :

     --->  tout  d’abord,  l’acquisition  de  la  nationalité  française  peut  se  faire  en  raison  d’un  lien particulier avec la France 

     --->  puis  l’acquisition  peut  se  faire  en  raison  d’un    lien particulier avec un français ou une française c'est-à-dire un lien plus personnel.

    « L'acquisition de la nationalité par naturalisation et possession d'étatLe droit de la binationalité ou de la plurinationalité »