• Politiques économiques internationales - Protectionnisme - Libéralisme

      LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES INTERNATIONALES

     Il existe plusieurs types de politiques économiques. Nous étudierons les principales politiques économiques que sont le protectionnisme et le libéralisme.

    1 - Le protectionnisme:

     

    Définition: c’est la limitation plus ou moins forte des échanges internationaux.

    Les pays qui pratiquent le protectionnisme peuvent prendre plusieurs types de mesures

    © la plus extrême est” la prohibition “, c ‘est à dire l’interdiction totale de l’entrée d’un produit sur un territoire.

     

    © autre mesure : “le contingentement “qui est d’autoriser l’entrée des produits pour une certaine quantité. On peut associer le contingentement aux “quotas” (quand on contingente, on met des quotas).

    Le contingentement peut être:

    - bilatéral: il s’applique dans ce cas à certains pays (exemple:

    la France importe des produits des USA, de la Chine. C’est limité à quelques pays. Il ne s’agit pas ici de deux pays. Ce sont des relations bilatérales entre la France et les USA, entre la France et la Chine et il pourrait y avoir par exemple en plus entre la France et l’Allemagne, mais c est toujours limité à certains pays).

    - multilatéral: il s’applique dans ce cas aux produits, quelque soit leur pays d’origine.

     

    ® troisième catégorie de mesure de protectionnisme : mise en place de tarifs douaniers dissuasifs, cette mesure pouvant être assortie ou complétée par des normes plus ou moins draconiennes, mesures sanitaires, règlement ayant trait à l’environnement, etc...

     

    Avantages du protectionnisme : on considère en théorie qu’il protège les entreprises les plus exposées à la concurrence étrangère. Par conséquent, on considère aussi qu’il peut protéger l’emploi dans les entreprises. De même, le protectionnisme peut être utile pour faciliter la naissance (l’installation) d’une entreprise. Le protectionnisme peut aussi faciliter le redéploiement de facteurs industriels anciens.

    Exemple : entreprises protégées à Taïwan avec notre accord, nos capitaux. Entreprises montées, développées, protégées pendant un certain temps.

    Autre exemple : redéploiement du secteur sidérurgique en Lorraine - accord de l’Europe - réflexion sur la reconversion des usines sidérurgiques - coût très élevé pour l’Etat français, mais bons résultats.

    Le protectionnisme peut protéger le pouvoir d’achat de certaines catégories socioprofessionnelles (ça a été par exemple le cas en France de toute la profession agricole).

     

    Inconvénients du protectionnisme : l’essentiel est que les secteurs protégés n’étant pas soumis à la concurrence internationale, ont tendance à retarder la modernisation de leur équipement.

    Second inconvénient majeur, c’est qu’un pays, quel qu’il soit, ne peut se suffire à lui-même et donc, en cas de protectionnisme trop brutal, il peut se heurter à des mesures de rétorsion qui seront nuisibles à son développement (je me protège pour me développer: ça peut se retourner contre moi = mesures de rétorsion de la part des pays concurrents).

     

    2 - Le libre échange:

     

    C’est l’opposé du protectionnisme.

    Le libre échange n’existe pas théoriquement. Seule définition connue:

    c’est la liberté totale en matière d’échanges internationaux (donc. dès qu’il y a la moindre petite contrainte, ce n’est plus du libre échange).

    Pourtant, on en parle: si on considère que le protectionnisme n’est pas la mesure principale dans le pays (c’est à dire s’il y a très peu de mesures de protectionnisme dans ce pays), on parle de libre échange.

     

    Avantages majeurs reconnus au libre échange :11 développe la concurrence et doit donc permettre d’acheter les biens au moindre coût. On considère aussi ~a il fenforce la coopération entre les pays au niveau économique, au niveau politique, juridique, social, culturel.

     

    Inconvénients : le premier inconvénient c’est qu’il favorise le développement des grandes entreprises au détriment des PME. Pourquoi? La concurrence suppose la recherche du meilleur coût. Ce meilleur coût s’obtient entre autre par les “économies d’échelle “(qui se fait par des fusions d’entreprises, des regroupements etc... On agrandit l’entreprise, on fait des économies de coûts). Mais on sait qu’en France les gisements d’emploi se trouvent dans les PME (donc, plus il y a de grosses entreprises, moins les PME peuvent créer des emplois). D’autre part, le libre échange facilite 1 ‘exploitation dii tiers monde. Ces pays sont le paradis des firmes multinationales qui s’y implantent pour utitiser une main ci oeuvre bon marché, sans se préoccuper du développement économique local.

     

    Autre inconvénient: le libre échange conduit chaque pays à se spécialiser dans les productions où il est le mieux placé. Ca conduit certains pays du tiers monde à devenir mono-producteur. Par exemple : le Sénégal produit à l’exportation l’arachide, le Zaïre exporte le cuivre : ça fait que les autres secteurs de production disparaissent et ça crée une dépendance terrible: si le coût du cuivre par exemple baisse de 15 %, le PIB du Zaïre baisse d’autant pour l’année. C’est l’application poussée de la théorie du libre échange de SMITH et RICARDO. Le libre échange ici s’oppose à la diversification.

    Liste des thématiques relatives à l’économie politique :

     

     

     

    3 - Il existe entre ces deux politiques économiques, des politiques intermédiaires gui correspondent finalement à la réalité:

     

    Ces politiques intermédiaires correspondent à des zones privilégiées pour développer les échanges commerciaux:

     

    - les zones de libres échanges : ces zones ont pour objectif la diminution des entraves au libre échange entre les pays membres de la zone (AELE:

    association économique de libre échange : voir page 28 du cours polycopié. C’est une petite union européenne: ils ont décidé d’avoir une petite zone de libres échanges).

     

    - les unions douanières : elles se distinguent des zones de libre échange par l’adoption d’un tarif douanier commun (c’est le cas par exemple de l’union douanière du Bénélux).

     

    - les unions économiques : elles ont pour objectif, non seulement la suppression des limitations des échanges, mais en plus, l’harmonisation et la concertation des politiques économiques. C’est la forme la plus en développement des politiques intermédiaires (voir page 29 du cours polycopié : les cinq premières unions citées représentent bien ces unions économiques intermédiaires = UE qui est la plus développée, ALENA, MERCOSUR, CEI, ASEAN). A l’intérieur de la zone économique, c’est le libre échange ; par rapport àl’extérieur, c’est le protectionnisme.

     

    - les zones monétaires : ce sont des ensembles de pays qui sont solidaires d’une même monnaie qui est en général celle du pays dominant (héritage très souvent du colonialisme - la France a une zone monétaire en Afrique : zone du franc CFA -l’UE n’est pas une zone monétaire: l’EURO remplacera les monnaies nationales, l’EURO sera une monnaie unique).

     

    « L'OMC (L'organisation mondiale du commerce)Fondements théoriques du commerce international »
    Blogmarks